Tancrède : Une uchronie de Ugo Bellagamba

Tancrède : Une uchronie de Ugo Bellagamba

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Deinos, le 9 janvier 2011 (Inscrit le 14 février 2009, 62 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (55 650ème position).
Visites : 3 325 

une fin hélas....

Tancrède se veut une uchronie fondée sur un épisode historique, soit les Croisades, pour appréhender le présent dans sa complexité (dixit l'auteur)... enfin, tel est le désir de l'auteur, qui, au cas où nous serions stupides, prend bien garde de nous expliquer, en postface :
"Commençons par rappeler ce qui semblerait une évidence à certains lecteurs, mais qui, j'en suis intimement convaincu, en rassurera d'autres : le Tancrède que vous venez de lire n'est pas un roman historique." Sait-on jamais...

Outre cette postface, où j'ai l'impression que l'auteur nous prend un peu pour des imbéciles, ou plutôt se vautre dans une certaine suffisance d'une grandiloquence lexicale qui frise un peu le ridicule vu de ma fenêtre... mais foin de la postface...

Le roman, sur son début, m'a plu... peut-être un style un peu trop excessif, mais sans démesure... un brin académique dirons-nous... le cheminement de l'individu est finement brossé... mais il y a la fin... hélas une fin d'un simplisme qui m'a plus que surpris... et où je vois une certaine incohérence justement par rapport au cheminement du héros... une fin qui laisse un étrange goût, comme si toute coexistence ne pouvait être...

Cette fin n'est plus académique, elle est faite de raccourcis et de facilités qui la rendent bien décevante, non sur le plan de l'évolution du personnage, quoique ce qui fut une lente maturation dans les premières parties du livre n'est plus que brusques variations sur sa fin, mais sur le plan de l'action, où de grosses ficelles surgissent pour mieux permettre cette fin...

L'auteur nous dit bien que cette uchronie n'aurait pu être, cela va en fait de soi... mais cela ne permet pas à mon sens d'user d'artifices grossiers pour développer son histoire... on est loin des uchronies de Michael Moorcock.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une uchronie de qualité inégale

5 étoiles

Critique de Nabu (Paris, Inscrit le 26 février 2005, 38 ans) - 16 février 2015

Tancrède, écrit par Ugo Bellagamba est une uchronie. Une uchronie est un exercice littéraire consistant à reprendre un fait historique et à en altérer certains éléments afin de tisser un récit autour.

Dans le cas de Tancrède, l’action se passe à la fin du 11ème siècle et au début du 12ème pendant la croisade lancée par le pape Urbain II.

Le protagoniste principal de l’histoire est Tancrède de Hauteville, un jeune prince normand profondément chrétien qui va aller tester ses valeurs et croyances à d’autres cultures et aux réalités de la guerre.

Quand j’ai refermé ce livre, j’étais assez perdu. Je ne savais pas si je l’avais apprécié ou pas. Déjà, le style d’écriture oscille tout au long du livre. Il peut être très bon à un moment, passer dans le franchement mauvais avant de redevenir très bon. C’est franchement bizarre. C’est comme si l’auteur avait eu des pics de motivation et qu’il s’était forcé à certains moments.

Le tout donne une lecture très pénible à certains moments.

Secundo, mon trouble venait aussi du fait que l’histoire prend rapidement un tournant inattendu. Le questionnement de Tancrède est soit trop rapide pour être crédible, soit pas assez développé pour qu’on le comprenne. L’auteur essaye de masquer la misère avec le format de la narration. En effet, Tancrède parle à la première personne sous la forme d’un journal. Les entrées dans le journal sont fortement espacées dans le temps, ce qui peut expliquer les changements brusques d’opinions du personnage.

Il faut également savoir que l’auteur n’est pas un narrateur de batailles, celles-ci sont décrites sobrement (quand elles le sont) et on n’a donc pas le plaisir d’assister à des descriptions de grosses bastons. Dommage, c’est toujours un point que j’apprécie.

En conclusion, Tancrède n’est pas un mauvais livre mais l’auteur utilise trop de procédés faciles pour amener l’intrigue où il souhaite qu’elle soit. Ces procédés sont la facilité du héros à changer d’opinion et une organisation omnisciente qu’il va rencontrer pendant ses voyages. C’est dommage, le début de l’intrigue commençait très bien avec le protagoniste qui se questionnait au fur et à mesure qu’il se confrontait à d’autres cultures. Malheureusement, il retourne sa veste de manière trop brutale et la crédibilité de l’intrigue en prend un coup.

Ce livre ne m’a pas laissé un souvenir impérissable et encore une fois, vu le temps que l’on met pour finir un livre, je ne recommande pas Tancrède.

Forums: Tancrède : Une uchronie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Tancrède : Une uchronie".