L'orage rompu de Jacqueline Harpman

L'orage rompu de Jacqueline Harpman

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Lou, le 19 juillet 2001 (Bruxelles, Inscrite le 15 novembre 2000, 52 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 049ème position).
Visites : 5 777  (depuis Novembre 2007)

Un train manqué

Deux vies bien réglées se rencontrent par hasard. Dans un train, durant deux heures, elles se révèlent en douceur.
Des simples banalités, elles passent progressivement aux souvenirs intimes. Au diable la pudeur ! La tension monte, le désir aussi de part et d'autre de la table du wagon-restaurant. L’homme fait voler en éclat son confortable
train-train quotidien marital, tandis qu’en face, une femme tangue entre passion et fuite. Pourquoi chercher les ennuis quand on a ses petites habitudes et que, jusqu’à cette rencontre, on les appréciait. Le malaise va crescendo comme lorsque deux corps vont faire l’amour. L'excitation monte, ils se découvrent, appréhendent et désirent en même temps ce moment. Le contrôle va leur échapper d'un instant à l’autre et ils s'imaginent déjà dans d'autres contrées. Mais au point de non-retour, Jacqueline Harpman les ramène brutalement à la réalité. C'était trop beau pour être vrai, cette vision d’Eden dans laquelle elle les a, et nous a aussi, embarqués. Nous avions beau résister vaillamment à ce délire passionné, nous allions presque y croire, y succomber.
Mais que faire contre la peur de l’inconnu, la crainte de souffrir ? Apparemment, fuir.
Ainsi vont les vies, ainsi fonctionnent les êtres. Des centaines de rouages se croisent dans leurs cerveaux tour à tour raisonnables et passionnés. Jacqueline Harpman n'a pas son pareil pour mettre à plat leurs mécanismes, qui à peu de choses près se ressemblent tous dans les têtes des faibles et contradictoires créatures que nous sommes.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Creation sublimante

7 étoiles

Critique de Antoine Cailliau (Louvain-la-Neuve, Inscrit le 13 avril 2004, 35 ans) - 29 mai 2004

Elle nous clot ici avec brio, je trouve, un livre qui mérite place et respect dans la bibliothèque. En quête de nouvelle lecture, je me suis attardé chez ma grand-mère et suis repartit avec l'orage rompu sous le bras. Fin de chronique niaise.
Mon avis sur le livre est clair, elle nous donne l'impression d'être son personnage. L'homme s'est toujours éprit de savoir ce qui siégait exactement en lui, le bien le mal, l'homme la femme... Sujet qui parfois mène à la morosité et s'englue dans un style un peu lourdet... Heureusement, harpman est là et elle relève la tête de ce thème parfois barbant. Bravo à elle.

Accueil mitigé

4 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans) - 28 avril 2004

J'ai connu Jacqueline Harpman dans une meilleure forme, avec une plume plus en verve que cette fois.
Cette histoire, c'est celle d'un huis-clos entre un homme et une femme, sur la ligne TEE (qui deviendra Thalys) Paris-Bruxelles. Trois heures de voyage, elle souhaite manger, il reste une seule place au wagon-restaurant en face de cet homme, elle s'installe. Cornélie revient des funérailles de son ex-mari, un homme qu'elle pensait ne plus aimer et dont les traces refont douloureusement surface. En face d'elle, Henri Guérin, un homme d'affaires à la vie bien rangée, homme tranquille à l'allure distinguée.
La conversation s'engage, Cornélie se livre comme jamais, elle raconte ses souvenirs et ses fantasmes, ses histoires les plus intimes, comme sa première expérience sexuelle (une artériole qui se rompt, l'effusion de sang, une première fois qui sera la dernière avec ce garçon, Jacques), ses uniques émois lesbiens, son mariage, ses enfants, ses doutes, tout ce qu'elle conserve enfoui en elle depuis tant d'années. Le Clos-Vougeot aide à ces confidences, mais il n'y a pas que ça. Entre Cornélie et Henri, c'est l'alchimie, la fusion, la révélation des sens. En trois heures de voyage et de conversations, ils tombent en amour l'un pour l'autre, Henri lui propose de le suivre, de vivre leur folie toute entière, comme des amants s'il le faut, davantage encore si elle le souhaite. Mais voilà, Cornélie est une éternelle angoissée, apeurée à l'idée de prendre la moindre décision, malheureuse lors de son premier mariage et morte de peur à l'idée de souffrir à nouveau. Cornélie n'aime pas faire des choix, encore moins avancer vers l'inconnu. Elle a ainsi acquis de petites manies, comme choisir le premier plat qui lui plaît sur la carte, afin de ne jamais avoir à hésiter, consciente que ce sera une souffrance intolérable. Toute sa vie est bâtie sur ce mode. Il n'y a qu'avec les chiffres qu'elle s'entend (elle est statisticienne), car avec eux, tout marche droit.

Trois heures de discussion, la naissance d'une passion dévorante, la question de tout quitter pour vivre cette folie et la réponse, tant attendue, tellement courue depuis les premières lignes. Comment Cornélie qui a peur de tout pourrait-elle partir ? Léger agacement devant cette fin inévitable, j'aurais espéré davantage.
Ce roman ne m'a pas emballée. Il rassemble pourtant tous les éléments chers à Jacqueline Harpman, la narration à la première personne, l'impression grandissante quil s'agit d'une autobiographie, le portrait d'une femme tourmentée, l'aternance entre assurance et fragilité, une remise en question, un bouleversement final qui jamais ne se produit... Oui, tout était là mais la magie n'a pas opéré, trop plat pour moi. Un sourire cependant, l'évocation par deux fois de la ville belge dans laquelle je réside la moitié du temps, petite ville perdue sur une carte, dont jamais personne ne parle. Ce fut sans doute mon pincement au coeur, le reste m'a paru trop pesant.

