La Maison muette de John Burnside

La Maison muette de John Burnside
( The dumb house)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Sentinelle, le 29 décembre 2007 (Bruxelles, Inscrite le 6 juillet 2007, 53 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (40 269ème position).
Visites : 4 101 

Ame sensible s'abstenir

Résumé :

Découvrir le siège de l'âme humaine, en voilà un pari. Pour l'inquiétant héros de "La Maison muette", il s'agirait plutôt d'une obsession.

Où se trouve le siège de l'âme ? La question de tous temps a hanté les philosophes mais quand un amateur zélé décide de consacrer sa vie à la résoudre, cela peut donner d'étranges résultats. Le héros de La Maison muette soupçonnant que la question a quelque chose à voir avec ce qui nous distingue des animaux, c'est-à-dire le langage, commence par s'intéresser aux enfants muets. Quand il était gamin il se passionnait déjà pour la dissection des animaux vivants, mû par ce qu'il croyait être une curiosité scientifique et qui n'était qu'un sadisme pathologique prélude à la véritable folie.

Le hasard met sur sa route la mère d'un gamin débile puis une jeune fille attardée dont il aura deux jumeaux. Ce riche oisif dispose alors de tout le matériau humain nécessaire aux expériences qu'il va mener dans la maison muette, celle où il a grandi et qui porte encore l'empreinte de sa mère morte.

Ce cheminement au sein du délire, étayé par de fréquents retours sur l'enfance est proprement hallucinant. La froideur clinique du récit curieusement étoffé d'un chatoiement poétique du style, l'implacable montée de l'horreur rendent le roman aussi captivant qu'un thriller. Mais un thriller lesté d'angoisses métaphysiques car le plus troublant dans ce roman qui vous prend à la gorge est bien le fait que la frontière entre le corps est l'âme est aussi difficile à définir que celle qui sépare la raison de la folie.

Mon avis :

Ce roman a été très éprouvant à lire.
L'auteur nous livre un individu obsédé par la question du siège de l'âme, de la part de l'inné et de l'acquis dans le développement du langage et qui n'hésite pas à recourir à des expérimentations diverses – d'abord sur des animaux, ensuite sur ses propres enfants en bas âge - pour essayer de trouver une réponse à ses questions.
Aucune empathie possible pour cet homme, nous plongeons dans l'âme noire d'un être d'une froideur extrême. Rarement un auteur aura été aussi loin dans l'écriture d'un personnage obsédé et psychopathe avec autant de distance et de sobriété, ce qui rend le propos d'autant plus insoutenable et dérangeant.
La fin du roman s'est révélée être une réelle délivrance pour moi, pressée que j'étais de quitter cet iceberg ambulant et terrifiant.

Si le talent de l'auteur est à l'image de la description clinique de ce personnage, nous sommes en présence d'un romancier très talentueux.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La maison muette [Texte imprimé], roman de chambre John Burnside trad. de l'anglais, Écosse, par Catherine Richard
    de Burnside, John Richard, Catherine (Traducteur)
    Métailié / Bibliothèque écossaise
    ISBN : 9782864244806 ; 2,98 € ; 26/09/2003 ; 204 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

bof bof

5 étoiles

Critique de Nymo (, Inscrite le 24 février 2010, 56 ans) - 24 février 2010

J'ai lu ce livre parce qu'une amie l'avait adoré.
Moi je suis restée très dubitative. J'ai trouvé la fin bâclée.
Peut-être aussi qu'effectivement les descriptions de l'expérience m'ont dérangées. C'est froid et pas très intéressant.

Par contre j'ai aimé l'écriture très fouillée. L'auteur alterne passé et présent, en tricotant un personnage, qui malgré une enfance sous l'emprise d'une mère castratrice, et donc les raisons de sa psychose, nous fait le détester. Le but recherché sûrement.

Finalement je n'ai pas aimé autant que mon amie.

Un roman glaçant

8 étoiles

Critique de Aliénor (, Inscrite le 14 avril 2005, 54 ans) - 30 juin 2008

La maison muette en question est celle d'un homme aussi froid et glaçant que ce roman, qui va se livrer à une expérience terrifiante sur ses propres enfants - des jumeaux - qu'il a décidé de priver de l'apprentissage du langage. Ce livre est froid et glaçant car déshumanisé. La description des étapes de l'expérience est calme et clinique. Cet homme est fou, et pourtant l'écriture - remarquable - le fait ressembler à monsieur tout le monde. Quelqu'un qui pourrait être un voisin, un frère, un ami…

Il a été marqué par une mère au caractère très fort, et on pourrait regretter qu'une fois encore le personnage de la mère soit celui qui amène un homme vers la folie. Mais on ne le regrette pas car le roman est admirablement construit et tout colle parfaitement. A ce propos, la chronologie peut sembler déroutante au début, mais pas d'inquiétude, tout se met en place à la fin.

Bref c'est un livre qui fait froid dans le dos mais qui se lit comme un thriller. La situation décrite devrait le rendre insupportable et pourtant il est impossible de le lâcher. Je ne le déconseillerais peut-être qu'aux âmes les plus sensibles.

Forums: La Maison muette

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Maison muette".