Les mystères de la quatrième République, Tome 2: Marseille la rouge de Philippe Richelle (Scénario), Alfio Buscaglia (Dessin)

Les mystères de la quatrième République, Tome 2: Marseille la rouge de Philippe Richelle (Scénario), Alfio Buscaglia (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Adultes , Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers , Bande dessinée => Légende, contes et histoire

Critiqué par JulesRomans, le 18 janvier 2014 (Nantes, Inscrit le 29 juillet 2012, 64 ans)
La note : 10 étoiles
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 2 674 

Les gabians sont de retour

Dans le tome premier, le commissaire Coste avait enquêté sur des faits qui soldaient l’époque de l’Occupation, où Marseille avait été fortement marquée par la collaboration de son milieu derrière Simon Sabiani, déjà lié à Carbone et Spirito dans les années 1930. Toutefois les gangsters ne jouèrent pas tous le mauvais cheval et on reconnaît aisément les frères Guérini (Antoine et Mémé) derrière les frères Gallini dans "Les Mystères de la IVe république, 2 Marseille la rouge", tandis que l’inspecteur Bourdieu de la DST ressemble fort à Robert Blémant. Ce dernier, après avoir quitté la fonction publique pour le monde des jeux, périra sous les balles d’un commando dirigé par un fils naturel de Mémé Guérini.

Nous sommes en 1950 et l’action se passe dans l’univers marseillais quasiment exclusivement. C’est la période de la Guerre froide, il s’ensuit une scission au sein de la CGT tombée aux mains des communistes et la création de la CGT-FO où se retrouvent des réformistes, des trotskystes et certains libertaires. La CIA, par l’intermédiaire du syndicalisme américain, a largement financé le fonctionnement de la nouvelle centrale CGT-FO. Par ailleurs les dockers CGT s’opposent au débarquement du matériel envoyé en Europe dans le cadre du plan Marshall et les communistes s’étaient emparées de la mairie en 1945. Si bien qu’une alliance conjoncturelle entre CIA, industriels marseillais et milieu de la cité phocéenne se crée afin de soutenir Gaston Defferre à la mairie et apporter un ordre musclé sur le port.

Ce contexte historique est très bien rendu dans l’album et l’intrigue commence avec la recherche, par le commissaire Coste, des causes réelles de la mort d’un agent de la DST. Ce dernier va tenter de se procurer un indicateur parmi un jeune homme qui sort des Baumettes, ce qui nous vaut une planche sur divers aspects de l’extérieur de la célèbre prison. Mal va lui en prendre, et cela nous rappelle que le milieu marseillais a toujours été d’une rare violence (quelles que soient les origines ethniques de ses caïds) et qu’il fut une époque où les gangsters marseillais n’hésitaient pas à vouloir abattre un juge (Pierre Michel en 1981) ou un policier qui les gênaient.

Le graphisme, porté par des belles couleurs en lien avec l’ensoleillement, est élégant et il aide à mieux appréhender l’univers de la deuxième ville française et non loin de là le paysage camarguais. Pour des vignettes mettant largement en valeur la Camargue autour de 1900, on lira "Camargue rouge" de Jean Vilane et Michel Faure, sorti en 2013 chez le même éditeur.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les mystères de la quatrième République, Tome 2: Marseille la rouge