Maléfices de Maxime Chattam

Maléfices de Maxime Chattam

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Fabien.meier, le 22 mai 2004 (Inscrit(e) le 22 mai 2004, - ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 31 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (312ème position).
Visites : 11 125  (depuis Novembre 2007)

On frémit...

Du nouveau dans les thrillers. Le jeune Maxime Chattam déjà auteur de deux autres livres issus de cette trilogie arrive avec ce dernier opus.

Inutile d'avoir lu les deux derniers ouvrages pour commencer Maléfices, l'histoire bien qu'ayant des liens avec les anciens ouvrages est tout à fait indépendante.

De quoi nous parle-t-on ? Et bien pour faire simple et rapide une ombre rôde , des femmes disparaissent. L'auteur mène très bien son histoire et le rythme soutenu empêche la moindre minute d'ennui. Le filon est juteux : les araignées, une des peurs universelles , et il faut avouer que cela marche bien et pour ma part j'ai senti des petits picotements dans les jambes...

Voila ajoutez à tout ça une love story entre l'inspecteur Brolin et la belle journaliste Annabelle et vous voila 500 pages de roman thriller bien ficelé.

Verdict : Vraiment pas mal, Maxime Chattam ne révolutionne pas le style mais ajoute un peu de fraicheur. Un livre qui se laisse lire.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Maléfices [Texte imprimé] Maxime Chattam
    de Chattam, Maxime
    M. Lafon / Thriller (Neuilly-sur-Seine)
    ISBN : 9782749900322 ; 12,38 € ; 04/03/2004 ; 541 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  La trilogie du mal

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Pris dans la toile

4 étoiles

Critique de Sincou (, Inscrit le 24 avril 2010, 41 ans) - 6 décembre 2021

C'est clairement pour moi le moins bon de la trilogie. Je me suis laissé prendre par l'intrigue originale et j'ai peiné à en sortir. Seulement voilà, j'y suis miraculeusement parvenu avec efforts et ennui.
Que c'est long... une lecture machinale ayant parfois pour but de tourner la page suivante pour en terminer au plus vite.

Troisième volet qui n'est pas indispensable si vous avez suivi les deux premiers.

Maléfices sans le moindre enchantement

2 étoiles

Critique de Bettyzorg (PALAISEAU, Inscrit le 21 décembre 2009, 62 ans) - 19 juillet 2021

Vous est-il déjà arrivé d’écouter quelqu’un qui n'en finit pas de vous narrer une histoire, en vous noyant sous les détails, et en encombrant son récit de notations ennuyeuses et d’expressions toutes faites ?

Vous piaffez d'impatience, priant intérieurement cette personne de bien vouloir abréger. Et quand arrive la fin, c'est la délivrance. Vous n'avez alors qu’un seul désir : vite passer à autre chose.

C’est ce que je vais faire : ouvrir un bon livre écrit par un romancier qui mérite le nom d’écrivain.

Nota : Je laisse une étoile pour la documentation solide et l'effort d'imagination,

Voyage au bout de la folie

8 étoiles

Critique de Incertitudes (, Inscrit le 4 décembre 2008, 37 ans) - 15 septembre 2019

In Tenebris était vraiment... noir. Non pas que Maléfices ne le soit pas. Rien que la couverture donne le ton. La présence de Juliette Lafayette rôde toujours. Mais celle d'Annabel est là pour rattacher Brolin au monde des vivants. Sa présence est salutaire. Sinon, il finirait par devenir fou.

On est plus forts à deux. Peut-être que Brolin a trouvé son maître cette fois-ci. Un accro des araignées qui va en semer de partout, empoisonner ses victimes, les vider de ses organes sous fond de vieilles expériences de l'armée et d'une entreprise dont l'objectif est de fabriquer de la soie ayant les mêmes propriétés que la soie d'araignée. L'identité du coupable, sans trop s'avancer, est forcément quelqu'un connaissant à fond le sujet, un scientifique, un universitaire, un passionné, intelligent et surtout sacrément dérangé.

