L'homme de l'ombre de Robert Harris

L'homme de l'ombre de Robert Harris
( The ghost)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Cuné, le 9 novembre 2007 (Inscrite le 16 février 2004, 55 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 7 339 

Jubilatoire !

Le narrateur est un nègre, un rewriter, un ghostwriter, homme de l'ombre. A son actif, une longue liste de best-sellers, autobiographies de peoples, chanteurs, acteurs, sportifs, mais jamais encore de politiques. C'est pourquoi il est un peu surpris lorsque l'épouse de l'ex-Premier ministre britannique avance son nom, pour remanier le travail du précédent nègre, décédé dans de tragiques - et curieuses - circonstances. Le défi est de taille : un mois pour redonner forme à un manuscrit déjà existant, entouré d'extrêmes précautions, dans le secret le plus absolu. Adam Lang est en effet le premier ministre le plus "explosif" que l'Angleterre ait jamais connu, et si la documentation réunie pendant plus d'une année par son prédécesseur est copieuse, il reste "le ton" personnel à créer de toute pièce. Pour cela, il faut passer du temps avec Lang et son épouse, mais la vie politique n'est pas de tout repos, et la tension monte. Il y a danger, oppression, panique...


Un excellent roman qui ne relâche jamais la pression, suspens progressif et personnages très bien campés. Dès l'incipit, on est dans le ton : "Je ne suis pas je : tu n'es pas il ou elle : ils ne sont pas ils." (Evelyn Waugh, Retour à Brideshead) Mais qui est qui, alors ? Réponses au compte-goutte, agrémentées de réflexions et de passages jubilatoires sur le métier de nègre, et même plus globalement sur le livre :

"Les bons livres sont tous différents, alors que les mauvais sont tous exactement pareils. Je le sais avec certitude parce que, dans mon domaine, on lit beaucoup de mauvais livres - des livres tellement mauvais qu'ils ne sont même pas publiés, ce qui est un véritable exploit quand on regarde ce qui est publié.
Et ce qu'ils ont tous en commun, ces mauvais livres, qu'il s'agisse de romans ou de mémoires, c'est qu'ils sonnent faux. Je ne dis pas qu'un bon livre raconte nécessairement des choses vraies, seulement qu'on a l'impression que c'est vrai au moment où on le lit. J'ai un ami dans l'édition qui appelle ça le Test de l'hydravion, à cause d'un film qu'il a vu un jour : l'action se passait à Londres et le film commençait avec le héros qui venait travailler dans un hydravion qu'il posait sur la Tamise. Mon ami assurait qu'à partir de là, ce n'était même plus la peine de regarder." (p. 70)
"Un livre à écrire est un univers délicieux de possibilités infinies. Mais tapez un mot, et il devient terriblement matériel. Tapez une phrase, et il ressemble déjà à tous les bouquins qui ont été écrits. Cependant, le mieux ne doit jamais être l'ennemi du bien. En l'absence de génie, il y a toujours le savoir-faire. On peut au moins essayer d'écrire quelque chose qui retiendra l'attention du lecteur - qui l'encouragera, après avoir lu le premier paragraphe, à jeter un coup d'oeil au deuxième, puis au troisième." (p. 167)

Et puis même la petite touche de code secret Castor Junior à la fin, je sors enchantée de cette lecture qui m'a beaucoup plu.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'homme de l'ombre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'homme de l'ombre".