Le trou du diable de Laurence F. Daigneau

Le trou du diable de Laurence F. Daigneau

Catégorie(s) : Enfants => 12-15 ans

Critiqué par JulesRomans, le 13 janvier 2013 (Nantes, Inscrit le 29 juillet 2012, 64 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 2 292 

L'homme de Cromagnon, ce n'est pas du bidon ?

Un ouvrage qui attend l’extrême limite du récit pour nous livrer les clés. Des adolescents d’un collège de Maine-et-Loire partent découvrir l’univers préhistorique du Périgord et ils s’en retrouvent vite prisonniers.
« Pour renouveler leur garde-robe, faire peau neuve, le groupe d’exilés dut travailler à se constituer une trousse de couture. Les os ne manquant pas, les jeunes tentèrent à plusieurs reprises de reproduire des aiguilles dans les plus fins. (…) Pour ce qui est du fil, les dix en obtinrent de boyaux, une astuce du clan magdalénien. Rachel improvisa un dé en os, plus exactement un poussoir bien utile, vu la qualité du cuir ! (….) Rabattre le gibier, poser des pièges, avait été difficile et le restait pour certains. La fabrication des outils n’avait pas non plus été, ni n’était, aisée, bien que le choix de matériel, le geste maîtrisé et l’expérience aient eu de l’importance ».

Ils font connaissance avec des Magdaléniens.
« Le clan était dirigé par ce petit homme qui avait repéré le peigne et qui semblait occuper quatre fonctions : chef de tribu, sorcier, chaman et guérisseurs. Les dix découvrirent que les memo vivarès lasco avaient de nombreux talents (….) Ils enjolivaient un vêtement, ornaient leurs tentes et huttes, sculptaient sagaies, propulseurs et autres redresseurs et instruments de chasse ».

«Les dix n’y avaient pas prêté attention jusqu’à présent : l’homme de Lasco qui incarnait le savoir avait pour nom l’anagramme de Sapiens ! Hasard ou coïncidence à travers les anneaux siècles dont il n’existait encore aucune tringle ? Enfin, l’étymologie ne disait peut-être pas la même chose en ces temps reculés».

Un membre de ce groupe se fait historien de l'aventure et une autre élève un petit tyrannosaure.
« Stéphane, diariste au XXIe siècle après Bouddha, consignait de son mieux les moments forts de leur vie à Lasco, tel ce dernier ».
« Dans un bel anachronisme, Rachel surnomma Chaton son animal archaïque ».
« D’ailleurs, si elle surprenait un varan en train de dérober un de ses œufs, la femelle tyrannosaure ne courait pas après le voleur pour défendre sa progéniture, mais pour le dévorer ! Dès lors, le petit dinosaure fut sous la responsabilité de Rachel puisqu’elle l’avait extrait de son milieu d’origine ».

Étonnant, non ? (aurait-dit Pierre Desproges)

Les clés provisoires à la fin de l’ouvrage, comme nous l’avons annoncé.

Des lecteurs ont demandé à l'auteure une suite, elle s'est exécutée et a donné deux autres volumes à ce qui est devenu une série. Avec ces deux tomes le récit prend une autre tournure et on peut ne lire que le premier tome qui présente une histoire très homogène.

Message de la modération : Jets d'encre est une maison d’édition à prestations

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le trou du diable

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le trou du diable".