La première loi, Tome 1 : Premier sang de Joe Abercrombie

La première loi, Tome 1 : Premier sang de Joe Abercrombie
(The blade itself)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Nabu, le 21 mars 2013 (Paris, Inscrit le 26 février 2005, 36 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 5 090 

Début poussif...mais le reste est cool o/

"Premier Sang" est le numéro uno de la trilogie "La Première loi". Il est suivi du tome 2 : "Déraison et sentiments" et du troisième et dernier tome : "Dernière querelle".

Autant vous dire que ce ne sont ni le titre, ni la couverture ce bouquin qui m'ont attiré car ils sont aussi nazes l'un que l'autre.
Merde quoi, le mec pond une histoire plutôt pas mal avec des épéistes, des brutasses du nord, des mages hyper-puissants et on nous chie une couverture avec un parchemin où il est écrit "premier sang" avec cinq gouttes du précieux fluide (Gouttes qui évoquent plutôt des menstruations qu'une quelconque conséquence de bagarre de brutasses d'un bouquin de fantasy MAIS BREF, passons).

Revenons à l'histoire plutôt pas mal.

Joe (ouais, j'appelle les auteurs par leur prénom, je suis un mec comme ça) a dû kiffer le trône de fer parce qu'il reprend le modèle "un personnage, un chapitre, et je m'arrête sur des cliffhangers à la fin des chapitres pour bien te faire chier :)". Mais bon, malgré le fait qu'il ait choisi ce modèle narratif tout naze, il ne fait pas trop de cliffhanger. Je pense que sinon, je n'aurais pas continué. Oui, parce que se prendre des suspenses toutes les dix secondes, à force, c'est juste relou.

Donc, au début, il décrit ses différents personnages. En gros, ça tourne autour d'un gros nordique vétéran qui a vu son lot de bastons et qui n'a que neuf doigts (il lui manque un de ceux qui sont bien importants pour le plaisir féminin si vous voyez ce que je veux dire, MDR DE LOL), un inquisiteur handicapé et bien aigri de la vie, un noble bien, bien puant et un peu caricatural et un tas d'autres personnages, secondaires ou non, qui sont plutôt cools.

Voilà le piège les copains : au début, il pose chacun de ses personnages et on voit pas le putain de lien qui les unit et c'est juste CHIANT. Parce qu'ils ne font rien d'intéressant et parce que l'histoire ne progresse pas d'un pouce. Il les fait évoluer et...ça met plus de 200 pages pour que la casserole commence à bouillir et je peux vous dire qu'on a eu le temps de bien s'emmerder et de se dire "Mais accoouuuuuche mec, où tu veux aller bordel?".

A vrai dire, on tient seulement parce que l'auteur a un bon style d'écriture, fluide et ponctué de nombreux dialogues. A ce moment-là, les personnages sont sympas, mais sans plus.

Puis à partir de la page 250-300. C'est magique, on dirait que quelqu'un allume la lumière car tout s'illumine. Les personnages prennent une potion de charisme +10, un tas d'évènements palpitants s'enchaînent les uns les autres et ça devient génial.
Alors qu'avant, on comptait les pages, là, on les enchaîne comme une meuf qui vient de se faire larguer et qui enchaîne les coups de cuillère dans un pot de glace Häagen Dazs.

Il y a de tout, un peu d'intrigue, un panel impressionnant de personnages qui sont au final plutôt réalistes. Mention spéciale au groupe de mercenaires du nord qui sont juste "fucking super badass". Autant leurs noms, que leurs physiques et leurs actions. Ah ouais, parce que Mister Joe accomplit un petit tour de force. Comme je vous le disais, à la page 250, ça pète de partout et bam, on s'imagine tout son livre comme un putain de film. Ca ne le fait pas souvent mais à ce moment là de l'histoire, ça le fait et c'est vraiment cool comme sensation. Quand chaque mot de l'histoire se retranscrit en image dans votre tête, c'est juste awesome.

On a aussi une histoire d'amour qui, de manière surprenante, fonctionne super bien.

Et enfin, évidemment, il y a de la BAAASTOOOON. Et en plus, de différents types ! On a des duels, des poursuites, des fights de groupes... Bref, l'auteur se débrouille vraiment pas mal de ce côté-là. Évidemment, on regrettera qu'il n'ait pas la patte de feu David Gemmell, mais il arrive tout de même à mettre une certaine intensité dans ses bagarres et c'est déjà pas mal. Ca reste prometteur pour la suite. A voir comment il va gérer les futures batailles rangées.

Trois tomes de 600 pages, ça peut faire peur vu l'investissement que ça demande. Mais au vu de ce premier tome, je le conseille à tout amateur de fantasy. Le rythme est certes poussif au début mais il se bonifie et donne une de mes expériences de fantasy depuis quelques années. En espérant que l'auteur ne retombe dans ce genre de travers dans les tomes suivants.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  La première loi

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La première loi, Tome 1 : Premier sang

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La première loi, Tome 1 : Premier sang".