L'Oeil derrière l'épaule de Jean-Pierre Andrevon

L'Oeil derrière l'épaule de Jean-Pierre Andrevon

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Dirlandaise, le 7 mars 2011 (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 67 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 3 664 

Quand ce n'est pas convenable...

J’avais le goût d’une lecture divertissante, sans prise de tête enfin pas une lecture médiocre tout de même mais juste pour meubler une ou deux soirées qui risquaient de me plomber le moral. Donc, j’ai choisi ce livre de monsieur Andrevon que j’aime bien je le répète car il a un immense talent. Pourtant, j’ai commencé la lecture en me disant que tout cela n’était qu’un fatras de lieux communs, rien d’original ni de vraiment excitant, enfin vous savez le genre de récit dans lequel l’action tarde à démarrer, et quand elle le fait, plus de la moitié du livre est passé. Mais, je crois que cela est voulu de la part de l’auteur car il prend bien son temps pour mettre en place son décor. Je réfléchissais hier et je me demandais ce qui m’avait tant poussée à le terminer malgré une écriture très ordinaire (il est capable de cent fois mieux…), un scénario usé à la corde, des personnages stéréotypés et j’en passe.

Mais… car il y a un mais, c’était sans compter sur la magie Andrevon. Oui, il m’a eu encore une fois, j’ai marché à fond, je n’ai pas résisté à cette histoire qui, sous des dehors de banalités, renferme une terrible machination à l’échelle planétaire. Comment ne pas faire le rapprochement avec le film « Un bébé pour Rosemary ». J’avais constamment ce film en tête tellement les deux univers se ressemblent : des gens manipulés par leurs gentils voisins et lorsqu’ils réalisent ce qui leur arrive, il est trop tard pour espérer y échapper.

Je crois que c’est cela qui accroche tant le lecteur enfin moi, cette gentillesse exacerbée, cette introduction profonde dans la vie privée, cette lente absorption dans la communauté et le tout, en douceur, avec beaucoup de miel et d’infinie bonté. Ce contraste entre la vraie vie et la vie aseptisée de tout ce qui n’est pas « convenable ». Et ce mot revient souvent dans la bouche des citadins d'Harmony, c’est leur leitmotiv, leur cheval de bataille, leur but caché, la raison de tous leurs efforts.

Donc, un excellent roman de monsieur Andrevon qui a remporté le prix du roman d’aventures selon un bandeau sur la couverture je n’en sais pas plus. Donc, je vous le recommande si vous avez une ou deux soirées à meubler alors que dehors, la tempête fait rage et que personne ne se pointera chez vous. Mais attention, l’atmosphère d’Harmony pourrait bien vous instiller un malaise et vous rendre légèrement parano envers vos charmants voisins.

« La vie… c’est ce qui est vivant, ma chérie. Moi, tu vois, j’aimerais pouvoir boire une bière dans une boîte qui s’appellerait le Top Gun… J’aimerais découvrir un graffiti sur un mur et, dans les chiottes publiques, une inscription au cutter du genre : Jim s’est fait sucer sa grosse queue par Zouzou. J’aimerais voir des gosses se peloter sur les bancs publics et d’autres faire du roller sur l’esplanade devant la mairie. J’aimerais aller au ciné pour mater les seins de Demi Moore ou le cul de Sharon Stone. J’aimerais qu’une bande d’ados pas propres sur eux monte un groupe de hard rock. J’aimerais voir des merdes de chiens sur les pelouses et un chat teigneux bouffer les écureuils et les petits oiseaux. Je crois même que j’aimerais respirer une bonne giclée de gaz d’échappement et humer un parfum de cigarette flottant dans l’air… J’aimerais rencontrer des gueules noires, brunes, des gueules jaunes. J’aimerais qu’un gamin me dise une fois, une seule : « Va te faire enculer ! » J’aimerais… »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'Oeil derrière l'épaule

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'Oeil derrière l'épaule".