Ludmilla
avatar 27/10/2021 @ 10:19:10
Bonjour,

Merci à LesieG, Marvic, Frunny, Reginalda et Shelton pour les sélections, vérifications et prise en compte des ajouts de dernière minute !
Merci à Aaro-Benjamin pour son aide précieuse !

Il est temps à présent de commencer les étapes de sélection des titres qui concourront pour le prix CL cette année.
L’objectif de cette étape est de sélectionner 5 à 10 titres par catégorie parmi la liste des propositions, sans ordre de préférence. J'espère ne pas avoir commis d'erreur en reprenant les listes... Si c'était le cas, n'hésitez pas à me le signaler

Dans ce post, vous trouverez la liste des titres issus de la présélection et le lien vers la fiche CL, si elle existe.
Dans les posts suivants, plus de détails pour les catégories.

Pour contribuer, vous pouvez proposer votre sélection jusqu’au mardi 23 novembre

ROMANS FRANCOPHONES

Cent millions d'années et un jour, Jean-Baptiste Andrea, 308p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56285

Eden, Monica Sabolo , 288 p

Grégoire et le vieux libraire, Marc Roger, 240p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58698

Jour de courage, Brigitte Giraud, 160p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56417

La calanque de l’aviateur, Annabelle Combes, 384p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57391

La terre invisible, Hubert Mingarelli, 192p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56009

Le bal des folles, Victoria Mas, 250p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56291

Le cartographe des Indes boréales, Olivier Truc, 624p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56129

Le Ghetto intérieur, Santiago H. Amigorena, 192p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57138

Les grands cerfs, Claudie Hunzinger, 192p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/59033

Les gratitudes, Delphine de Vigan, 172p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55497

Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla, Jean-Christophe Rufin, 384p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56352

L'atelier du désordre, Isabelle Dangy, 336p

Manifesto, Léonor de Recondo, 160 p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58565

Neptune Avenue, Bernard Comment, 272p

Par les soirs bleus d’été, Franck Pavloff , 208p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60692

Partiellement nuageux, Antoine Choplin, 144p

Rose royal, Nicolas Mathieu , 144p

San Perdido, David Zukerman, 410p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56242

Trois concerts, Lola Gruber, 588p

Un monstre et un chaos, Hubert Haddad, 352p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56338

Une femme en contre-jour, Gaëlle Josse, 153p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55616

Une joie féroce, Sorj Chalandon, 320p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56293


ROMANS TRADUITS
Un livre de martyrs américains, Joyce Carol Oates (états-Unis) 859 pages.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56432

Le coeur de l'Angleterre, Jonathan Coe (Angleterre ) 608 pages.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56237

La femme du banquier, Cristina Alger (états-unis ) 416 pages.

La fabrique de poupées, Elizabeth MacNeal (Angleterre) 512 pages.

A la recherche d'Alice Love, Liane Moriarty (Australie) 576 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58276

Grace, Paul Lynch (Irlande) 504 pages.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/54883

Devouchki, Victor Remizov (Russie) 480 pages.

La vie en chantier, Pete Fromm (états_unis) 336 pages

Texto, Dmitry Glukhovsky (Russie) 504 pages

Borgo Vecchio, Giosuè Calaciura (Italie), 149p

Reste avec moi, Ayòbámi Adébáyò (Nigeria), 320p

Toute une vie et un soir, Anne Griffin (Irlande), 267p

Le clou, Zhang Yueran (Chine) 640 pages.

Le nouveau, Tracy Chevalier (états-unis) 256 pages

Lincoln au Bardo, George Saunders (états-unis) 480 pages.

West, Carys Davies (Angleterre) 192 pages.
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58344

Trouble, Jeroen Olyslaegers (Belgique) 448 pages.
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55396

Un mariage sur écoute, John Jay Osborn (états-unis) 224 pages.

Le sport des rois, C. E. Morgan (états-unis) 848 pages

De si bons amis, Joyce Maynard ( états-unis) 360 pages.

D'os et de lumière, Mike McCormack (Irlande) 352 pages.

Les femmes de Heart Spring Mountain, Robin MacArthur (états-unis) 368 pages.

Olga, Bernhard Schlink (Allemagne à 272 pages.
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55271

Nouvel an, Julie Zeh (Allemagne) 192 pages.

Dégels, Julia Phillips (états-unis) 384 pages.

Agathe, Anne Cathrine Bomann (Danemark) 160 pages

Les altruistes, Andrew Ridker (états-unis) 432 pages

Les cent puits de Salaga, Ayesha Harruna Attah (Ghana) 256 pages

La Langue et le Couteau, Jeong-hyun Kwon (Corée du sud) 336 pages.

Ce prince que je fus, Jordi Soler (Mexique) 300 pages.

Ce qu'elles disent, Miriam Toews (Canada) 256 pages.

F20, Anna Kozlova, 224 pages (Russie)
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56588

L'ours qui cache la forêt, Rachel Shalita, 328 pages (Israël)

Ce que la mort nous laisse, Jordi Ledesma, 208 pages (Espagne)

Nos lendemains retrouvés, Alan Hlad, 480 pages (Etats-Unis)
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56991

La Goûteuse d'Hitler, Rosella Postorino, 384 pages. (Italie)
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56486

La société des rêveurs involontaires, José Eduardo Agualusa (Angola) 280 pages
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56630

Estuaire, Lidia Jorge (Portugal) 240 pages.

Zahhâk, le roi serpent, Vladimir Medvedev (Russie) 576 pages.

Funérailles molles, Fang Fang 468 pages (Chine)


ROMANS POLICIERS ET THRILLERS

1793, Niklas Natt och Dag 441 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56118

Aquila, Ursula Poznanski, Julien Rico Jr (dessin) 416 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/61248

Askja, Ian Manook, 432 pages

Crépuscule sanglant, James Carlos Blake, 544 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/27466

Dans l'ombre du brasier, Hervé Le Corre, 384 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58582

Dans son silence, Alex Michaelides, 373 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57564

De bonnes raisons de mourir, Morgan Audic, 490 pages

Dry bones, Craig Johnson, 352 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57587

L'agence, Mike Nicol, 560 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60071

L'étrange histoire du collectionneur de papillons, Rhidian Brook, 528 pages

L’ombre de la baleine, Camilla Grebe, 400 pages

La meute, Thomas Bronnec, 432 pages

La transparence du temps, Léonardo Padura, 448 pages

Le Chant de l’assassin, R. J. Ellory, 390 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55860

Les refuges, Jérôme Loubry, 390 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58850

Les trois femmes du consul, Jean-Christophe Rufin, 272 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56617

Les Yeux fumés, Nathalie Sauvagnac, 240 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/59488

Moi qui croyais te connaître, Penny Hancock, 448 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56993

Nos derniers festins, Chantal Pelletier, 208 pages
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55901

Nuits Appalaches, Chris Offutt, 240 pages

Parasite, Sylvain Forge, 416 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56910

Robicheaux, James Lee Burke, 512 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/59156

Vindicta, Cédric Sire, 577 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60912


SCIENCE-FICTION / FANTASY

La Fracture, Nina Allan , 456 p.

Les dévastés, J.J Amaworo Wilson, 350 p.

L'Ours et le Rossignol, Katherine Arden, 362p

Vie™, Jean Baret, 300 p.

Civilizations, Laurent Binet, 336 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56359

Sauvage, Jamey Bradbury, 320 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60887

Diaspora, Greg Egan, 504 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57150

Le Chant mortel du soleil, Franck Ferric, 456 p.

L’Homme électrique, Victor Fleury, 360 p.

