Eloge du repos de Paul Morand

Eloge du repos de Paul Morand

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Prince jean, le 4 octobre 2006 (PARIS, Inscrit le 10 février 2006, 49 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 943ème position).
Visites : 6 711  (depuis Novembre 2007)

L'épargne n'est estimée comme une vertu qu'en France

"Voyager, c'est demander d'un coup à la distance ce que le temps ne pourrait nous donner que peu à peu"

Superbe petit essai sur la paresse et le voyage, qu'avait écrit Paul Morand en 1937, alors que le gouvernement de Blum venait d'instaurer les congés payés.
Morand toujours brillant, jamais ennuyeux, parfois agaçant , nous promène au royaume du plaisir et de l'oisiveté.
La première partie est consacrée aux vertus de l'oisiveté, la deuxième est un guide pratique du voyage , alors que la troisieme partie s'intéresse au sport

Cette derniere partie est moins passionnante, et traduit le goût parfois écoeurant de l'auteur pour la compétition et les valeurs viriles.
Il y a chez Morand, deux natures, la première, sensible, exprimée par le raffinement du style, la sûreté du goût, la préciosité du propos et l'autre , fascinée par la force physique , la modernité, la technologie. comme si la deuxième nature voulait excuser la première.
Morand est une sorte de Karajan au visage impassible mais dont la moindre nuance de l'orchestre qu'il dirigeait se lisait dans les yeux, sans que le visage n'en traduise l'émotion. Comme Morand, le grand Karajan ne cachait pas son goût pour les bateaux monumentaux et les voitures de sport au luxe ostentatoire. Paradoxe de l"artiste, où le materiel viendrait comme un voile de pudeur masquer la dimension divine de la beauté qu'ils approchent.

La partie sur le voyage est pleine d'humour et l'on est frappé par l'actualité du propos. Morand est un spécialiste du voyage, véritable globe-trotter.
Il fait tantôt l'éloge du voyage sans argent (passage nostalgique sur le pauvre qui se fait matelot pour découvrir le monde "connaissant l'extérieur des pays, et l'intérieur des hommes" ... sic...)tantôt celui du voyage de la haute sociétè, pour laquelle il donne un bon nombre de conseils " Ne promettez pas à tout venant la légion d'honneur, pour vous dispenser d'offrir des fleurs". ou bien "Ne dites pas , l'Italie est le pays des amoureux, mais plutôt : n'ai-je pas lu le nom de votre famille dans la Divine Comèdie ?"

Tres intéressante réflexion sur la vitesse, surtout lorsque l'on connaît le goût de Morand pour les voitures de sport. "la vitesse tue la forme d'un paysage . Vue à 500 à l'heure que reste- t-il ? rien " . "l artiste est un aristocrate, il travaille lentement. La vitesse tue la couleur : le giroscope, quand il tourne au plus vite, fait du gris ! regardez la peinture moderne"

vous l'aurez compris, ces 100 courtes pages se lisent avec beaucoup de bonheur et de plaisir. Une reflexion agreable qui n'a pas pris une ride.

citations : "qu'il (le touriste français) rompe avec ses habitudes nationales d'economie. L'épargne n'est estimée comme une vertu qu'en France'


tiré du recueil Apprendre à se reposer éd. Flammarion 1937

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Eloge du repos [Texte imprimé], apprendre à se reposer Paul Morand
    de Morand, Paul
    Arléa / Collection Arléa-poche.
    ISBN : 9782869592889 ; 6,00 € ; 18/06/2004 ; 130 p. ; poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Comme il est rare d'évoquer

8 étoiles

Critique de Commelejour (, Inscrite le 29 décembre 2007, 50 ans) - 22 janvier 2008

Paul Morand, cet auteur volubile, élégant, érudit, diplomate et prince des voyages. Merci à vous de nous rappeler de ne pas oublier sa belle plume !

Forums: Eloge du repos

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Eloge du repos".