Moins que les anges de Barbara Pym

Moins que les anges de Barbara Pym
( Less than angels)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Dirlandaise, le 11 avril 2007 (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 67 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 3 895  (depuis Novembre 2007)

Savoureux !

Premier livre que je lis de Barbara Pym et j’ai bien aimé. Pour faire un petit résumé, l’histoire se passe à Londres alors que la T.S.F. est inventée mais pas encore la télévision. Catherine Oliphant, une jeune femme d’avant-garde écrivant des nouvelles publiées dans des revues féminines, possède un appartement qu’elle partage avec Tom Mallow, un jeune homme de bonne famille, exerçant la profession d’anthropologue et faisant des recherches en Afrique. Ils vivent comme mari et femme mais c’est un accommodement platonique. Tom a été absent quelques mois et revient tout juste de voyage lorsqu’il rencontre Deirdre, une jeune fille étudiante en anthropologie qui fréquente la même bibliothèque que lui au tout nouveau centre de recherche, dirigé par Félix Mainwaring, l’un des doyens des professeurs d’anthropologie, désormais retiré à la campagne. Le nouveau centre est l’une de ses réalisations, financées par Minnie Foresight, une riche veuve ne sachant que faire de son argent. Bref, afin de pouvoir rencontrer plus souvent Deirdre, Tom décide de quitter Catherine pour aménager avec deux autres jeunes étudiants, laissant la jeune femme seule et accablée de tristesse. Mais Tom doit bientôt quitter Londres à nouveau, ayant reçu une bourse pour de nouvelles recherches sur les peuplades africaines primitives, laissant derrière lui une Deirdre anéantie mais qui se consolera bien vite avec un autre…

Une foule de personnages évoluent dans ce petit univers créé par Barbara Pym où il ne se passe pas grand-chose et où tout le monde épie tout le monde. Et c’est ce qui fait la saveur de ce roman : les petits détails du quotidien, les journées mornes, la morosité de la vie de banlieue, les voisins qui se surveillent, les médisances, les perfidies, les comportements figés, les conventions sociales, la futilité des conversations, le thé au jardin, l’office du dimanche, les premiers émois et balbutiements de jeunes cœurs qui n’aspirent qu’à aimer et être aimés, le choix du chemin à prendre pour vivre sa vie selon ses rêves. Tout ça peut paraître mièvre et rabaché mais pas sous la plume de Barbara Pym. C’est plutôt savoureux et ça se déguste avec plaisir. Un enchantement !

« Outre qu’elle servait de dépotoir aux spécimens anthropologiques de tout ordre, la salle était en effet considérée comme une sorte de no man’s land, où les anciens étudiants du département qui n’avaient nulle part où aller pouvaient se trouver un coin pour rédiger leurs notes de mission. Ces parasites à la piètre allure occupaient ainsi par intermittence une ou deux tables couvertes de papiers. Ils habitaient les plus bas quartiers de Londres ou de lointaines banlieues perdues, vivant chichement de pitoyables bourses, leur créativité bridée par la pauvreté et les difficultés familiales. Seule la plume d’un Dostoïevski aurait su rendre justice à leurs existences de misère mais ils n’éprouvaient pour leur part aucun mal à s’exprimer et s’assemblaient souvent dans cette même salle ou au pub pour exposer les névroses et autres difficultés psychologiques qui les empêchaient de rédiger leurs notes. »

«— Dirons-nous en ce cas qu’à défaut d’être voués corps et âme à notre mission, nous y aspirons de tout notre être ? s’interrogea le professeur en manière de conclusion. Vous souvenez-vous de ce vers de Pope : Et moins que les anges, veulent être davantage ? »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Moins que les anges

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Moins que les anges".