L'Art de la guerre de José-Louis Bocquet (Scénario), Jean-Luc Fromental (Scénario), Floc'h (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Hervé28, le 26 octobre 2023 (Chartres, Inscrit(e) le 4 septembre 2011, 54 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 141ème position).
Visites : 1 250 

Déstabilisant mais très réussi

Avant tout, je dois dire que je suis, depuis mon enfance, un fan absolu des aventures de Blake et Mortimer. J'ai apprécié certains albums de la période post Jacobs, d'autres beaucoup moins.
Étonnamment, j'avais adoré "le dernier pharaon", qui explosait les codes de Blake et Mortimer, aussi bien sur le fond que sur la forme (d'ailleurs, je possède trois versions différentes de cet album, l'édition bibliophile, le format à l'italienne, et l'édition noir et blanc, tant cette adaptation m'avait enthousiasmé)
Avec ce nouvel album signé Fromental et Bocquet, auteurs du très réussi " huit heures à Berlin", je ne pouvais que m'attendre à un scénario de qualité, et je n'ai pas été déçu, loin de là.
Pourtant, lorsque j'ai ouvert cette bande dessinée, j'ai été très surpris par le dessin de Floc'h, au style très épuré, très simple, voire grossier par rapport à celui de Jacobs ou de ses repreneurs.
Son style pique les yeux, à première vue. Nous sommes très loin du souci du détail de Jacobs ou encore des décors fouillés et précis auxquels nous étions habitués, pourtant, la magie "Blake et Mortimer" opère toujours. Déstabilisant de prime abord, on finit par s'habituer au dessin et aux couleurs de Floc'h au gré de la lecture.
Car, c'est avec un plaisir sans limite que j'ai retrouvé nos deux héros british dans un New York où ils pourraient tomber nez à nez avec Mister Kaplan, de "la mort aux trousses".
Avec une mise en page basée sur des grandes cases, les auteurs explosent le canon Jacobien, mais avec une intrigue sur 138 pages, l'un compense l'autre.
Le scénario repose sur une enquête sur quelques jours , menée tambour battant et qui ne ménage pas son lot de surprises. Les auteurs renouent ici avec un classicisme qui fait du bien, sur fond d'un New York, que j'ai bien connu.
Cette aventure, qui se situe après "la Marque Jaune", est, à l'aulne des événements actuels, d'une cruciale actualité avec le discours du Capitaine Blake à la tribune de l'ONU.
Les gardiens du Temple crieront sans doute au scandale avec cette aventure de "Blake et Mortimer à New York", mais pour ma part, j'en recommande vivement la lecture.
Je dois préciser que j'ai opté pour l'édition bibliophile , à 6500 exemplaires, pour découvrir cette bande dessinée.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

En effet

8 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 41 ans) - 11 décembre 2023

En effet, c'est assez déstabilisant, entre les dessins proches du premier style hergéien (les premiers Tintin ; et même les teintes, assez pastel, rappellent celles utilisées pour les colorisations de "Au Pays des Soviets" ou des "Cigares...", je trouve) et qui font, vu leur taille imposante, qu'on ne cesse de tourner les pages de cet album certes long de 140 pages, mais se lisant aussi rapidement qu'un album de 44 pages ; et le scénario, étonnant, de cette aventure se passant exclusivement dans une ville n'ayant jamais été visitée, auparavant, par le duo : New York.
C'est excellent, mais je peux comprendre qu'on n'accroche pas (je trouve cependant que Floch reprend un peu trop souvent le même dessin d'un gros plan de personnage, dans une seule et même séquence, ça fait un peu cheap). Moi, c'est au précédent hors-série, "Le Dernier Pharaon", que je n'ai pas accroché, pas à cause des dessins, mais à cause de l'histoire et du fait d'avoir transposé les personnages à l'époque actuelle, avec ordinateurs, smartphones, internet et tout ça...
Rien de tout ça dans cet "Art de la Guerre" qui se passe à l'époque des autres "B & M" et constitue une suite alternative, et bien meilleure que le doublé "L'Onde Septimus"/"Le Cri du Moloch", à "La Marque Jaune".
Une belle réussite, une belle découverte.

Forums: L'Art de la guerre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'Art de la guerre".