Les forums

Forums  :  Forum général  :  Le "tu" narratif

Feint

avatar 06/02/2016 @ 11:33:55

Michel Butor La modification (mais là c'est "vous" et non "tu")
Tiens, avec "vous", j'oubliais La Salle, de Joël Baqué.

Hiram33

avatar 06/02/2016 @ 16:02:00
Frédéric Dard intercale des "tu" dans ses narrations pour adresser des clins d'oeil à ses lecteurs.

Fanou03
avatar 16/06/2017 @ 11:00:35
Je rajoute à la liste:
- "Les cosmonautes ne font que passer" de Elitza Gueorguieva (http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/50969)
- "Double nationalité" de Nina Yargekov qui utilise semble-t-il le "vous" (http://20minutes.fr/livres/…). Voilà un roman qu'il faut que je rajoute à ma LAL d'ailleurs !

Feint

avatar 16/06/2017 @ 23:14:02
Et mon alter-ego en a écrit deux il y a longtemps.

Maxibapt
26/12/2019 @ 20:48:35
Viol, une histoire d'amour de Joyce Carol Oates.

Un court roman fort et émouvant. L'usage du "tu" interpelle et implique fortement le lecteur. L'immersion est totale. Un sacré uppercut et ma meilleure lecture de l'année !

Myrco

avatar 27/12/2019 @ 09:32:07
Le très beau roman de Marlène Van Niekerk (écrit en africaans) joue sur plusieurs perspectives qui usent de modes narratifs différents. Le "tu" narratif est l'un deux , utilisé plus comme un mode de distanciation au contraire, comme quoi ce procédé est riche de possibilités!

Myrco

avatar 26/06/2022 @ 11:11:47
voir aussi "Trois concerts" de Lola Grüber

Pieronnelle

avatar 26/06/2022 @ 17:49:14
voir aussi "Trois concerts" de Lola Grüber

Oui, et dans le livre il est utilisé pour deux personnages seulement il me semble, ceux qui encadrent le personnage principal feminin . Pour elle le tu n'est pas employe, car elle évolue depuis l'enfance dans un univers autistique dont la part de mystère ne permet pas à mon avis un tu intrusif voir familier. Par contre le tu envers les autres peut devenir parfois accusateur ,parfois révélateur d'un sentiment de culpabilité , de victimisation , triturant la conscience ; impossible d'y échapper...

Myrco

avatar 26/06/2022 @ 19:22:39
voir aussi "Trois concerts" de Lola Grüber


Oui, et dans le livre il est utilisé pour deux personnages seulement il me semble, ceux qui encadrent le personnage principal feminin . Pour elle le tu n'est pas employe, car elle évolue depuis l'enfance dans un univers autistique dont la part de mystère ne permet pas à mon avis un tu intrusif voir familier. Par contre le tu envers les autres peut devenir parfois accusateur ,parfois révélateur d'un sentiment de culpabilité , de victimisation , triturant la conscience ; impossible d'y échapper...

Mon sentiment était que le tu narratif était bien utilisé pour les trois personnages principaux y compris Clarisse. ce que confirme ma vérification car tu avais semé un petit doute dans mon esprit;-) Ceci est vrai dès le chapitre 3 "Cent fois" lorsqu'elle se projette dans le salon de Sobolevitz où a lieu l'interview par Nevel.

Lobe
avatar 26/06/2022 @ 23:34:54
La condition pavillonnaire, de Sophie Divry (pas lu, mais je l’ai écouté en parler dans Bookmakers sur ArteRadio).

Pieronnelle

avatar 27/06/2022 @ 00:08:20
voir aussi "Trois concerts" de Lola Grüber


Oui, et dans le livre il est utilisé pour deux personnages seulement il me semble, ceux qui encadrent le personnage principal feminin . Pour elle le tu n'est pas employe, car elle évolue depuis l'enfance dans un univers autistique dont la part de mystère ne permet pas à mon avis un tu intrusif voir familier. Par contre le tu envers les autres peut devenir parfois accusateur ,parfois révélateur d'un sentiment de culpabilité , de victimisation , triturant la conscience ; impossible d'y échapper...


Mon sentiment était que le tu narratif était bien utilisé pour les trois personnages principaux y compris Clarisse. ce que confirme ma vérification car tu avais semé un petit doute dans mon esprit;-) Ceci est vrai dès le chapitre 3 "Cent fois" lorsqu'elle se projette dans le salon de Sobolevitz où a lieu l'interview par Nevel.

C'est curieux ce sentiment que j'avais qu'il n'y avait pas le tu pour Clarisse comme s' il ne pouvait pas la concerner. Je n'avais pas vérifié avant :-) Je n'ai ressenti le tu que pour les deux autres...comme quoi...Cela vient du fait peut être que l'enfance de Clarisse est racontée et je suis restée sur cette impression.

Pieronnelle

avatar 27/06/2022 @ 00:25:04
voir aussi "Trois concerts" de Lola Grüber


Oui, et dans le livre il est utilisé pour deux personnages seulement il me semble, ceux qui encadrent le personnage principal feminin . Pour elle le tu n'est pas employe, car elle évolue depuis l'enfance dans un univers autistique dont la part de mystère ne permet pas à mon avis un tu intrusif voir familier. Par contre le tu envers les autres peut devenir parfois accusateur ,parfois révélateur d'un sentiment de culpabilité , de victimisation , triturant la conscience ; impossible d'y échapper...


Mon sentiment était que le tu narratif était bien utilisé pour les trois personnages principaux y compris Clarisse. ce que confirme ma vérification car tu avais semé un petit doute dans mon esprit;-) Ceci est vrai dès le chapitre 3 "Cent fois" lorsqu'elle se projette dans le salon de Sobolevitz où a lieu l'interview par Nevel.


C'est curieux ce sentiment que j'avais qu'il n'y avait pas le tu pour Clarisse comme s' il ne pouvait pas la concerner. Je n'avais pas vérifié avant :-) Je n'ai ressenti le tu que pour les deux autres...comme quoi...Cela vient du fait peut être que l'enfance de Clarisse est racontée et je suis restée sur cette impression.

C'est intéressant cette différence dans les "tu" ; celui pour Clarisse m'a fait complètement entrer à l'intérieur de son personnage au point de l'oublier, alors que pour les autres je l'ai ressenti comme une interpellation ...

Début Précédente Page 2 de 2
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier