Le féminisme au masculin de Benoîte Groult

Le féminisme au masculin de Benoîte Groult

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Histoire

Critiqué par Bolcho, le 24 octobre 2016 (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 73 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 115ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 1 686 

Oui, il y a eu quelques hommes féministes

Benoîte Groult nous fait l'histoire du féminisme de l'Antiquité à nos jours. Mais pas comme une historiennes sévère, non, comme la superbe polémiste qu'elle est aussi. Bien sûr, elle constate au passage que toutes les religions ont été et sont toujours misogynes. Puis elle nous fait connaître les premières traces de féminisme chez des auteurs masculins qui sont resté célèbres, la plupart du temps, pour bien autre chose. Il y a des noms très connus : Saint-Simon, Condorcet, Fourier, Stuart Mill... Et d'autres moins : Poulain de la Barre, Enfantin...

Victor Hugo : « Dans notre civilisation, il est douloureux de le dire, il y a une esclave (...), c'est la femme (...). Elle ne possède pas, elle n'este pas en justice, elle ne vote pas, elle ne compte pas. Il y a des citoyens, il n'y a pas de citoyennes. C'est là un état violent : il faut qu'il cesse ».

Poulain de la Barre, en 1673 : « Quoi qu'il en soit, ce n'est pas la force du corps qui doit distinguer les hommes, autrement, les bêtes auraient l'avantage par-dessus eux ! ».

Impossible bien sûr de tout citer tant ce livre est une mine d'informations sur la situation des femmes dans l'histoire.

On a aussi droit à des prises de position contraires. Proudhon par exemple (contre-exemple à la règle générale qui veut que les personnages les plus progressistes soient aussi les plus féministes) : « Une femme qui exerce son intelligence devient laide, folle et guenon ».

De tous ces hommes féministes, l'auteure met en exergue Charles Fourier qui condamnait la « trinité abjecte : la famille, la patrie, la religion ».
Et elle nous rappelle des épisodes particulièrement frappants. En plein XIXe siècle, un certain un Sylvain Maréchal proposa un « Projet de loi portant défense d'apprendre à lire aux femmes ».

Plus près de nous, Benoîte Groult rappelle qu'en 1917-1918, Lénine promulguait deux décrets qui abolissaient toutes les prérogatives des pères et des maris sur les membres de leur famille et donnaient aux femmes le droit à l'autodétermination économique, sociale et sexuelle. Libéralisation du mariage, droit au divorce gratuit, avortement sur demande, droit pour les femmes de choisir leur domicile, de garder leur nom de naissance et leur citoyenneté, d'accéder à toutes les écoles et à toutes les professions, création de crèches, système collectif d'entretien ménager, tout avait été prévu et de nombreuses lois furent votées en ce sens. On pense au programme de Fourrier, qui avait d'ailleurs connu un certain succès en Russie.
Mais à cette première phase allait succéder une restauration progressive et implacable de la morale et des rôles féminins traditionnels. Les idées radicales des féministes comme Alexandra Kollontaï furent officiellement condamnées.
En 1936, Staline interdisait l'avortement aux primipares, avant de l'abolir entièrement en 1944. De même, la loi tsariste punissant de prison l'homosexualité, abrogée en 1918, fut rétablie en 1934. Les lois autorisant le mariage libre furent révoquées, le divorce rendu difficile, coûteux et moralement condamnable. Une idéologie misogyne se rétablit progressivement.

Aujourd'hui, le féminisme n'est plus le fait des hommes, même si certains d'entre-eux (et j'en suis!) y adhèrent à 100%.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Des penseurs féministes au masculin

10 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 43 ans) - 8 octobre 2021

Avant le XXe siècle, ont pu exister des hommes féministes qui ont pu théoriser l'idée d'égalité des sexes. Dans cet ouvrage, chaque chapitre constitue une biographie de chacun d'eux, de Poullain de la Barre, du XVIIe siècle, à Charles Fourier, utopiste du XIXe qui a inventé le terme de féminisme, en passant par Condorcet et Stuart Mill. L'auteure en profite pour égratigner les philosophes hostiles à des avancées en faveur des droits femmes, comme Aristote, Platon, Saint-Paul, Rousseau, notamment.
Ce livre fait le point sur l'évolution des hommes dans les siècles passés et rend justice en faveur de ceux qui ont pu faire avancer l'évolution des idées, ce qui relève autant de l'élégance que de l'utile.

Forums: Le féminisme au masculin

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Un résumé 3 Bolcho 25 octobre 2016 @ 14:44

Autres discussion autour de Le féminisme au masculin »