Une cosmologie de monstres, Shaun Hamill, 404p

L’outil et les papillons, Dmitri Lipskerov, 512 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56164

Rouge impératrice, Léonora Miano, 608 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58076

La Cité de l’orque, Sam J. Miller, 400 p.

Trop semblable à l’éclair, Ada Palmer, 672 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60826

Les Machines fantômes, Olivier Paquet, 431 p.

Le matin de Neverworld, Marisha Pessl, 315 p.

Chimère, Emmanuelle Pireyre , 224 p.

L’Effondrement de l’empire, John Scalzi, 336 p.

Manaraga, Vladimir Sorokine, 254 p.
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55563

Chasseurs & Collectionneurs, Matt Suddain, 688 p.

Terminus, Tom Sweterlitsch, 552 p.

Les meurtres de Molly Southbourne, Tade Thompson, 125p.


BANDES DESSINEES

Paris 2119, Zep et Dominique Bertail
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55247

La tournée, Andi Watson

Cassandra Darke , Posy Simmonds

Algues vertes, l'histoire interdite, Inès Léraud et Pierre Van Hove
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57605

#nouveaucontact, Bruno Duhamel
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56782

Jusqu'au dernier, Jérôme Félix et Paul Gastine
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56711

Les couloirs aériens, Étienne Davodeau, Joub et Christophe Hermenier
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56873

Préférence système, Ugo Bienvenu
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57364

La fille dans l'écran, Manon Desveaux et Lou Lubie

Concerto pour main gauche, Yann Damezin

Ada & Rosie - Mauvais esprit de famille, Dorothée de Monfreid

La princesse de Clèves, Claire Bouilhac et Catel

Le patient, Timothé Le Boucher
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55473

Blake et Mortimer : Le dernier Pharaon, Thomas Gunzig et François Schuiten
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55767

Il fallait que je vous le dise, Aude Mermilliod

Hollywood menteur, Luz

Léonard 2 Vinci, Stéphane Levallois

Fichtre ! , Alberto Montt

BlueBerry – Amertume apache, Joann Sfar et Christophe Blain
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56789

Le Dieu vagabond, Fabrizio Dori
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55665

Penss et les Plis du monde, Jérémie Moreau
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56768

Saccage, Frederik Peeters
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56407

Nymphéas noirs , Didier Cassegrain, Michel Bussi et Fred Duval
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56402

Formica - Une tragédie en trois actes, Fabcaro

Ludmilla
avatar 27/10/2021 @ 10:19:57
ROMANS FRANCOPHONES

Cent millions d'années et un jour, Jean-Baptiste Andrea - l'Iconoclaste, 308p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56285

Eden, Monica Sabolo -Gallimard 288 p
"Un esprit de la forêt. Voilà ce qu'elle avait vu. Elle le répéterait, encore et encore, à tous ceux qui l'interrogeaient, au père de Lucy, avec son pantalon froissé et sa chemise sale, à la police, aux habitants de la réserve, elle dirait toujours les mêmes mots, lèvres serrées, menton buté. Quand on lui demandait, avec douceur, puis d'une voix de plus en plus tendue, pressante, s'il ne s'agissait pas plutôt de Lucy - Lucy, quinze ans, blonde, un mètre soixante-cinq, short en jean, disparue depuis deux jours -, quand on lui demandait si elle n'avait pas vu Lucy, elle répondait en secouant la tête : "Non, non, c'était un esprit, l'esprit de la forêt."" Dans une région reculée du monde, à la lisière d'une forêt menacée de destruction, grandit Nita, qui rêve d'ailleurs. Jusqu'au jour où elle croise Lucy, une jeune fille venue de la ville. Solitaire, aimantant malgré elle les garçons du lycée, celle-ci s'aventure dans les bois et y découvre des choses, des choses dangereuses... La faute, le châtiment et le lien aux origines sont au coeur de ce roman envoûtant sur l'adolescence et ses métamorphoses. Éden, ou le miroir du paradis perdu.

Grégoire et le vieux libraire, Marc Roger -Albin Michel - 240p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58698

Jour de courage, Brigitte Giraud -Flammarion- 160p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56417

La calanque de l’aviateur, Annabelle Combes -H.d’Ormesson -384p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57391

La terre invisible, Hubert Mingarelli – Buchet-Chastel - 192p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56009

Le bal des folles, Victoria Mas - Albin Michel, 250p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56291

Le cartographe des Indes boréales, Olivier Truc -Métailié - 624p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56129

Le Ghetto intérieur, Santiago H. Amigorena -P.O.L – 192p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57138

Les grands cerfs, Claudie Hunzinger – Grasset - 192p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/59033

Les gratitudes, Delphine de Vigan - JC Lattès, 172p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55497

Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla, Jean-Christophe Rufin -Gallimard - 384p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56352

L'atelier du désordre, Isabelle Dangy- Le passage-336p
À Barbizon, dans les années 1860, alors que le Second Empire s'achemine sans le savoir vers le désastre, René Dolomieu, un jeune peintre mélancolique remarqué pour quelques portraits sensibles, côtoie les maîtres du paysage et leurs disciples qui arpentent la forêt de Fontainebleau, s'exercent à peindre sur le motif et boivent du vin râpeux à l'auberge Ganne. René n'est ni un séducteur ni un libertin, et pourtant il plaît aux femmes. Il prend ce qu'elles ont à donner, parfois sans trop savoir qu'en faire. Lorsque enfin il se marie, le hasard lui met entre les mains une fabrique de porcelaine qui l'initie à la chimie d'une matière précieuse et fragile. Mais le désordre l'intéresse au moins autant que les principes subtils du kaolin et de la composition des motifs. Aussi, dans l'intimité de son atelier, il continue à peindre sans relâche des toiles qu'il ne montre à personne, ou presque...
Son destin lui échappe sans cesse. Et comme le Japon s'ouvre à l'Occident, il ira jusqu'à cette extrémité orientale du monde lui chercher un sens, un sens que peut-être il ne pourra rapporter dans ses bagages, car il est semblable à la poussière impalpable qui danse dans la lumière de son atelier avant de se déposer en chaos minuscules sur la toile.

Manifesto, Léonor de Recondo S. Wespieser – 160 p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58565

Neptune Avenue, Bernard Comment (suisse)- Grasset- 272p
Cela se passe à Neptune Avenue, au bord de l’océan, à côté de Coney Island, au bout de Brooklyn. L’atmosphère est étrange, le soleil brille derrière une drôle de lumière laiteuse, il fait très chaud, il n’y a plus d’électricité. Le monde semble s’être arrêté.
Les ascenseurs sont en panne. Tout est en panne. Dans son appartement du 21e étage, le narrateur est freiné par une mobilité de plus en plus réduite et se déplace avec peine.
Il a l’âge d’une retraite prématurée, après avoir fait fortune dans la finance – alors que sa vraie passion, sa passion de jeunesse, était la littérature. Mais à quoi bon avoir accumulé tous ces biens si on ne peut pas les transmettre ?
Peu après la mort de sa mère, en Suisse, il avait décidé de partir pour New York, à la recherche d’une improbable famille, de lointains cousins. Mais c’est surtout Bijou qu’il est venu trouver, une jeune femme assoiffée de vie. Elle est installée à Manhattan, vit de petits boulots, mais elle finit par déménager à Neptune Avenue, à côté de Little Odessa, où l’occasion se présente bientôt pour le narrateur de louer un appartement sur le même palier qu’elle.
Et c’est tout un passé qui se réveille, en particulier celui d’une jeunesse étudiante passée à Genève dans les années 1980 et de son amitié avec Bob, un grand biologiste, et Nina, jeune africaine pleine d’entrain, la mère de Bijou.
Que s’est-il passé pour que l’électricité ne revienne pas, depuis plus de dix jours, sans qu’il n’y ait pourtant eu aucune tempête, aucun éclat ? On peut imaginer une déflagration nucléaire plus ou moins lointaine. Une fin du monde. Bijou n’en perd pas son enthousiasme pour autant, elle qui croit à la décroissance et veut à tout prix préserver sa liberté. Elle ne sera pas une héritière. L’argent, la richesse ne l’intéressent pas. Finalement, la paternité (réelle ou supposée) n’ouvre aucun droit… Et tout pourrait bien partir en fumée.

Par les soirs bleus d’été, Franck Pavloff – Albin Michel 208p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60692

Partiellement nuageux, Antoine Choplin – La Fosse aux ours – 144p
Ernesto est astronome dans le modeste observatoire de Quidico au Chili. Il étudie les nuages de Magellan, une galaxie naine. Il vit seul dans ce territoire mapuche avec son chat, Le Crabe et Walter un vieux télescope peu performant. Lors d'un voyage à Santiago, dans l'espoir de trouver le financement pour une pièce (lame de Schmidt) de son télescope défectueux, Ernesto ne peut s'empêcher de visiter le musée de la Mémoire où une photo de Paulina, sa fiancée disparue durant la dictature de Pinochet le plonge dans un passé douloureux. C'est dans ce même musée qu'il fait connaissance d'Ema qui porte elle aussi une histoire lourde. Ils devront surmonter les blessures jamais cicatrisées de cette terrible période.

Rose royal, Nicolas Mathieu -Actes Sud – 144p
La vie de Rose, 50 ans, est faite d'amour des hommes et de soumission à ces derniers. Elle tente de se révolter.
Un roman noir sur la femme, ses désirs et le sexisme, le couple et la dépendance affective, mais aussi sur les épreuves ordinaires de la vie sans relief des invisibles sociaux.

San Perdido, David Zukerman - Calmann-Lévy, 410p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56242

Trois concerts, Lola Gruber- Phébus- 588p
Enfant fermée et silencieuse, Clarisse semble entendre les sons avec une seconde d'avance. La musique pourrait-elle la sauver de l'isolement ? À sept ans, elle provoque le hasard en devenant l'élève de Viktor Sobolevitz. Et partage avec ce maître célèbre et misanthrope le même amour intransigeant de l'art. Mais pour faire carrière dans la musique, il faut que plus que du talent. Peu préparée à la compétition, la jeune violoncelliste va bientôt l'apprendre... Lorsqu'elle rencontre Rémy Nevel, un critique musical, médiatique et ambitieux, son destin pourrait basculer. Quitte à perdre, au passage, quelques illusions. Entremêlant les partitions de ces trois personnages, Lola Gruber nous offre un roman d'initiation hors-normes, qui est aussi une réflexion sur notre soif de pureté et de reconnaissance. On tourne les pages avec avidité, séduit par la finesse des analyses autant que par un suspense diaboliquement généreux. Née en 1972, Lola Gruber a publié Douze histoires d'amour à faire soi-même en 2005, suivi des Pingouins dans la jungle en 2009. Elle travaille dans le théâtre. Cela fait plus de six ans qu'elle compose Trois concerts.

Un monstre et un chaos, Hubert Haddad – Zulma - 352p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56338

Une femme en contre-jour, Gaëlle Josse - Ed Noir sur Blanc - 153p
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55616

Une joie féroce, Sorj Chalandon – Grasset - 320p
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56293

Ludmilla
avatar 27/10/2021 @ 10:20:54
ROMANS TRADUITS

Un livre de martyrs américains, Joyce Carol Oates (états-Unis) 859 pages.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56432

Le coeur de l'Angleterre, Jonathan Coe (Angleterre ) 608 pages.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56237

La femme du banquier, Cristina Alger (états-unis ) 416 pages.
L’épave d’un avion privé à destination de Genève est retrouvée dans les Alpes. Parmi les victimes : Matthew Lerner, cadre dirigeant de la Swiss United, célèbre banque offshore.
Seule face aux secrets qu'il a laissés derrière lui, Annabel, la jeune veuve de Matthew, finit par comprendre que sa mort n’a rien d'accidentel, et se retrouve prise dans un jeu de cache-cache terrifiant… de Marina Tourneau, une ambitieuse journaliste qui enquête sur un récent scandale lié à la Swiss United. Mais cette dernière osera-t-elle publier son article ?

La fabrique de poupées, Elizabeth MacNeal (Angleterre) 512 pages.
La liberté est une chose précieuse.
Londres, 1850. L'Exposition universelle va bientôt ouvrir ses portes dans le tout nouveau Crystal Palace, et les badauds se pressent pour venir admirer cette merveille. Parmi eux, Iris, modeste employée dans un magasin de poupées, à la beauté mâtinée de difformité, qui rêve de devenir artiste peintre. Et puis il y a Silas, taxidermiste amateur de macabre et de curiosités, désireux d'y exposer ses créatures. Ces deux-là se croisent, et leurs destins en seront à jamais bouleversés. Iris accepte bientôt de poser pour Louis Frost, un jeune peintre préraphaélite. Avec lui, le champ des possibles s'élargit, et le modèle, avide de liberté, découvre peu à peu l'art et l'amour. Mais c'est compter sans Silas, qui rôde non loin de là, tapi dans l'ombre, et n'a qu'une idée : faire sienne celle qui occupe toutes ses pensées, jusqu'à l'obsession...

A la recherche d'Alice Love, Liane Moriarty (Australie) 576 pages
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58276

Grace, Paul Lynch (Irlande) 504 pages.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/54883

Devouchki, Victor Remizov (Russie) 480 pages.
Après le succès de Volia volnaïa, Victor Remizov explore de nouveau les paradoxes d’une Russie à deux vitesses, entre campagne sibérienne et faste moscovite, pour dresser le portrait d’une jeunesse qui cherche à se construire. Aussi glaçante qu’intense, une fresque brillante où s’entremêlent les destins de deux cousines en quête de repères.

La vie en chantier, Pete Fromm (états_unis) 336 pages
Marnie et Taz ont tout pour être heureux. Jeunes et énergiques, ils s’aiment, rient et travaillent ensemble. Lorsque Marnie apprend qu’elle est enceinte, leur vie s’en trouve bouleversée, mais le couple est prêt à relever le défi. Avec leurs modestes moyens, ils commencent à retaper leur petite maison de Missoula, dans le Montana, et l’avenir prend des contours plus précis. Mais lorsque Marnie meurt en couches, Taz se retrouve seul face à un deuil impensable, avec sa fille nouvellement née sur les bras. Il plonge alors tête la première dans le monde inconnu et étrange de la paternité, un monde de responsabilités et d’insomnies, de doutes et de joies inattendus.

Texto, Dmitry Glukhovsky (Russie) 504 pages
Novembre 2016. Ilya rentre à Moscou après sept années de détention dans la zone – une de ces régions de Sibérie peu peuplées où la Russie installe des camps pénitentiaires –, bien décidé à tourner la page et à reprendre une vie normale.
À peine arrivé, il est confronté à la mort de sa mère, à une fin de non-recevoir de la femme qu’il aimait et à un monde qu’il ne reconnaît plus. La nuit même de son retour, l’esprit embrumé par l’alcool et la rage chevillée au corps, il tue l’officier de la brigade des stups véreux qui, sept ans plus tôt, l’avait piégé par simple mesquinerie. Ce faisant, il récupère son téléphone portable dont il a mémorisé le code de déverrouillage.

Borgo Vecchio, Giosuè Calaciura (Italie) - Noir sur blanc, 149p
Mimmo et Cristofaro sont amis à la vie à la mort, camarades de classe et complices d’école buissonnière. Cristofaro qui, chaque soir, pleure la bière de son père. Mimmo qui aime Celeste, captive du balcon quand Carmela, sa mère, s’agenouille sur le lit pour prier la Vierge tandis que les hommes du quartier se plient au-dessus d’elle. Tous rêvent d’avoir pour père Totò le pickpocket, coureur insaisissable et héros du Borgo Vecchio, qui, s’il détrousse sans vergogne les dames du centre-ville, garde son pistolet dans sa chaussette pour résister plus aisément à la tentation de s’en servir. Un pistolet que Mimmo voudrait bien utiliser contre le père de Cristofaro, pour sauver son ami d’une mort certaine.

Reste avec moi, Ayòbámi Adébáyò (Nigeria) – Charleston, 320p
Yejide et Akin vivent une merveilleuse histoire d'amour. De leur coup de foudre à l'université jusqu'à leur mariage, tout s'est enchaîné. Pourtant, quatre ans plus tard, Yejide n'est toujours pas enceinte. Ils pourraient se contenter de leur amour si Akin, en tant que fils aîné, n'était tenu d'offrir un héritier à ses parents. Jusqu'au jour où une jeune femme apparaît sur le pas de la porte. La seconde épouse d'Akin. Celle qui lui donnera l'enfant tant désiré. Bouleversée, folle de jalousie, Yejide sait que la seule façon de sauver son mariage est d'avoir un bébé. Commence alors une longue et douloureuse quête de maternité qui exigera d'elle des sacrifices inimaginables.

Toute une vie et un soir, Anne Griffin (Irlande) – Delcourt, 267p
Dans une bourgade du comté de Meath, Maurice Hannigan, un vieux fermier, s’installe au bar du Rainsford House Hotel. Il est seul, comme toujours – sauf que, ce soir, rien n’est pareil : Maurice, à sa manière, est enfin prêt à raconter son histoire. Il est là pour se souvenir – de tout ce qu’il a été et de tout ce qu’il ne sera plus. Au fil de la soirée, il veut porter cinq toasts aux cinq personnes qui ont le plus compté pour lui. Il lève son verre à son grand frère Tony, à l’innocente Noreen, sa belle-soeur un peu timbrée, à la petite Molly, son premier enfant trop tôt disparu, au talent de son fils journaliste qui mène sa vie aux États-Unis, et enfin à la modestie de Sadie, sa femme tant aimée, partie deux ans plus tôt. Au fil de ces hommages, c’est toute une vie qui se révèle dans sa vérité franche et poignante…

Le clou, Zhang Yueran (Chine) 640 pages.
Elle, Li Jiaqi, et lui, Cheng Gong, la petite trentaine un peu cabossée, se retrouvent après des années sans nouvelles. Ces deux-là étaient pourtant inséparables, quand ils jouaient comme des enfants à chasser les mystères du côté de la Tour des morts, sur le campus de la Faculté de médecine. Elle est la fille d’un poète professeur de littérature et d’une paysanne anesthésiée par la vie urbaine, le fruit d’un slogan, comme elle dit – « les instruits à la campagne ». Il est le fils d’une femme évanescente et d’un raté peu sympathique, élevé par une grand-mère tyrannique qui régentait tout le quartier. Li Jiaqi rentre de Pékin où elle était rédactrice de mode, Cheng Gong habite encore avec sa tante dans l’appartement de son enfance. Leurs grands-pères étaient collègues, tous deux éminents professeurs de médecine, et c’est avec eux que tout a commencé, aux heures les plus sombres de la Révolution culturelle.

Le nouveau, Tracy Chevalier (états-unis) 256 pages

Cinquième rentrée, cinquième école pour Osei Kokote, le fils de onze ans d'un diplomate ghanéen, cette fois-ci, à Washington D.C, aux Etats-Unis, où il s'avère être le seul garçon noir de sa classe.
Heureusement, il tombe par hasard sur Dee, la fille la plus populaire de l'école, qui n'a pas peur de s'intéresser à lui. Pour Ian, le troisième membre de ce triangle amoureux d'école primaire, cette relation naissante entre Dee et le garçon noir n'est cependant pas envisageable... Témoignage trop vraisemblable d'une cour d'école dans les années 70 aux Etats-Unis (que Tracy Chevalier fréquenta elle-même à Washington D.C.) ou remake shakespearien ébouriffant et ébouriffé en culotte courte ?
On ne sait bientôt plus. Tout simplement du pur Tracy Chevalier, aussi à l'aise avec les grandes figures du théâtre élisabéthain qu'avec la peinture flamande.

Lincoln au Bardo, George Saunders (états-unis) 480 pages.
Fayard 9 Janvier 2019

Washington, nuit du 25 février 1862. Dans le paisible cimetière de Oak Hill, non loin de la Maison-Blanche, quelque chose se prépare... Un peu plus tôt ce même jour, on a enterré un petit garçon prénommé Willie, qui n'est autre que le fils du Président des États-Unis. Ce soir-là, Abraham Lincoln, dévasté de chagrin, s'échappe de son bureau pour venir se recueillir en secret sur la sépulture de son enfant.
Il croit être seul il ne l'est pas. Bientôt, des voix se font entendre, et voici que jaillit des caveaux tout un peuple d'âmes errantes, prises au piège entre deux mondes, dans une sorte de purgatoire (le fameux Bardo de la tradition tibétaine). L'arrivée du jeune Willie va déclencher parmi eux un immense charivari une bataille épique, reflet d'outre-tombe de la guerre de Sécession qui, au même moment, menace de déchirer la nation américaine.

West, Carys Davies (Angleterre) 192 pages.
Seuil Cadre Vert 3 Janvier 2019
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58344
John Cyrus Bellman, jeune veuf inconsolé, vit avec sa petite fille de dix ans, Bess, dans leur ferme de Pennsylvanie. Un entrefilet dans la gazette locale, faisant état d'une découverte stupéfiante, va le sortir de sa mélancolie et de son désoeuvrement : de mystérieux ossements gigantesques auraient été déterrés, quelque part dans le Kentucky. Nous sommes au dix-neuvième siècle, et le continent américain demeure pour une large part inexploré. Qu'y a-t-il donc à l'ouest ? Se pourrait-il que des créatures fantastiques rôdent dans les terres inconnues qui s'étendent au-delà du fleuve Mississippi ? Bellman décide d'en avoir le coeur net et, s'improvisant aventurier, part à la recherche des bêtes sauvages, en compagnie d'un jeune éclaireur indien répondant au nom de Vieille Femme de Loin.

Trouble, Jeroen Olyslaegers (Belgique) 448 pages.
Stock 9 Janvier 2019
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55396
Anvers, 1940. Wilfried Wils, 22 ans, a l'âme d'un poète et l'uniforme d'un policier. Tandis qu'Anvers résonne sous les bottes de l'occupant, il fréquente aussi bien Lode, farouche résistant et frère de la belle Yvette, que Barbiche Teigneuse, collaborateur de la première heure. Incapable de choisir un camp, il traverse la guerre mû par une seule ambition : survivre. Soixante ans plus tard, il devra en payer le prix.
Récompensé par le plus prestigieux prix littéraire belge, Trouble interroge la frontière entre le bien et le mal et fait surgir un temps passé qui nous renvoie étrangement à notre présent.

Un mariage sur écoute, John Jay Osborn (états-unis) 224 pages.
Editions de l'olivier Litterature Etrangere 3 Janvier 2019

Gretchen et Steve ont été mariés longtemps. Ils ont deux enfants, des métiers prenants. En bref, des vies bien remplies. Tout allait bien, jusqu'au moment où ils se sont séparés.
Pour trouver une issue au conflit qui les déchire, ils ont décidé d'aller consulter un conseiller conjugal. Entre les murs du cabinet, ces deux personnages vont parler, tenter de tout se dire : vexations, rancoeurs, ambiguïté des sentiments, tout y passe. Ce couple en crise essaye de surmonter la fracture, mais un tel projet peut-il aboutir? Se parler, est-ce suffisant pour créer la voix d'un couple?

Le sport des rois, C. E. Morgan (états-unis) 848 pages
Gallimard Du Monde Entier 10 Janvier 2019

Riche propriétaire terrien du Kentucky, Henry Forge dédie sa vie à la recherche de la combinaison génétique idéale pour créer le cheval parfait, une machine de course imbattable et grandiose. Digne héritier d'une famille autoritaire habituée depuis des décennies à posséder, commander, dominer, Henry fait tout plier à sa volonté, la génétique comme sa fille unique, Henrietta, à qui il transmet son obsession. Dans une ville voisine, Allmon Shaughnessy, un jeune homme noir élevé dans les quartiers pauvres par une mère souffrante, grandit dans un monde de discriminations et d'injustices où les violences policières sont légion. Déterminé à changer le cours de son destin et à conquérir la fortune qu'il mérite, Allmon arrive chez les Forge : garçon d'écurie au talent rare et à l'ambition dévorante, il va mener à la victoire une pouliche de légende, Hellsmouth, bouleverser l'équilibre malsain de la famille et découvrir l'envers du rêve américain.

De si bons amis, Joyce Maynard ( états-unis) 360 pages.
Philippe rey 3 Janvier 2019

Quand Ava et Swift Havilland, couple de philanthropes fortunés, décident de prendre Helen McCabe sous leur aile, celle-ci est au plus bas. À quarante ans, elle a récemment perdu la garde de son fils Oliver, huit ans, et partage sa semaine entre rencontres aux Alcooliques Anonymes, petits boulots pour un traiteur, et soirées à faire défiler sur son écran les profils d'hommes célibataires de sa région. S'étant réfugiée depuis son enfance derrière des récits de vies fantasmées - un jour orpheline, le lendemain petite-fille d'Audrey Hepburn -, elle trouve auprès des Havilland ce qu'elle a toujours recherché : se sentir unique.

D'os et de lumière, Mike McCormack (Irlande) 352 pages.
Grasset et fasquelle 9 Janvier 2019

Marcus Conway est assis devant la table de sa cuisine, un sandwich et un verre de lait posés sur la nappe blanche. Il lit son journal et écoute la radio dans la maison vide, sa femme et ses deux enfants sont absents. Il est midi et les cloches sonnent l'Angelus, nous sommes le 2 novembre dans le village de Louisburgh, en Irlande. Pendant une heure, jusqu'au prochain bulletin d'information, Marcus se remémore sa vie depuis l'enfance jusqu'à l'âge adulte, sa vie de fils, de mari, de père, d'ingénieur du génie civil. Il désosse son passé comme il observe les ponts, d'un regard aussi rationnel qu'émerveillé. Il se souvient également des épreuves qu'il a traversées comme son combat contre la petite corruption locale qui menace sans cesse de mettre en péril la qualité de son travail, et donc la sécurité de ses concitoyens.
Marcus se rappelle ses premières années d'homme marié aux côtés de Mairead, la naissance de leur fille puis celle de leur benjamin l'aînée deviendra artiste-plasticienne alors que le second partira vivre à l'autre bout du monde, en Australie. Puis ce jour où, comme une large partie de la population du comté, Mairead est prise de violentes douleurs causées par un virus présent dans l'eau du robinet, un véritable désastre sanitaire. Il se souvient ensuite du trajet en voiture pour rapporter des médicaments à sa femme alitée. Il se souvient de sa vie qui s'est alors mise à vaciller...

Les femmes de Heart Spring Mountain, Robin MacArthur (états-unis) 368 pages.
Albin michel 30 Janvier 2019

Août 2011. L'ouragan Irene s'abat sur le Vermont, laissant derrière lui le chaos et la désolation. Loin de là, à La Nouvelle-Orléans, Vale apprend que sa mère a disparu lors du passage de la tempête. Cela fait longtemps que la jeune femme a tourné le dos à sa famille, mais cette nouvelle ne lui laisse d'autre choix que de rentrer chez elle, à Heart Spring Mountain.
Elle y retrouve celles qui ont bercé son enfance : la vieille Hazel qui, seule dans sa ferme, perd la mémoire, et Deb, restée fidèle à ses idéaux hippies. Mais si elle est venue là dans le seul but de retrouver sa mère, c'est aux secrets des générations de femmes qui l'ont précédée que Vale va se confronter, réveillant son attachement féroce à cette terre qu'elle a tant voulu fuir.
Après Le Coeur sauvage, un recueil de nouvelles unanimement salué par la critique et les libraires, Robin MacArthur signe, d'une écriture pure et inspirée par la nature sauvage du Vermont, un émouvant premier roman sur le lien à la terre natale, et offre une réflexion lumineuse sur l'avenir de notre planète.


Olga, Bernhard Schlink (Allemagne à 272 pages.
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55271
L’est de l’empire allemand à la fin du XIXe siècle.
Olga est orpheline et vit chez sa grand-mère, dans un village coupé de toute modernité. Herbert est le fils d’un riche industriel et habite la maison de maître. Tandis qu’elle se bat pour devenir enseignante, lui rêve d’aventures et d’exploits pour la patrie. Amis d’enfance, puis amants, ils vivent leur idylle malgré l’opposition de la famille de Herbert et ses voyages lointains. Quand il entreprend une expédition en Arctique, Olga reste toutefois sans nouvelles. La Première Guerre mondiale éclate, puis la Deuxième.
À la fin de sa vie, Olga raconte son histoire à un jeune homme qui lui est proche comme un fils. Mais ce n’est que bien plus tard que celui-ci, lui-même âgé, va découvrir la vérité sur cette femme d’apparence si modeste.


Nouvel an, Julie Zeh (Allemagne) 192 pages.
Des vacances de Noël en famille sur l'île de Lanzarote - ce rêve de Henning, mari et jeune père plein de bonne volonté, risque de tourner au vinaigre. Le temps est maussade, le moral se détériore ; les crises d'angoisse qu'il redoute tant réapparaissent. Le premier janvier, il décide de s'éloigner des obligations familiales, d'un amour mêlé d'incompréhension et d'une paternité qui l'écrase. Il enfourche un médiocre vélo de location et entreprend, par défi, une ascension harassante.
C'est un homme épuisé qui arrive au sommet de la montagne, où paysage et village se révèlent. Tel un voile qui se déchire, il lui semble retrouver un lieu maudit de sa petite enfance, une expérience traumatisante dont la romancière ressuscite alors chaque instant enfoui dans sa mémoire.

Dégels, Julia Phillips (états-unis) 384 pages.
Sur le rivage de la péninsule du Kamtchatka, aux confins de la Russie, deux petites filles disparaissent. L'enlèvement bouleverse les habitants : le coupable serait-il un étranger de passage ? Pire, l'un d'entre eux ? Comme une onde de choc, le trouble se propage et vient ébranler la vie de dix femmes dans leur quotidien, leurs amours et leurs rêves secrets, tandis que le puzzle de la disparition se reconstitue peu à peu...