Là encore, Maxime Chattam nous livre un polar où il n'a rien laissé au hasard dans sa conception. Les méthodes de la police, les investigations, les phases d'assaut, les autopsies. Mais surtout les araignées. Il a dû lire un tas de bouquins là-dessus, interroger des spécialistes. Il a dû se comporter un peu comme son détective privé obsédé par son travail et qui n'a aucune vie sociale.

Dans son épilogue, il y a justement un petit coin de ciel bleu pour lui. Annabel, si c'est difficile d'envisager de faire sa vie avec elle, une forte amitié, une collaboration professionnelle...Pourquoi pas ? Maintenant, c'est dur à dire. Chattam précise que Maléfices clôt la trilogie "Joshua Brolin", qu'il n'y aura pas d'autres aventures et que c'est au lecteur d'imaginer la suite. Mouais. Un peu facile comme procédé. Ce ne sont pas nous les écrivains. Les plus romantiques verront Brolin se mettre avec Annabel. Les autres se diront que c'est un solitaire, qu'il ne peut aimer qu'une femme et que cette femme c'était Juliette. Que sa seule raison d'être, c'est de traquer des criminels.

On ne saura pas non plus ce qu'est devenu le mari d'Annabel. Quoi qu'il en soit, Brolin a bien mérité un peu de repos. Et puis qui sait, peut-être qu'un jour, il sortira de sa retraite.

Doux comme la soie !

9 étoiles

Critique de Pakstones (saubens, Inscrit le 2 septembre 2010, 56 ans) - 21 juillet 2015

Horreur !!! Malheur !!!
Je viens de me faire piquer par une sale araignée noire.
Brrr....

J'en ai la chair de poule, est-elle mortelle ?

Alors, vite je dépose ma critique de "Maléfices" de Maxime Chattam avant que je ne succombe à cette piqûre.... maléfique !

Dans cette foutue histoire de psychose, les morts revivent .... et les vivants meurent !!!!

Une véritable toile d’araignée est tissée aux fils de ces pages empoisonnées tout comme cette enquête que mène Joshua Brolin dans les forêts de l’Oregon.

Des apparences trompeuses, de faux semblants, tout est hyper angoissant et pourtant si réaliste et fataliste.

Des hurlements que nul n'aurait pu penser être humains, envahissent tes oreilles tout en lisant, les yeux pleins de larmes, car la chose est près de toi pour l'ultime châtiment.

J’arrête, trop peur, le filet se resserre, le pire est à venir ....

Au secours, je suffoque, je tremble, je blêmis, trop tard ....
Y'a plus rien à faire.

ferme les yeux mon bébé, la nuit arrive !!!!!

AAAAAAAAAAAAAAH !!!!

Nos amies à huit pattes

10 étoiles

Critique de Marlène (Tours, Inscrite le 15 mars 2011, 44 ans) - 2 juin 2013

Je dis amies mais comme pas mal de gens, je n'irais pas voir un magasin qui en vend ou des gens qui en collectionnent. Quand j'en vois je ne les écrase pas mais je les mets dehors, là finalement je me demande comment on peut réagir quand on tombe sur une araignée de 20 voire 30 centimètres de diamètre!
Histoire tortueuse, gore, on en apprend pas mal sur la conservation des corps (même si je connaissais certains éléments) et les araignées. toujours un p'tit cours sur les tueurs en série et leur manière de penser, j'aime bien
De nouveau Joshuas Brolin et Annabel la New-Yorkaise. Je les aime bien ces deux là et j'avoue que j'aurais aimé les retrouver plus, ils vont me manquer. Josh toujours aussi renfermé mais qui s'ouvre petit à petit.
Plein de fausses pistes, difficile de savoir qui est le tueur. Peut-être un brin trop compliqué mais j'ai passé un très bon moment, je voulais savoir la suite, je pestais quand je devais fermer le livre pour aller bosser, difficile de le fermer pour dormir, et j'y pensais en dehors.
Très bon livre que j'ai beaucoup apprécié.

Cours sur les araignées, la conservation des corps et les autopsies

6 étoiles

Critique de Isad (, Inscrite le 3 avril 2011, - ans) - 22 septembre 2012

Ce livre est bien documenté et le montre, ce qui est intéressant et atténue un peu l’horreur des meurtres commis par un esprit malade. Les chapitres s’enchaînent les uns aux autres avec un léger suspense qui pousse à continuer la lecture. Les héros sont deux solitaires tourmentés par leur passé, amis-amants qui hésitent à se confier et à s’engager l’un envers l’autre.

Alors que la policière New-yorkaise Annabelle O’Donnel était venue passer des vacances avec l’ancien profiler devenu détective privé à Portland Joshua Brolin, des femmes vidées de leur substance sont retrouvées mortes enveloppées dans un cocon de soie d’araignées dans les belles forêts de l’Oregon à proximité de zones humides. Et les voilà associés dans une l’enquête à rebondissements pour retrouver l’auteur de ces meurtres délirants et expliquer sa motivation qui tiendra en haleine jusque dans les dernières pages car ils se trompent plusieurs fois de suspect.

IF-0912-3951

Très bien ficelé

9 étoiles

Critique de POOKIES (MONTPELLIER, Inscrit le 16 août 2006, 44 ans) - 14 mai 2012

Maléfices est le dernier épisode de la Trilogie du Mal de Maxime Chattam.
Et il faut dire que l'auteur n'a pas baissé les armes pour ces nouvelles aventures de Brolin et de O'Donnel que l'on retrouve à Portland.
Plusieurs femmes, nouvellement mariées, sont kidnappées pendant le sommeil de leur mari sans trace d'effraction ni indices. Ces mêmes femmes sont retrouvées quelques jours plus tard vidées intérieurement et suspendues, emmitouflées dans un cocon de fil d'araignées.
En même temps, en ville, plusieurs attaques mortelles d'araignées ont été constatées.
La psychose se fait alors ressentir et les araignées ont mauvaise presse.
Dans toute cette ambiance délétère, nos deux protagonistes vont tirer le fil pour arriver jusqu'au dénouement incroyable.
Il s'agit donc là d'un roman merveilleusement ficelé dans lequel il ne faut pas tomber dans cette toile d'araignée littéraire.

Bye bye Mr Brolin...

9 étoiles

Critique de Amnezik (Noumea, Inscrit le 26 décembre 2006, 54 ans) - 18 janvier 2012

Pour notre dernière rencontre avec Josh Brolin et Annabel O’Donnel l’auteur nous livre le portrait d’un tueur particulièrement vicieux, l’occasion aussi de jouer sur le dégoût (et la peur) qu’inspirent bien souvent les araignées ; moi-même je n’ai aucune honte à avouer ne pas être un grand fan de ces bestioles, au fil de la lecture j’ai cherché sur Google des images des araignées citées dans le bouquin et le moins que l’on puisse dire ce que ça ne va pas contribuer à me réconcilier avec la gent arachnéenne. Sinon on retrouve les ingrédients qui ont fait le succès des deux précédents opus, une intrigue riche en rebondissements, sans temps morts ni fioritures et toujours ce même souci de coller à la réalité en se documentant à fond sur son sujet.
Si lire la trilogie dans l’ordre chronologique n’est pas impératif je trouve tout de même que c’est le meilleur choix pour l’aborder, de la sorte on assiste à l’évolution des personnages (notamment celui de Josh Brolin qui est de loin la personnalité la plus complexe de la série). Chattam lui même décrit sa trilogie comme une succession de saisons (respectivement automne, hiver et printemps) qui sont autant de phases dans la vie de Joshua Brolin ; il manque l’été me direz-vous, l’auteur se justifie en expliquant que c’est à chacun de nous d’imaginer ce que pourrait être la suite…

Mouais

5 étoiles

Critique de Polgara (, Inscrite le 20 novembre 2011, 39 ans) - 20 novembre 2011

J'ai du mal à comprendre l'engouement du public pour cet auteur. Oui ses histoires sont faciles à lire et divertissantes mais à côté il y a trop de "rebondissements" pour que ce soit crédible et trop d'images et comparaisons ridicules et niaises (même si cela s'améliore avec le temps). De plus, l'auteur essaie trop de nous montrer qu'il est bien documenté et qu'il s'y connaît, c'est bien de connaître son sujet mais à force cela fait un peu prétentieux.
Toutefois, ces romans restent agréables à lire.

Fin de cycle...

6 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 42 ans) - 28 octobre 2010

Le dernier volet de la trilogie du Mal est beaucoup moins noir que les autres.
Seuls les personnages communs créent un lien avec les deux premières histoires.
Le récit est intrigant avec des scènes toujours aussi stressantes, mais la fin, bâclée, est un manque de respect envers la totalité de cette trilogie.

Chattam a clôturé son expérience "Thrillers" et s'en sort plutôt très bien, tant je me suis immergé avec frissons dans son univers.

Adieu Brolin!

La trilogie est une belle réussite.

10 étoiles

Critique de Yogi (, Inscrite le 12 août 2008, 57 ans) - 9 mai 2010

J'ai lu l'âme du mal, in tenebris et maintenant maléfices la boucle est bouclée. Tout simplement magnifique. Adieu Joshua Brolin.

Encore un bon Chattam

9 étoiles

Critique de Lalie2548 (, Inscrite le 7 avril 2010, 37 ans) - 22 avril 2010

J'adore cet auteur et je n'ai pas été déçue par le dernier bouquin de cette trilogie. L'intrigue est intéressante et comme dans chaque bon Chattam tout est fait pour avoir du mal à lâcher son livre. C'est vraiment à lire (même si vous avez peur des araignées ;-))

Un final à la hauteur des deux premiers

10 étoiles

Critique de Oguz77 (, Inscrit le 24 novembre 2009, 44 ans) - 3 décembre 2009

En effet, "Maléfices" n'a rien à envier aux deux autres volets de la trilogie du Mal. On pourrait même souligner sa toute singularité arachnéenne qui donne au thriller un nouvelle facette. Toujours ce talent créatif de Maxime Chattam qui sait tenir le lecteur en haleine, jouer des rebondissements et des faux-semblants et créer un rythme de lecture sans pause aucune. Quelle réussite que cette trilogie qui donne envie de retrouver Maxime Chattam au sommet de son art !

Brolin & co vont me manquer !!!!

10 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 43 ans) - 17 novembre 2009

Très très bon roman. Dense, complet, documenté et intéressant. On garde la même équipe que pour les deux premiers tomes. Joshua est merveilleux de « finesse » dans sa non-relation avec Annabel ! Et la noirceur de ce duo me plait beaucoup.
Les soupçons vers X ou Y amenés par l’auteur sont un peu gros, on n'y croit pas. Mais à part ça, c’est très bien ficelé.
Et puis j’ai beaucoup aimé la clôture tout en simplicité de la trilogie par Chattam. Quelques explications et une promesse de… d’absence de 4ème tome.
Vite, un autre Chattam dans mes mains !

Mitigé

7 étoiles

Critique de Enn0 (, Inscrit le 14 août 2009, 49 ans) - 30 septembre 2009

J'ai adoré l'ambiance et l'histoire de cet opus parmi toutes ces araignées qui nous effraient. Le contexte particulier fait toute la saveur de ce roman. C'est toujours aussi américain, mais toujours aussi efficace. Maxime Chattam manie le cliffhanger avec bonheur.

J'ai juste un bémol à ajouter car le prétexte de "nouvelle race de tueur" lance plein de pistes dans tous les sens sans aucun sens justement. Des petites facilités qui font baisser la note finale.

