The Expanse, Tome 1 : L'éveil du Léviathan de James S. A. Corey

The Expanse, Tome 1 : L'éveil du Léviathan de James S. A. Corey
(Leviathan wakes)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Yvain, le 22 août 2015 (Madrid, Inscrit le 19 août 2015, 31 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (23 064ème position).
Visites : 4 078 

Le futur, c'est demain

Quelques centaines d'années dans le futur, l'humanité, si elle aura fait pas mal de progrès technologiques, n'en est pas encore à avoir colonisé la galaxie entière. En fait, nous en sommes aux balbutiements de la conquête spatiale; les hommes n'ont toujours pas quitté le système solaire. Mars a été colonisée il y a longtemps et constitue maintenant un gouvernement autonome. Les deux planètes intérieures habitées, la Terre et Mars, souvent rivales, ont construit des stations sur la Ceinture d'Astéroïdes pour en extraire les richesses. Ces stations, les colonies des planètes intérieures, donc, se sentent exploitées et menacent de faire sécession. L'humanité vit une sorte de guerre froide interplanétaire où les factions en jeu - la Terre, Mars, la Ceinture - semblent avoir oublié qu'elles venaient tous du même endroit. Les nouveaux nationalismes s'exaspèrent.

Au milieu de ces tensions géopolitiques, le roman "L'éveil du Léviathan", premier tome d'une série appelée "The Expanse", se centre sur deux personnages. L'un est Jim Holden, second d'un transport de glace amenant d'énormes blocs gelés des anneaux de Saturne pour approvisionner les stations de la Ceinture en eau. Il est malgré lui confronté à un drame qui se transformera très vite en accident diplomatique majeur et qui sera peut-être l'événement déclencheur d'une escalade de violence entre les différentes nations pouvant mener à la guerre. L'autre est l'inspecteur Miller, qui est chargé de retrouver une jeune fille issue d'une famille influente du système solaire et qui a disparu. Parfait anti-héros, flic un peu ripou, ses méthodes douteuses mais efficaces lui permettront de remonter la piste et de découvrir une affaire bien plus sensible que ce qu'il ne pensait. Inutile de préciser que ces deux histoires sont liées et qu'elles concernent un complot à échelle spatiale, à base de tensions politiques et de lobbys de riches compagnies obscures à l'agenda caché. Et, tandis que les deux personnages mettent tout en oeuvre pour éviter la guerre qui gronde, une menace plus terrible encore arrive, un véritable cauchemar que personne n'aura vu venir.

Je n'en dis pas plus. Cette histoire futuriste sans être complètement impossible à imaginer puisque relativement proche de nous est suffisamment complète, complexe et originale pour vous faire passer un excellent moment. De plus, c'est facile à lire et les "cliffhangers" à la fin de chaque chapitre pour vous faire tourner la page sont légions. Comme une très bonne série américaine qui se regarde avec plaisir, le livre mêle l'action, les intrigues politiques, les rebondissements, la romance et l'humour avec brio. C'est donc un parfait divertissement.

J'ajouterais même qu'il est très rafraîchissant car il joue beaucoup sur le mélange des genres: la science-fiction et le space opera se mêlent bien souvent au thriller et au roman noir, surtout grâce à l'inspecteur Miller (pour qui j'ai un faible, j'avoue). Son enquête dans les bas-fonds de l'astéroïde Cérès contraste énormément avec les combats et les aventures spatiales du capitaine Holden. Le livre se plaît également à instiller parfois une horreur assez jouissive.

Malheureusement, si j'ai pris un plaisir un peu coupable à lire ce livre, je dois lui concéder une bonne liste de défauts qui ont pu parfois vraiment m'énerver. Tout d'abord, si le personnage anti-héros de Miller est vraiment intéressant, il n'en est pas de même pour Holden, qui reste quelqu'un de beaucoup, beaucoup trop lisse, trop parfait (voire neuneu) et qui fait preuve à plusieurs reprises au cours de l'histoire d'une incroyable stupidité quand il s'agit de prendre une décision importante, aveuglé qu'il est là par cette espèce d'idéalisme à deux balles propre à un héros de film d'action américain lambda. Je vous assure, ce personnage à lui seul fait parfois douter du vraisemblable même de l'histoire. C'est d'ailleurs un défaut plus général que je pourrais lui reprocher. Les situations, les dialogues surtout, sont parfois un peu trop clichés, sonnent trop "série américaine, mais too much".