Agathe, Anne Cathrine Bomann (Danemark) 160 pages
Soixante-douze ans passés, un demi-siècle de pratique et huit cents entretiens restants avant la fermeture de son cabinet : voilà ce qu’il subsiste du parcours d’un psychanalyste en fin de carrière. Or, l’arrivée imprévue d’une ultime patiente, Agathe Zimmermann, une Allemande à l’odeur de pomme, renverse tout. Fragile et transparente comme du verre, elle a perdu l’envie de vivre. Agathe, c’est l’histoire d’un petit miracle, la rencontre de deux êtres vides qui se remplissent à nouveau. Anne Cathrine Bomann signe ici un roman intelligent et inattendu, décortiquant avec tendresse les angoisses humaines : être, devenir quelqu’un, désirer et vieillir. Serait-il possible de découvrir enfin de quoi on a vraiment peur ?


Les altruistes, Andrew Ridker (états-unis) 432 pages
Andrew Ridker, 25 ans, est la nouvelle sensation du roman américain.
Vendu dans 20 pays en à peine deux semaines, "Les altruistes combine le génie d'un Franzen pour les portraits de famille et l'esprit satirique des premiers livres de Philip Roth. Mais si Ridker se place dans les pas de ses pères littéraires (on pense aussi à Updike, Salinger et d'autres...), il le fait avec un sens de l'humour et du rythme totalement inédits. Les irrésistibles membres de la famille Alter deviennent les antihéros d'une époque tiraillée entre deux aspirations contradictoires : l'individualisme triomphant et l'empathie nécessaire.
De ce combat entre les cyniques et les candides, Ridker a fait un roman aussi drôle qu'attachant. Une révélation qui a suscité l'engouement de 9 éditeurs français. Bataille remportée par Rivages.

Les Cent puits de Salaga, Ayesha Harruna Attah (Ghana) 256 pages
Elles ont le nom de reines guerrières, et tout semble les opposer. Aminah a quinze ans, guette les caravanes de marchands dans la région de Gonja, vend un peu de nourriture. Bientôt, un raid de cavaliers fait d’elle une captive.
Wurche est une princesse, fille têtue du chef de Salaga, la ville aux cent puits, haut lieu du commerce d’esclaves. Elle a l’âge d’être bientôt mariée, alors qu’elle ne rêve que de pouvoir, en ces temps d’alliances et de conflits entre chefs de tribus, avec les Ashantis de la forêt voisine, avec les Allemands, les Anglais, les Français.
Et il y a Moro, l’homme à la peau si noire qu’elle est bleue. Il vit de la vente d’esclaves mais croit à la destinée, et cède à la beauté.
Les cent puits de Salaga se déroule à la fin du XVIIIe siècle dans l’actuel Ghana, à la période précoloniale et avant que l’esclavage soit réellement aboli. Une histoire de courage, de pardon, d’amour et de liberté.

La Langue et le Couteau, Jeong-hyun Kwon (Corée du sud) 336 pages.
Le couteau n’ôte pas la vie, il se fait obéir !
Le couteau, c’est le sabre, celui de Yamada Otozô, commandant en chef de l’armée d’occupation japonaise en Mandchourie en 1945, face à l’armée russe tapie comme un ours dans la neige.
La langue, c’est le goût de la cuisine porté à son paroxysme comme une œuvre d’art par Chen, cuisinier génial et révolutionnaire chinois dont le champ de bataille est un simple billot de bois.
Entre l’officier gourmet et le cuisinier rebelle, une lutte à mort s’engage dont la clé est l’art de préparer les plats. Car il y a d’autres manières de faire la guerre qu’avec des fusils et des sabres.
Ruses, périls et gourmandise sont au menu de ce roman palpitant dont l’héroïne est la cuisine.

Ce prince que je fus, Jordi Soler (Mexique) 300 pages.
Au XVIe siècle, Xipaguacin, une princesse aztèque fille de Moctezuma II, est enlevée par un noble espagnol qui l’emmène dans un village reculé des Pyrénées. Là, naitra un enfant qui sera à l’origine d’une lignée atteinte de folie et dépositaire d’un trésor qui, selon la légende, fut enterré par la princesse dans les terres catalanes.
500 ans plus tard, la recherche de ce trésor conduit le narrateur jusqu’à un personnage invraisemblable, Kiko Grau, qui profite de sa condition d’héritier de l’empire aztèque pour s’introduire dans la haute bourgeoisie de Barcelone.


Ce qu'elles disent, Miriam Toews (Canada) 256 pages.
Colonie mennonite de Molotschna, 2009.
Alors que les hommes sont partis à la ville, huit femmes – grands-mères, mères et jeunes filles – tiennent une réunion secrète dans un grenier à foin. Depuis quatre ans, nombre d’entre elles sont retrouvées, à l’aube, inconscientes, rouées de coups et violées. Pour ces chrétiens baptistes qui vivent coupés du monde, l’explication est évidente, c’est le diable qui est à l’œuvre. Mais les femmes, elles, le savent : elles sont victimes de la folie des hommes. Elles ont quarante-huit heures pour reprendre leur destin en main. Quarante-huit heures pour parler de ce qu’elles ont vécu, et de ce qu’elles veulent désormais vivre. Analphabètes, elles parlent un obscur dialecte, et ignorent tout du monde extérieur.
Pourtant, au fil des pages de ce roman qui retranscrit les minutes de leur assemblée, leurs questions, leur rage, leurs aspirations se révèlent être celles de toutes les femmes.
Inspiré d’un fait divers réel, Ce qu’elles disent est un roman éblouissant sur la possibilité pour les femmes de s’affranchir ensemble de ce qui les entrave.

F20, Anna Kozlova, éditions Stéphane Marsan 224 pages (Russie)
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56588

L'ours qui cache la forêt, Rachel Shalita, éditions de l'Antilope 328 pages (Israël)
Nancy, la thérapeute désormais seule ; Larry, la rencontre d'un soir ; Daffy, la petite fille malheureuse depuis que son papa a quitté la maison et a refait sa vie en Israël ; Ruth, la femme devenue veuve qui s'interroge sur ces années passées avec un Israélien trop robuste ; Tom, le petit garçon pas comme les autres que sa maman cherche à protéger envers et contre son mari, envers et contre les institutions.
Qu'ont tous ces personnages en commun ?

Ce que la mort nous laisse, Jordi Ledesma, éditions Asphalte 208 pages (Espagne)
Années 1990, Espagne. Dans une station balnéaire de la Méditerranée, des rumeurs tenaces courent sur Lucía, l'épouse du commandant de la Guardia Civil locale. Les jalousies et les rivalités se déchaînent jusqu'à mener à la tragédie.Dans ces stations balnéaires de la Costa Dorada, sur le littoral de la Méditerranée, tous les habitants se connaissent. Le flux incessant des touristes a beau rythmer les saisons, ce sont toujours les mêmes jalousies, les mêmes rivalités, les mêmes clans. Lucía, qui a grandi ici, est belle, trop belle : elle attire tous les regards et déchaîne les commérages. Qu'il serait facile de lui imaginer une liaison avec le séduisant Ignacio Robles, fils à papa propriétaire d'une agence immobilière... Mais qui prendrait le risque de déclencher l'ire de son mari, le Crocodile, commandant local de la Guardia Civil ?

