Les civilisés de Claude Farrère

Les civilisés de Claude Farrère

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par FROISSART, le 23 mai 2006 (St Paul, Inscrit le 20 février 2006, 75 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (45 802ème position).
Visites : 3 912  (depuis Novembre 2007)

La lecture de Patryck Froissart

Titre : Les civilisés
Auteur : Claude Farrère
Editeur : Kailash 1997 – Paris
ISBN : 2909052168


Les écrits, comme leurs auteurs, subissent, on le sait, les attaques du temps.
Certains y résistent, prennent même de l’éclat avec les années, se polissent au cours des siècles (ils deviennent alors des classiques).
D’autres flétrissent, se fanent, se démodent.
Ce roman de Claude Farrère, couronné du prix Goncourt en 1905, est de ces derniers.
Le héros est bien sûr un jeune officier de marine. L’histoire se passe évidemment dans le Saïgon de la France coloniale du début du 20e siècle. Le ton général y est bien entendu moraliste, avec des petites touches d’incorrection, et juste ce qu’il faut d’aventure, de tragique, d’exotique et de sensualité pour tenir le lecteur jusqu’au bout.
Fierce, Torral, Mévil et Rochet sont compagnons de beuverie et de débauche. Fumeries d’opium, bars, prostituées à peine pubères, fillettes domestiques, congaïs, bonnes à tout faire ce que leur maître veut, jeunes garçons : tout l’éventail des plaisirs coloniaux est complaisamment passé en revue, faisant des premiers chapitres de ce prix Goncourt un passable début de roman de gare.
Et puis Fierce, le jeune et bel officier de marine, s’éprend d’une oie blanche, Sélysette (sic !), orpheline de père, comme il se doit, qui vit seule avec sa mère aveugle (inévitablement). Le jeune homme délaisse ses complices, rompt avec ses maîtresses, se refait une virginité, et se transforme en soupirant patient et rougissant.
Mais le mal est là qui rôde, à l’affût des failles de la nature humaine, et, lors d’une de ces campagnes de représailles qu’effectuait périodiquement l’armée coloniale pour réprimer le moindre sursaut de possible soulèvement, s’offre à Fierce, dans le village dont il vient de massacrer une partie des habitants, une fillette annamite terrorisée, « presque une enfant, presque nue » dont « on voyait les seins et le sexe » : le guerrier qui habite en tout homme ne peut résister, et c’est une première rechute (excusable encore celle-ci compte tenu des circonstances, semble dire le narrateur), qui en entraînera d’autres, jusqu’à ce que, comme on s’y attendait, Sélysette soit témoin, par un bien malencontreux hasard, une fraction de minute, d’une des scènes de stupre dont le bel officier est redevenu acteur…
Devinez la fin, ou achetez le livre, si vous aimez les précurseurs de Guy des Cars…
La question coloniale est ici traitée de manière équivoque. A certains moments le narrateur caricature le vilain colon, à d’autres il le valorise, sans remettre en cause l’expansion, la conquête, l’asservissement…
Vous avez dit "Prix Goncourt"? Heu...

Patryck Froissart, le 23 mai 2006

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Agréablement surprise

8 étoiles

Critique de Faby de Caparica (, Inscrite le 30 décembre 2017, 60 ans) - 14 avril 2020

" Les civilisés" de Claude Farrère ( 323p)
Ed." Les exotiques"

Bonjour les fous de lectures

Lecture effectuée pour le défi "Je lis tous les Goncourt"
Voici celui de 1905 ( 3° Goncourt).

Saïgon
Trois amis... trois "civilisés", trois colons.
Un officier de marine, un médecin qui aime un peu trop les femmes et un ingénieur fou de logique.
Trois gus blasés, cyniques , pessimistes et qui s'adonnent à la débauche.
"Du sexe, des jeux et de l'opium" pourrait être leur devise.
Mais notre marin va rencontrer la belle Selysette, le médecin va dépérir, fou d'amour pour deux femmes qui l'ignorent....
En essayant de contrer leur destin, ils courent à leur perte.
Seul l'ingénieur regarde tout cela avec une certaine indifférence et garde les pieds sur terre.

Ce livre n'est pas anticolonialiste, loin de là... plus une critique morale des moeurs des colons.
L'auteur, en effet, évoque très peu les autochtones ... dommage.

D'une plume alerte, il nous brosse le monde colonial de l'époque avec de jolies descriptions de Saïgon et des personnages à la "Pierre Loti"

Agréablement surprise par ce Goncourt un peu désuet mais qui tient la route et qui m'a plongée dans l'Indochine coloniale sans aucun ennui.

Ce livre a été un petit scandale à l'époque

Forums: Les civilisés

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les civilisés".