Une réussite

10 étoiles

Critique de Patsy80 (, Inscrite le 20 août 2009, 46 ans) - 24 août 2009

Aucune déception sur le troisième volet que j'ai abordé avec beaucoup d'appréhension car j'ai trouvé le deuxième un peu moins bien que le premier. C'est un thriller très prenant avec une intrigue très forte et une fin en harmonie avec le reste. Merci M. Chattam, depuis vous êtes dans ma liste d'auteur à suivre fidèlement !

visitez google image

10 étoiles

Critique de Sufull (Quevy-le-petit, Inscrit le 29 mai 2005, 45 ans) - 22 juillet 2009

Troisième volet d'une excellente trilogie, et il clôture en beauté.
Pas besoin d'en rajouter par rapport aux autres critiques, tout ce que je peux dire c'est que je lisais ce livre avec un ordinateur à côté de moi et chaque fois qu'on parlait d'une araignée, j'allais voir à quoi elle ressemblait, franchement, essayez et mettez vous ensuite dans la peau du héros ou de la victime qui tombe là-dessus ...

Un excellent auteur pour ce que j'ai déjà lu de lui.

Wow!

8 étoiles

Critique de Kopin (, Inscrit le 30 décembre 2008, 39 ans) - 12 juin 2009

Ayant été impressionné par In Tenebris, je me suis lancé dans cette nouvelle aventure de Joshua Brolin avec enthousiasme. L'histoire peut rebuter certains lecteurs puisqu'à un certain moment, nous avons l'impression que nous tombons dans un livre de science-fiction plutôt qu'un polar tellement le tout semble rocambolesque! Mais, c'est un livre tordu qui mérite d'être lu si vous recherchez un polar original et l'histoire est toujours aussi intéressante tout au long du livre. L'écriture est bien choisie et Maxime Chattam nous offre un autre petit bijou!

Une continuité dans la différence

8 étoiles

Critique de Blacksad75 (, Inscrit le 19 février 2009, 43 ans) - 19 février 2009

Excellent roman. L'auteur a su clôturer la trilogie en beauté.

Ce troisième épidode a ceci d'original que les faits commis sont d'une sorte différente par rapport aux deux opus précédents.

On a affaire à un mal qui semble plus en rapport avec la nature, une méthode pour tuer originale par rapport aux deux premiers romans, où les criminels lacéraient, coupaient, surinaient.

A tel point que jusqu'à un certain stade du récit, on se prend à se demander si on n'est pas plus proche d'un récit de science-fiction.
Bref, Chattam a su faire dans la continuité tout en ne resservant pas un plat réchauffé.

Troisième volet

9 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 39 ans) - 30 mars 2008

Dernier volet de la trilogie du mal, "Maléfices" fut mon premier Chattam (comme pour le précédent internaute/commentateur). J'ai adoré, même si, avec le recul, ce roman me semble un peu too much par moments (la fin - on jurerait que Chattam veut achever sa saga en apothéose). Toujours les mêmes personnages, qui sont attachants au possible. Un très très bon thriller.

bon thriller

8 étoiles

Critique de Wakayoda (, Inscrite le 12 septembre 2007, 42 ans) - 19 janvier 2008

C’est un bon thriller, malheureusement j’ai commencé par le dernier de la trilogie. Ceci ne m’a pas empêché de comprendre l’intrigue et de cibler les personnages mais il vaut mieux lire « l’âme du mal » et « in tenebris » avant. J’ai donc découvert des secrets des autres ouvrages avant de les lire.
L’intrigue part de faits réels ce qui met du piment. Les inspecteurs sont impliqués car le frère de l’un meurt précipitamment. Brolin et annabel se font attaquer tous les deux par le tueur au moins deux fois et en ressortent presque sans égratignure. Les cadavres sont emballés dans de la soie d’araignée et de nombreuses personnes meurent de piqûres d’araignée. Le tueur « l’homme araignée » sévit dans une région sans relâche. Un suspense haletant avec des personnages perdus dans la vie. Un meurtrier pathétique et très destructeur. C’est un personnage atypique et la fin n’est pas commune non plus.
C’est un livre divertissant, agréable à lire pour son fonds et sa forme.

Toujours aussi bon

8 étoiles

Critique de Mayfair (Distroff, Inscrite le 30 mars 2007, 49 ans) - 2 janvier 2008

Difficile d’en dire plus que ce que tous les autres ont déjà dit.
Pour moi, l’histoire est toujours aussi bonne que dans les deux premiers volumes et cette fois Chattam y ajoute une peur universelle ou à tout le moins très répandue, celle des araignées.
En tout cas c’est réussi. On a quand même une grande chance : Chattam est jeune et a encore tout son temps pour nous pondre des romans à nous faire frissonner… de plaisir !