Nos lendemains retrouvés, Alan Hlad (Hauteville) 480 pages (Etats-Unis)
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56991

La Goûteuse d'Hitler, Rosella Postorino (Albin Michel) 384 pages. (Italie)
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56486

La société des rêveurs involontaires, José Eduardo Agualusa (Angola) 280 pages
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56630

Estuaire, Lidia Jorge (Portugal) 240 pages.
Edmundo Galeano a 25 ans, il a parcouru le monde, participé à une mission humanitaire et est revenu dans la maison paternelle avec une main estropiée. Il est revenu pour écrire et passe ses jours à essayer d'élaborer littérairement son témoignage. Un roman qui expliquera le monde et l'empêchera de courir à sa perte.

Zahhâk, le roi serpent, Vladimir Medvedev (Russie) 576 pages.
« Si vous avez peu de terres, il faut y planter de l'or... » Tadjikistan, années 1990. Au lendemain de l'effondrement de l'URSS, la guerre civile plonge le pays dans le chaos. Un ancien cadre du Parti communiste, Zouhourcho, retourne dans les montagnes du Pamir pour y imposer sa loi et convertir les habitants à la culture du pavot. Il porte autour du cou un gigantesque python évoquant le roi Zahhâk du Livre des rois, dont les épaules étaient prolongées par deux serpents diaboliques se nourrissant de cerveaux humains. Sept narrateurs prennent tour à tour la parole. Tous sont forcés de remettre en question leur univers dans cette période de bouleversements : Andreï et Zarina, jumeaux âgés de seize ans, de père tadjik et de mère russe, contraints de s'adapter à la vie dans un village de montagne ; leur oncle Djoroub, empreint des traditions des hauts plateaux ; le jeune Karim, naïf et rêveur ; Oleg, journaliste russe qui replace le récit dans son contexte historique ; Davron, ancien officier soviétique ; et enfin le cheikh Vahhob, ermite soufi issu du monde séculier. Vladimir Medvedev nous fait découvrir le monde très mal connu du Pamir tadjik ; avec un grand souffle épique, il tisse une généalogie du despotisme, tout en tenant le lecteur en haleine face au destin des différents personnages.

Funérailles molles, Fang Fang 468 pages (Chine)
Autour des drames qui ont marqué la réforme agraire chinoise : Une puissante oeuvre littéraire qui traite de la mémoire et de l'oubli. Le roman Funérailles molles aborde le sujet sensible de la réforme agraire en Chine du début des années 1950, un des épisodes les plus meurtriers de l'histoire récente du pays, très peu traité dans la littérature chinoise en raison des tabous qui lui sont attachés et des traumatismes laissés dans la population. Inspiré d'une histoire vraie, le récit part d'allusions voilées aux faits douloureux qu'une vieille femme a choisi d'enterrer dans l'oubli pour ne plus en subir le traumatisme répété, et se déroule au gré des tentatives de son fils pour les reconstituer, le tout conté par un narrateur extérieur qui tente lui-même de comprendre.

Ludmilla
avatar 27/10/2021 @ 10:22:05
ROMANS POLICIERS ET THRILLERS

1793 - Niklas Natt och Dag
Sonatine, 441 pages
Fiche éditeur : https://lisez.com/livre-grand-format/1793/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56118

Aquila - Ursula Poznanski, Julien Rico Jr (dessin)
Milan Eds, 416 pages
Fiche éditeur : https://editionsmilan.com/livres-jeunesse/fiction/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/61248

Askja - Ian Manook
Albin Michel, 432 pages
Fiche éditeur : https://www.albin-michel.fr/askja-9782226445223

Crépuscule sanglant - James Carlos Blake
Gallmeister, 544 pages
Fiche éditeur : https://gallmeister.fr/livres/346/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/27466

Dans l'ombre du brasier - Hervé Le Corre
Rivages, 384 pages
Fiche éditeur : https://payot-rivages.fr/rivages/livre/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58582

Dans son silence - Alex Michaelides
Calmann-Levy, 373 pages
Fiche éditeur : https://calmann-levy.fr/livre/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57564

De bonnes raisons de mourir - Morgan Audic
Albin Michel, 490 pages
Fiche éditeur : https://albin-michel.fr/de-bonnes-raisons-de-mouri…

Dry bones - Craig Johnson
Gallmeister, 352 pages
Fiche éditeur : https://gallmeister.fr/livres/355/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57587

L'étrange histoire du collectionneur de papillons - Rhidian Brook
Fleuve Eds, 528 pages
Fiche éditeur : https://lisez.com/livre-grand-format/…

L’ombre de la baleine - Camilla Grebe
Calmann-Levy, 400 pages
Fiche éditeur : https://calmann-levy.fr/livre/…

La meute - Thomas Bronnec
Les Arènes, 432 pages
Fiche éditeur : https://www.arenes.fr/livre/la-meute/

La transparence du temps - Léonardo Padura
AM Metailie, 448 pages
Fiche éditeur : https://editions-metailie.com/livre/…

Le Chant de l'assassin - R. J. Ellory
Sonatine, 390 pages
Fiche éditeur : https://lisez.com/livre-grand-format/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55860

Les refuges - Jérôme Loubry
Calmann-Levy, 390 pages
Fiche éditeur : https://calmann-levy.fr/livre/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58850

Les trois femmes du consul - Jean-Christophe Rufin
Flammarion, 272 pages
Fiche éditeur : https://editions.flammarion.com/les-trois-femmes-d…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56617

Les Yeux fumés - Nathalie Sauvagnac
Eds du Masque, 240 pages
Fiche éditeur : https://editions-jclattes.fr/livre/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/59488

Moi qui croyais te connaître - Penny Hancock
Hauteville, 448 pages
Fiche éditeur : https://editions-hauteville.fr/catalogue/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56993

Parasite - Sylvain Forge
Mazarine, 416 pages
Fiche éditeur : https://fayard.fr/policiers-thrillers/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56910

Robicheaux - James Lee Burke
Rivages, 512 pages
Fiche éditeur : https://payot-rivages.fr/rivages/livre/…
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/59156

Vindicta - Cédric Sire
Cosmopolis, 577 pages
Fiche éditeur : https://editionscosmopolis.fr/livres/vindicta
Fiche CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60912

Ludmilla
avatar 27/10/2021 @ 10:23:57
ROMANS SCIENCE-FICTION / FANTASY

La Fracture, Nina Allan – Tristram, 456 p.
https://halldulivre.com/livre/…

Les dévastés, J.J Amaworo Wilson – Editions de l’observatoire, 350 p.
https://editions-observatoire.com/content/…

L'Ours et le Rossignol, Katherine Arden – Denoël, 362p http://denoel.fr/Catalogue/DENOEL/…#

Vie™, Jean Baret – Le Bélial’, 300 p.
https://www.belial.fr/jean-baret/vie-tm

Civilizations, Laurent Binet – Grasset, 336 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56359

Sauvage, Jamey Bradbury – Gallmeister, 320 p.

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60887

Diaspora, Greg Egan – Le Bélial’, 504 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57150

Le Chant mortel du soleil, Franck Ferric – Albin Michel, 456 p.
https://albin-michel-imaginaire.fr/livre/…

L’Homme électrique, Victor Fleury – Bragelonne, 360 p.

https://bragelonne.fr/catalogue/…

Une cosmologie de monstres, Shaun Hamill – Albin Michel, 404p
https://albin-michel.fr/une-cosmologie-de-monstres…

L’outil et les papillons, Dmitri Lipskerov – Agullo, 512 p.

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56164

Rouge impératrice, Léonora Miano – Grasset, 608 p.

