Le violon du fou de Selma Lagerlöf

Le violon du fou de Selma Lagerlöf
( En berrgårdssågen)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Allegra, le 19 mars 2007 (Huy, Inscrite le 4 décembre 2006, 49 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 957ème position).
Visites : 4 401  (depuis Novembre 2007)

Je viens de tomber amoureuse......

Gunnar Hede est un étudiant passionné de violon au point d'en oublier ses livres. Il apprend un jour que pendant qu'il «perd son temps» à taquiner son instrument, sa mère se bat pour tenter de garder le domaine familial.

Le jeune homme décide alors de confier son violon à un ami et de se remettre sérieusement au travail. Il investit ses derniers deniers dans un élevage de chèvres. Mais le troupeau est décimé par l'hiver. Impuissant, désespéré et honteux, Gunnar perd l’amour et la raison.

Des années plus tard, Gunnar, dominé par la folie, parcourt la campagne, une hotte de colporteur sur le dos. Sa peur panique des animaux à quatre pattes fait le miel des paysans qui le surnomment en riant «le bouc». Il sillonne la région avec son éternel violon tel un mendiant halluciné, jusqu'au jour où, il se réfugie dans un cimetière. Il perçoit soudain un bruit étrange. Du fond de son tombeau, une morte se relève…


C’est magique, j’ai adoré ! Magie des personnages blessés par la vie et en quête de rédemption, univers fantastique, poésie. Un conte de fée pour les grands, écrit par un prix Nobel de littérature, on a le droit de le lire et de l’apprécier sans complexes !
En toile de fond, des thèmes éternels: la vie, la mort, l’art, la folie…. La nature est majestueuse, le violon parle et raconte des histoires curatives….
C’est la « Belle et la Bête » revisité, de manière à nous tenter de croire que rien n’est jamais perdu dans le pire des mondes.

Selma Lagerlöf est née dans le Värmland, en Suède en 1858. Elle a été élevée dans un milieu où les traditions orales occupaient une grande place et cela a influencé son écriture.

Son oeuvre la plus célèbre: Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson.

Elle a été la première femme à recevoir le prix Nobel de littérature, en 1909, et la première, en 1914, à être élue à l'Académie suédoise.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

à lire

10 étoiles

Critique de Magicite (Saorge, Inscrit le 4 janvier 2006, 43 ans) - 2 septembre 2021

Un chef d’œuvre dont je ne saurais résumer l'histoire, qu'il est mieux de découvrir. Un soupçon de romantique, un soupçon de gothique, une pincée de fantastique, une saga qui tient sur 150 pages, explore et surprend, tantôt conte féerique et dramatique, tantôt utilisant son propre deus ex machina en quelque sorte.
L'écriture belle et habile qui rend avide de découvrir la suite, qui explore la psychologie, la folie et le parcours de deux étoiles une s'allumant de ses feux et l'autre éteinte et terne, qui est criant d'humanité. Plus encore qu'avec la saga de costa gravas je comprends le prix Nobel donné à Mme Lagerlöf, l'enseignante pédagogue qui donne ici une leçon de littérature et sur la vie.
Un livre magnifique.

Un roman qui se lit comme on lirait une légende ...

8 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 41 ans) - 18 octobre 2011

Lorsqu'on lit ce texte, on a l'impression d'ouvrir un vieux livre de contes au point d'imaginer dès le départ que la fin sera heureuse. Le récit se déroule dans le Varmland, région chère à Selma Lagerlof.

Gunnar Hede est un jeune homme paresseux qui est contraint de se mettre au travail s'il souhaite conserver le domaine familial. Le temps lui fait perdre vitalité et beauté. De plus une scène traumatisante le marquera à vie, celle de la perte de son troupeau de chèvres à cause du grand froid ! De ce jour, il aura la phobie des animaux à quatre pattes, peur qui se manifeste par un excès de courtoisie : dès qu'il croise un de ces animaux il lui fait des courbettes, s'incline fort poliment pour ne pas l'offenser. Il sera même convaincu que tout animal est forcément une chèvre déguisée, ce qui lui vaudra d'être surnommé "le Bouc". La folie s'immisce progressivement dans son esprit et seule la possession d'un violon peut l'apaiser.

Lagerlof brouille les pistes : Ingrid, une belle morte, se réveille de son long sommeil et confond régulièrement ses rêves avec la réalité, Hede lutte entre la raison et la folie et le violon semble exercer un certain envoûtement ... Une chose est certaine, c'est que l'imaginaire est roi dans cette oeuvre. Le roman n'est pas centré que sur Hede et Ingrid, d'autres personnages de passage sont croisés au fil des pages comme les Blomgren ( gens du cirque ... )


Ce roman fait voyager le lecteur à travers la Suède et le grand froid et la magie opère. Lagerlof est une magnifique conteuse.

Forums: Le violon du fou

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le violon du fou".