C'est aussi un peu confus par moment. L'univers étant un peu complexe, le lecteur est obligé d'avaler une quantité considérable d'informations pour tout comprendre. C'est un peu fatiguant et disons que le livre ne fait pas beaucoup de cadeaux au lecteur et n'est pas non plus souvent très explicite. Je pense cependant qu'une partie de ce défaut est dû au traducteur. On a en effet des phrases qui parfois ne veulent absolument rien dire, et c'est tout à fait absurde que ça arrive à un livre qui a tout le potentiel pour être un best-seller dans les pays francophones! Un exemple:

"avoir unilatéralement fait cadeau de tous droits minéraux et de développement à une planète entière". Ca ne veut pas dire grand chose, je vous le concède. La phrase originale:

"uniliteraly giving away all mineral and developpment rights to an entire planet"

...droits minéraux? Seriously?

Enfin, comme c'est un livre où il se passe énormément de choses, on aurait aimé que sur certains sujets l'auteur s'attarde un peu plus. On a le sentiment qu'il introduit parfois certains thèmes sans vraiment préparer le lecteur et sans trop s'y attarder. C'est un peu frustrant.

Pour terminer, j'ajouterais que ce livre a été écrit par deux personnes en réalité. James S. A. Corey est un nom de plume. L'un des deux est l'assistant de G.R.R. Martin et ça se sent. Le livre cultive quelques ressemblances, notamment dans la narration (un chapitre, une focalisation sur un personnage) et sur l'histoire en elle-même (contexte géopolitique complexe, guerre entre différentes factions tandis que pointe une autre menace bien plus grave à laquelle personne ne prête au début beaucoup d'attention). Les livres sont d'ailleurs en cours d'adaptation pour la télévision.

En résumé, sans être un chef-d'oeuvre, ce livre est avant tout un très bon divertissement et vous fera sans doute acheter le deuxième tome (en tout cas, moi, c'est fait). Il a des défauts, mais il est parfait pour se détendre. Lisez-le, vous passerez un bon moment (si vous êtes un petit peu sensible aux thématiques évoquées, évidemment).

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'éveil du Léviathan [Texte imprimé], roman James S. A. Corey traduit de l'anglais (États-Unis) par Thierry Arson
    de Corey, James S. A. Arson, Thierry (Traducteur)
    Actes Sud / Babel (Arles)
    ISBN : 9782330051129 ; 10,90 € ; 10/06/2015 ; 700 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  The expanse
  • The Expanse, Tome 1 : L'éveil du Léviathan

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Après Blue Mars ?

7 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 49 ans) - 20 août 2017

J’ai pensé à la trilogie de Mars de Kim Stanley Robinson : dans L’éveil du Léviathan (Leviathan wakes) nous sommes bien dans la science-fiction, dans l’espace, mais pas dans une galaxie lointaine à faire des voyages interstellaires plus vite que la lumière. Nous sommes dans le système solaire où la colonisation s’est étendue, après Mars, à divers gros astéroïdes et satellites des planètes géantes. Alors que dans Blue Mars K.S. Robinson imaginait les tensions politiques et économies entre la Terre et Mars, nous avons ici en plus la ceinture et les planètes extérieures qui constituent un troisième bloc. Le tout est intégré dans un univers géopolitique, économique et scientifique cohérent.
Au Space Opéra se mêle un peu d’horreur et de gore et l’ambiance polard avec le détective, ex-flic alcoolique, divorcé et dépressif. Des personnages un peu clichés parfois, mais ce sont des clichés qui marchent. L’ensemble est sympa à lire, avec un bon rythme, une alternance entre les points de vue et aventures de deux protagonistes principaux. Enquête pour l’un alors que la pègre semble animée de mouvements étranges, incidents et attaques spatiales pour l’autre. Progressivement on découvre un complot à grande échelle organisé par une organisation sans scrupule et une menace sur le devenir de l’humanité...
Je suis juste désespéré en découvrant que c’est le premier tome d’une série de neuf... Bien qu’il constitue un récit autonome j’avais envie de lire la suite mais ça va peut-être faire beaucoup !