"Les yeux (...) sont les fenêtres de l'âme"

10 étoiles

Critique de Cendrine (, Inscrite le 12 février 2004, 42 ans) - 8 avril 2004

Cette petite phrase, les lecteurs de "L'Orage Rompu" l'auront certainement déjà parcourue...

C’est vrai que nos yeux reflètent notre âme, ce qu’il y a au plus profond de nous… Parfois ils brillent, parfois il scintillent… Il arrive qu’ils s’assombrissent pour ensuite s’éteindre doucement et s’embrumer… Les yeux parlent et dévoilent la vérité…

"Cornélie n’a pas d’amant, c’est pour ça qu’elle est si triste".

... parce qu’encore une fois l’indécision est le propre de l’Homme… On se questionne, on se pose quelques instants… On réfléchit… On se décide… On regrette…

Remords - Regrets

8 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 52 ans) - 12 mars 2002

Intéressante question posée là par Thémis, voici ce qu’en pense l'histoire :
« De nos jours, la plupart des gens meurent d'une espèce de bon sens rampant et découvrent trop tard qu'il n'y a que les erreurs qu'on ne regrette jamais. » Oscar Wilde – Aphorismes
« Le regret est un amplificateur du désir. » Marcel Proust & Albertine Disparue
« Quand on connaît les femmes, il faut bien avouer qu'elles ont plus de regret de n'avoir pas commis une mauvaise action profitable, que de remords de l'avoir faite. » Mme de Rémusat – Essai sur l'éducation des femmes
« Ceux qui connaissent les hommes savent que le regret de n'avoir pas fait une mauvaise action profitable est bien plus commun que le remords. » Duc de Lévis (maréchal de France) & Maximes et réflexions
« La seule liberté que nous concède la vie, c'est de choisir nos remords. » Jean Rostand
« Pour ma part, je préfère de loin les remords… au moins, je n’ai pas de regret ! » Pascal Wattie – Pensées giratoires

Il y a l'art et la manière, J.H possède les deux !

9 étoiles

Critique de Thémis (Ligny, Inscrite le 17 avril 2001, 53 ans) - 10 mars 2002


Cette histoire aurait pu paraître insignifiante à première vue, mais c’était sans compter sur le talent de Jacqueline pour en faire quelque chose de spéciale.
Des personnages qui en apprennent tant sur eux-mêmes pendant ce simple repas au wagon-restaurant qu'ils seraient prêts à se remettre en question et changer le cours de leur vie !
Vaut-il mieux vivre avec des remords ou des regrets...?

Quelle plume, quelle finesse...

10 étoiles

Critique de Zoom (Bruxelles, Inscrite le 18 juillet 2001, 68 ans) - 15 septembre 2001

J'ai eu l'occasion en 1998 de participer à un jury littéraire de magazine féminin et de décerner le premier prix à J. Harpman pour ce livre que j’avais adoré. Cette grande dame (au propre et au figuré) écrit bien, même excessivement bien (quoiqu'elle abuse un peu du subjonctif) , et dans tous ses livres, je retrouve des choses que j’aime : l'analyse des passions humaines, un sens profond du féminin, un humour cynique, cela dans un cadre discrètement mais sûrement familier (le bois de la Cambre, l’Hotel Hannon, la vieille rue du Moulin, et bien d’autres) puisqu'elle est Bruxelloise. Et je m'étonne de trouver dans ce site si peu de Harpman et tant de Nothomb : ah, les effets de la pub... mais il me tarde de remédier à cela !
Dans l'orage rompu, Cornélie revient de Paris où elle a enterré son ex-mari sans émotion. Dans le wagon-restaurant du regretté TEE vers Bruxelles, elle dîne et entame la conversation avec son voisin de table, un quadragénaire banal et distingué. La conversation prend une tournure de confidences, de plus en plus intimes et le pauvre quadra en est déstabilisé, voire séduit et bouleversé. Les sentiments gagnent du terrain entre ces deux inconnus , dans un crescendo maîtrisé avec art et finesse. Mais le surmoi n’a pas dit son dernier mot...

Comment fait-elle?

10 étoiles

Critique de Bluewitch (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 43 ans) - 31 juillet 2001

Comment Jacqueline Harpman fait-elle pour nous captiver si brillamment et si finement dès la première page de ses romans?? Vraiment, j'ai dévoré "L'orage rompu" avec autant de passion que les autres. C'est toujours pareil et pourtant toujours différent... Quelle magicienne et quelle femme, avant-tout! Oui, la féminité est au premier plan mais il n'est nul question de mièvrerie ni de magazine de mode. C'est la femme à l'état brut, avec ses forces et ses faiblesses, telle qu'elle aimerait être découverte et pourtant, telle qu'elle craint l'être, également. Le hasard a voulu que ce roman soit critiqué deux fois sur ce site mais Zoom et Lou se complètent parfaitement pour tirer l'essence de ce livre superbe qui m'a, une fois de plus, laissée terriblement admirative...

Forums: L'orage rompu

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'orage rompu".