Le Pays de Marie Darrieussecq

Le Pays de Marie Darrieussecq

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Sahkti, le 4 novembre 2005 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (54 747ème position).
Visites : 4 093  (depuis Novembre 2007)

Hommage aux sources de la vie

"Les fantômes ne rôdent pas dans les limbes. Ils n'existent que dans la rencontre. Ils n'ont d'autre lieu que leur apparition."

La narratrice de ce nouveau roman de Marie Darrieussecq est enceinte. Elle a envie de changer d'air, de quitter Paris pour retourner sur ses terres natales. Le mari est convaincu, le couple s'installe. Démarre alors un retour aux sources qui ne se fait pas sans mal. Les retrouvailles avec la maison d'enfance, avec les souvenirs, les traditions, les habitudes. Les morts aussi. Très présents. Fils perdus disséminés ci et là qui s'entrecroisent et souvent se mêlent. Marie Darrieussecq nous promène dans la forêt de la mémoire. A la trace de fantômes aussi, un thème qui lui est cher. L'arrivée prochaine d'un enfant bouleverse la donne. Le thème de la filiation explose et fait appel à des émotions enfouies, à une famille qui refait violemment surface dans la mémoire. Le débat des origines se confronte à celui des esprits rôdeurs.
Deux voix se côtoient: celle de l'imaginaire de la narratrice, de sa mémoire, et puis celle du récit, de la narration simple et plus distante. Marie Darrieussecq, sur ce point, excelle. Elle maîtrise avec brio l'art de la promenade imaginaire et son verbe s'emporte, quitte parfois à devenir trop exalté ou lyrique. Cela crée quelques longueurs vite rattrapées par la beauté du texte et sa sensibilité. Une belle découverte!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Se contenter de peu…

1 étoiles

Critique de Dominiq (, Inscrit le 18 mars 2005, 59 ans) - 18 février 2006

L’idée de son éditeur de mettre en ligne les premières pages du « Pays » n’était pas très heureuse. En vertu du principe selon lequel les premières pages ne sauraient être plus mauvaises que les suivantes, celles-là m’ont dissuadé d’aller plus loin. Jugez donc :
« Je courais, ignorante de ce qui se passait. Je courais, tam, tam, tam, tam, lentement, à mon rythme. Mes chaussures amortissaient le choc. Tam. Tam. Tam. Tam. Ça montait dans mes jambes, mes genoux chauffaient, etc. »
Quelques pages plus loin :
« Je jetais de fréquents coups d’œil sur mes pieds : tam, tam, tam, tam. Ils s’abaissaient et se relevaient, talon-pointe, cuir et caoutchouc. »
Puis, ce sont les « flap flap » au passage des troncs d’arbre…
Et ça continue comme ça : à coup de « pensées en sarabande », de « ligne de pensées, tam, tam, tam, tam » (oui, encore !), on passe à des informations niaises sur Ikéa, ses croustillants et sa piscine à balles, aux inquiétudes d’une mère sur la possible balle dans le groin de son « goret » (qu’a engendré la truie de Truismes, sans doute, dans une belle continuité de l’œuvre de livre en livre !), et ce, toujours dans le style si spontané de Darriseussecq que ça fait comme si elle ne s’était jamais relue, comme ça, ça lui vient, tout d’un jet et « hah », un moucheron et « hah », une anémone », et « hah », un chou blanc !
Oui, chou blanc que cette tentative de graphie d’un « je » schizoïde : j/e (et lorsque le « e » est élidé, ça tombe proprement dans le ridicule).

Richesse du propos introductif, donc, et servi par un style et des onomatopées on ne peut plus géniaux, je n’ai pas cru bon continuer : trop de remplissage dès le début n’augure rien de bon.

Forums: Le Pays

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Pays".