Un gros bobard et autres racontars de Jørn Riel

Un gros bobard et autres racontars de Jørn Riel
( En lodret løgn og andre skrøner)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Mae West, le 25 septembre 2006 (Grenoble, Inscrite le 26 décembre 2004, 71 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 3 734  (depuis Novembre 2007)

Vrais humains et faux ours, chaleureuse est la nuit polaire

« Le sourire de Bjorken s’élargit : ses amis étaient ferrés à l’hameçon. Avec un peu d’habileté, il pourrait disserter sur le sujet jusqu’à la fin de la tempête, c'est-à-dire, dans le meilleur des cas, trois bons jours »

C’est qu’elle est longue, la longue soirée d’hiver de la nuit arctique ! Tellement longue que tout ce qui ressemble à des collègues trappeurs en visite, rassemblés autour d’un alcool "maison" et d’une bonne histoire a des allures de printemps en attendant qu'il revienne avec le bateau.
Bjorken, le conteur philosophe, se souvient d’un drôle de phénomène, qui avait débarqué du Vesle Maria, à l’automne et qui était un vrai gigolo, c'est-à-dire « quelqu’un qui ne peut pas se passer des femmes ». Il était venu chasser dans le grand Nord, et voilà qu’à présent il apprenait que s'il voulait y trouver femme, il fallait aller à la ville et pour cela reprendre le bateau qui ne reviendrait pas avant la fonte des glaces : dans 7 mois ! De quoi devenir fou ! craignant que le gigolo n'en perde la raison, son compagnon de chasse décide d'avancer la date et de passer par voie terrestre. De fil en aiguille, pour permettre à deux traîneaux lourdement chargés de traverser un chenal, le conteur réinventera un stratagème relaté par Xénophon, les outres remplies d’air étant, pour l’heure, remplacées par un matériau bien plus moderne et léger : 400 préservatifs que l’étranger emmenait partout avec lui dans une cassette, son secret « tellement secret qu’on ne savait pas ce que c’était …. » Il en avait prévu une par jour ! Mais dans ce cas, demande un des auditeurs suspendus aux lèvres de Bjorken, pourquoi 400 puisqu’il pensait rester un an, donc 365 jours ? Toujours est-il qu’arrivé à la ville il a bien trouvé une femme ….Mais ayant perdu le contenu de sa cassette, il lui a fait un enfant et donc a dû l’épouser :
Le pauvre, il n’a vraiment pas eu de chance ! pensent les auditeurs, sincèrement désolés.

Et puis il y avait eu la fois où le Vesle Maria avait débarqué les alpinistes du club des joyeux montagnards danois de 1897… Quand des faux ours, profitant de la terreur du gardien du campement de base, étaient allés voler de la vraie bière, et quand Lasselile, toujours naïf et croyant bien faire, avait mis quelques heures pour aller récupérer la plaque de métal commémorative de leur exploit que les joyeux montagnards avait mis huit jours à aller « oublier » sur le sommet ….

Faux whisky et vrais racontars : on force un peu le trait, beaucoup, qu’importe ! Du racontar au gros bobard, il n’y a qu’un pas et il n’est pas plus grand que la distance qui sépare l’écorce dure de ces rudes trappeurs de leur humanité tendre et profonde. Celle-ci transparaît derrière les élucubrations philosophiques du conteur, Bjorken, et dans des souvenirs de scènes épiques relatées dans un style percutant et savoureux.

Entre autres, parmi ces souvenirs, celui qu’on appelle Doc, a gardé dans un bocal « l’appendice de Lasselile, retiré à la lumière d’un petromax, Mortensen faisant office d’anesthésiste, armé de mort noire et d’un torchon imbibé d’éther »
( « Les effets secondaires d’une thérapie » )

et bien d'autres contes encore, à savourer au coin du feu .....

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Un gros bobard et autres racontars

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Un gros bobard et autres racontars".