Le meilleur de la trilogie

9 étoiles

Critique de Fantasio (, Inscrit le 14 octobre 2005, 69 ans) - 1 mai 2006

J’avais vraiment aimé le premier livre de cette trilogie : L’ÂME DU MAL, un thriller haletant et efficace. Le deuxième IN TENEBRIS m’avait conforté dans ma bonne opinion de l’auteur. (En fait j’avais même préféré le second au premier). C’est donc « en confiance » que j’ai entamé le troisième et dernier volet de cette trilogie. On retrouve ici le couple de détective Joshua Brolin et Annabel O’Donnel pour une aventure encore plus angoissante que les deux précédentes.
Dans ce thriller horrifique, le premier tiers semble plus de la littérature d’épouvante que du récit policier.
Une « chose » enlève des femmes, les tue avant de vider leurs corps de leurs organes en les liquéfiants avant de les absorber. De plus, on retrouve les victimes « enveloppées » dans un cocon fabriqué en fil d'arachnide. Une araignée géante. Tout le laisse à penser. Dans le même temps les morsures, souvent mortelles, de mygales et autres « Veuves noires » se multiplient dans les environs de Portland. L’enquête pose plus de questions qu’elle n'apporte de réponses et le lecteur est littéralement envoûté par le récit terrifiant de cette aventure.
Maxime Chattam est décidément un sacré conteur et a l’art de tenir en haleine son lecteur. On est fasciné, captivé, ensorcelé par les rebondissements incessants, mais jamais gratuits, du roman. Je met au défi quiconque d’abandonner ce bouquin en cours de lecture. Il n’y a aucun temps mort dans le déroulement de ce thriller qui garde un rythme et un suspens époustouflants jusqu’à la fin, excellente et inattendue. La psychologie des protagonistes est assez recherchée et les personnages attachants. L’intrigue est fouillée et passionnante. Quand au style de l’écriture, il est parfait.
MALÉFICE clôt donc en apothéose cette très bonne trilogie.
Pour passer quelques belles nuits blanches je conseille fortement ces trois livres. Ils peuvent se lire séparément sans problème mais je pense que la lecture dans l’ordre de leurs publications est quand même préférable.
Si vous aimez les très bons thrillers, n’hésitez pas.

ARACHNOPHOBIE.

10 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 49 ans) - 31 décembre 2005

Dans les précédentes critiques concernant "l'âme du mal" et "In Tenebris", j'étais complètement conquis par Maxime Chattam. Une fois de plus avec "Maléfices", je ne change pas d'avis. Ce dernier volet d'une trilogie concernant les tueurs en série m'a envoûté. Ce qui caractérise cet auteur, c'est la faculté qu'il a de nous tenir en haleine jusqu'aux dernières lignes de son oeuvre. A chaque fin de chapitre, je n'avais qu'une envie, lire le suivant, et ainsi de suite. Le suspense est total et ses personnages vraiment attachants. Bref, une perfection.

Dans cette histoire, Joshua Brolin, détective privé à Portland, et Annabel O'Donnel, enquêtrice dans la police de New York, sont confrontés à un tueur employant des araignées pour commettre ses méfaits. Les connaissances de ce dernier sur les arachnides sont stupéfiantes, et tout porte à croire que dans la région de Portland, une race monstrueuse d'arthropode sévit pour le plus grand malheur des habitants de cette métropole.

L'arachnophobe que je suis (même si ça s'améliore...), s'est délecté de ce roman. J'espère que vous en ferez autant...

Je ne sais plus.