Un nouveau classique

10 étoiles

Critique de Pierre Valdes (, Inscrit le 30 juillet 2017, 111 ans) - 30 juillet 2017

Au premier abord, un très bon livre qui relève le double défi des space opéra : développer une intrigue avec un nombre limité de personnages, tout en exposant à travers celle-ci un univers exotique mais vraisemblable, le système solaire et ses habitants du futur. Les auteurs évitent donc les deux écueils propres au genre : décrire l'univers de l'histoire dans d'interminables digressions ronflantes avant d'y raccrocher l'intrigue (ex : Le cycle de Majipoor de Robert Silverberg), ou au contraire mettre l'accent sur les aventures de personnages au point de ne faire de l'univers qu'un prétexte, là où le département de la Haute Marne aurait suffi (ex : Star Wars). Dans the expanse I, les tribulations des héros s'intègrent bien dans un univers assez complexe pour être distrayant, avec sa géopolitique, ses conflits, ses cultures, sa technique, ses réalités économiques et sociales, etc. Cette découverte est progressive, à la manière d'un décollage spatial, vu que l'intrigue débute sur des thèmes assez classiques du roman policier, comme le rôle de la police dans un monde corrompu, une mission de kidnapping foireuse... pour recourir peu à peu à des thèmes plus SF, comme la question de la colonisation de astéroïdes et des rivalités interplanétaires pour les ressources (entre autres, mais je ne spoile pas).
D'autre part, l'écriture est sobre et efficace, avec pas mal de dialogues, quelques descriptions spatiales et peu d'introspections. Les personnages sont ainsi présentés par leurs actions bien plus que par leurs états d'âme ou leurs calculs. Les deux héros s'opposent bien, l'un étant idéaliste et un peu niais, l'autre pragmatique et profondément pessimiste ; cette opposition sous forme un peu brute évite donc des personnages trop adulés par les auteurs (aucun n'est présenté comme trop bon ou trop mauvais), mais sans les réduire non plus à des standards trop communs. Autrement dit, les auteurs n'ont pas tenté du K. Dick ni du Fred Vargas pour animer leurs personnages, mais sans tomber dans l'excès inverse d'un Martine dans l'espace.
Enfin, The expanse I porte la marque de son époque : il est acquis que tout le monde a un Smartphone, que Youtube diffuses les infos en temps réel, que si tu as 50 ans tu es vieux et ton patron te vire quand il veut, et qu'au contraire si tu es jeune et beau tu vas enchainer les conquêtes et sauver le monde. Les auteurs mettent en scène une humanité curieuse, avide de progrès, où la morale ne vaut pas pour les puissants... mais où le "peuple" n'est pas non plus la populace impulsive, semi-débile et facilement manipulable que nous offre Game of Throne. Cette série de roman a d'ailleurs été écrite en vue d'une adaptation TV, ne serait-ce que par son rythme qui alterne action / repos / coup de théâtre etc., et par la faible épaisseur de ses personnages qui fait que si la prod n'a pas Depardieu, elle pourra mettre son flic de service sans grand problème.
Bref, the expanse I peut être amélioré dans pas mal de direction, mais ce roman réussit par son intrigue à être un panorama distrayant d'un futur possible, développe des personnages clairs sans être ennuyants et projette dans la fiction les codes et préoccupations de notre époque : c'est donc un nouveau classique.

Forums: The Expanse, Tome 1 : L'éveil du Léviathan

Il n'y a pas encore de discussion autour de "The Expanse, Tome 1 : L'éveil du Léviathan".