7 étoiles

Critique de Martell (, Inscrit le 27 février 2004, 58 ans) - 28 octobre 2005

Je ne sais plus si c'est le meilleur de Chattam que j'ai lu, mais je le croyais jusqu'à la toute fin. Jamais l'intrigue ne s'essouffle. On se doute bien que les araignées géantes n'existent pas, mais alors pourquoi de tels cadavres enroulés dans cette texture unique?
Mon seul regret, c'est de ne pas avoir trouvé l'explication convaincante sur cet aspect de l'énigme. Je dis bien un aspect, car l'histoire ne se résume pas simplement à la manière dont les victimes sont retrouvées. Les détails les plus sinistres sont dépeint avec un réalisme qui frappe toujours juste. Un bon roman.

Bien tissé

9 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 53 ans) - 26 juillet 2005

J’aime bien la manière que Chattam documente son histoire, il nous en donne un peu plus que le thriller conventionnel. Le prologue du cadavre encore vivant et par la suite, les indices de l’araignée géante qui attaque, nous mettent rapidement en appétit pour un suspense habile. On apprend trop vite de quoi il en ressort, mais malgré les révélations précoces, j’ai dévoré les pages. Pour un auteur français en concurrence avec le thriller américain, je dirais qu’il s’en sort admirablement.

Belle angoisse

10 étoiles

Critique de Flyingcow (Paris, Inscrite le 11 février 2005, 47 ans) - 13 juillet 2005

Bon j’ai trouvé l’identité du tueur avant que la liste de suspects potentiels ait été dressées.

A part ça ! Quelle angoisse! Ce livre m’a vraiment foutu une trouille bleue au point qu'il a fallu que j’arrête de le lire, et j’en ai fait des cauchemars. Imaginer un tueur qui utiliserait des araignées mortelles pour semer la terreur dans une ville, c’était clair que ça plongerait d’office le lecteur dans l’angoisse (sauf si le lecteur est arachnophile évidemment).

L’histoire est un mélange de X-files avec l’ambiance noire et glauque de Millénnium ! D’ailleurs l’auteur se réfère à un moment directement à X-files en évoquant l’épisode de la saison 1 : Quand vient la nuit [1X19]

Pour moi ce troisième volet de la trilogie qui met en scène Joshua Brolin est sans le moindre doute le meilleur. J’ai vraiment flippé, et ça m’arrive vraiment rarement avec un bouquin.

Je ne préfère ne pas trop entrer dans les détails, si vous avez envie de le lire, ça vous gâcherait le plaisir et ce n’est pas mon but.

Clôture en beauté la trilogie

9 étoiles

Critique de Christof13 (, Inscrit le 28 juillet 2004, 43 ans) - 22 avril 2005

Ambiance sombre, rebondissements, suspects multiples, enquête bien rythmée et arachnophobie sont les ingrédients de cet excellent thriller. L'auteur termine en beauté les aventures de Joshua Brolin. On ne s'ennuie pas un instant tout au long de l'histoire et on en vient même à regarder autour de soi s'il n'y pas une araignée qui traîne dans les parages. Je m'en vais de ce pas attaquer son nouveau roman mettant en scène de nouveaux personnages...

Maléfices

9 étoiles

Critique de Mary305 (, Inscrite le 4 avril 2005, 46 ans) - 5 avril 2005

Si je devais choisir le livre de Maxime Chattam que je préfère, ce serait celui ci !

Je viens de le terminer et franchement, je trouve que c'est le meilleur de sa trilogie (qui n'en est pas vraiment une) : peut être parce qu'il parle des araignées ou à cause de sa fin.... je ne sais pas trop.

Toujours est-il que c'est un bon thriller qui se lit tout seul !

Bof

3 étoiles

Critique de Pélerin (, Inscrit le 29 juin 2004, 45 ans) - 29 juin 2004

Maléfices traite de corps retrouvés en forêts dans ce qui semble être d'immenses toiles d'araignées et aussi d'assassinats en série avec des araignées mortelles...

Si tout cela paraît très étrange, le traitement du sujet est original et bien mené, mais au final c'est tout de même assez téléphoné (surtout toutes les fausses pistes qui sont censées nous perdre, mais qui finalement diminuent le suspense).

Au final, c'est un bon moment dans le métro, mais rien qui révolutionne le genre.

Forums: Maléfices

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Maléfices".