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58076

La Cité de l’orque, Sam J. Miller – Albin Michel, 400 p.
https://albin-michel-imaginaire.fr/livre/…

Trop semblable à l’éclair, Ada Palmer – Le Bélial’, 672 p.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/60826

Les Machines fantômes, Olivier Paquet – L’Atalante, 431 p.
https://l-atalante.com/catalogue/…

Le matin de Neverworld, Marisha Pessl – Gallimard Jeunesse, 315 p.
https://gallimard-jeunesse.fr/9782075122658/…

Chimère, Emmanuelle Pireyre – L’Olivier, 224 p.

http://editionsdelolivier.fr/catalogue/…

L’Effondrement de l’empire, John Scalzi – L’Atalante, 336 p.
https://l-atalante.com/catalogue/…

Manaraga, Vladimir Sorokine – L’inventaire, 254 p. https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55563

Chasseurs & Collectionneurs, Matt Suddain – Au diable vauvert, 688 p.
https://audiable.com/boutique/…

Terminus, Tom Sweterlitsch – Albin Michel, 552 p.
https://www.albin-michel.fr/terminus-9782226439932

Les meurtres de Molly Southbourne, Tade Thompson – Bélial, 125p.
https://belial.fr/tade-thompson/…

Ludmilla
avatar 27/10/2021 @ 10:25:03
Bandes dessinées

Paris 2119, Zep et Dominique Bertail
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55247

La tournée, Andi Watson

Cassandra Darke , Posy Simmonds

Algues vertes, l'histoire interdite, Inès Léraud et Pierre Van Hove
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57605

#nouveaucontact, Bruno Duhamel
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56782

Jusqu'au dernier, Jérôme Félix et Paul Gastine
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56711

Les couloirs aériens, Étienne Davodeau, Joub et Christophe Hermenier
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56873

Préférence système, Ugo Bienvenu
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/57364

La fille dans l'écran, Manon Desveaux et Lou Lubie

Concerto pour main gauche, Yann Damezin

Ada & Rosie - Mauvais esprit de famille, Dorothée de Monfreid
Les parents la connaissent déjà pour ses livres jeunesse, notamment pour son inénarrable série pachydermique des «Coco». Dorothée de Monfreid a cette fois compilé et publié ses planches créées pour Libération. Il est question ici de famille, de filles et surtout de grands et petits tourments de l'existence. Ada est une ado porteuse de contradictions, d’angoisses existentielles et d’autres effets secondaires de la puberté. L'amour, la rentrée scolaire, les vacances en famille, le marché du travail… Ada et sa petite sœur Rosie parlent de tout sans ciller, prennent leur mère pour une bonne à tout faire et leur père pour le livreur de pizzas en chef.

La princesse de Clèves, Claire Bouilhac et Catel

Le patient, Timothé Le Boucher
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55473
Dans ce nouvel album signé Timothé Le Boucher, qui compte pas moins de 300 pages, on y suit la longue thérapie de Pierre Grimaud, 21 ans, unique rescapé de la tuerie sanglante de toute sa famille, baptisée par la presse le «massacre de la rue des Corneilles». A son réveil, après plusieurs années de coma, l’adolescent de 15 ans qu’il était au moment des faits est pris en charge par la psychologue Anna Kieffer, spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie. Paralysé, amnésique et en proie au hallucinations, Pierre évoque la présence mystérieuse d’un «homme en noir» qui hante ses rêves. Pour le libérer de ses démons et éclaircir les circonstances du drame, Anna tente de stimuler sa mémoire grâce à des séances thérapeutiques d’hypnose. Mais page après page, leurs relations médecin-patient vont devenir plus étroites.

Blake et Mortimer : Le dernier Pharaon, Thomas Gunzig et François Schuiten
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55767
Blake a grimpé dans sa hiérarchie et s’est éloigné peu à peu de Mortimer, en proie à de vilains cauchemars depuis leur aventure en Egypte, et qui entame une retraite bien amère à Londres. Pourtant, au début des années 1980, lorsque de terrifiantes radiations s’échappent du Palais de justice de Bruxelles, entraînant l’arrêt de tous les réseaux électriques et électroniques des alentours, Blake va de nouveau devoir faire appel à Mortimer. La ville est alors évacuée, le Palais de justice placé sous une cage de Faraday. Peu à peu, la nature y reprend ses droits, les animaux sauvages y reviennent. Mais subitement, le rayonnement reprend. L’armée décide d’envoyer ses missiles sur la ville «morte». Blake sent le danger et fait de nouveau appel à son vieil ami…

Il fallait que je vous le dise, Aude Mermilliod
Si certains pensent que l'avortement est devenu un acte «anodin», il faut bien le constater : les témoignages sur l’avortement restent rares. Avec « Il fallait que je vous dise », la blogueuse Aude Mermilliod, plus habituée aux compte-rendus de voyage qu'aux sujets de société, livre le récit de son avortement survenu il y a quelques années.
A la première personne, sans détours, la jeune femme raconte simplement son histoire. Comment est-elle tombée enceinte ? Comment a-t-elle pris la décision d’avorter ? Elle raconte d’abord la faim, les nausées, la fatigue… Ces premiers signes de grossesse qu’elle ne peut se résoudre à voir, sa colère et sa détermination, ce moment presque fascinant que fut l’échographie, puis enfin l’avortement, ses complications, les paroles bienveillantes de ses proches, les gestes plus ou moins adroits des soignants, des ami(e)s, des garçons.

Hollywood menteur, Luz
Luz plonge dans le tournage de «The Misfits» («Les désaxés»), chef d'oeuvre crépusculaire de John Huston, écrit par Arthur Miller mais aussi dernier film achevé de la compagne de ce dernier : une Marilyn Monroe en souffrance. Autre star du film : Clark Gable, qui mourra quelques jours après la fin du tournage. On y croise aussi un Montgomery Clift perdu et esseulé et la sévère Paula Strasberg qui tente de donner des directions de jeu à son élève, Marilyn.

Léonard 2 Vinci, Stéphane Levallois
Designer et story-boarder connu par le tout Hollywood pour ses créations, notamment pour les films de Ridley Scott ou encore de Steven Spielberg, Stéphane Levallois sait aussi être un génial auteur de bande dessinée. Quand ce dernier s’attaque à Leonard de Vinci, cela donne «Leonard2Vinci», une bombe graphique que ce virtuose du dessin qualifie simplement de « Space Opéra ».
Il fallait y penser. L’histoire part d’une véritable empreinte digitale de Leonard de Vinci retrouvée derrière son tableau de La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne. « Quand j'ai appris cela, j’ai pu imaginer une histoire se déroulant dans le futur où des brins d’ADN seraient prélevés pour fabriquer un clone de Leonard » , explique l’auteur de cet album de 96 pages alternant entre noirs et blancs magnifiques et couleurs provenant des tableaux du génie.

Fichtre ! , Alberto Montt
Lucifer qui se vante d'avoir plus d'amis Facebook que Dieu, un citron et un presse agrume qui tombent amoureux, une censure sur les murs d'une caverne façon hommes de Cro-Magnon... Tout est matière à rigolade avec Alberto Montt qui publie un recueil de blagues absurdes en images, fruit du meilleur de ses dessins publiés sur son blog «Dosis diarias». Installé au Chili, cet équatorien de 47 ans connaît, depuis une dizaine d'année, un grand succès grâce à ces dessins d'humour tenant en général en une ou deux cases, également publiés dans la presse et sur les réseaux sociaux (plus de 330 000 abonnés Twitter). Déjà auteur de «Roucou», une bande dessinée publiée aux éditions Ça et là en 2018, le dessinateur publie cette fois en France «Fichtre», 160 pages à feuilleter joyeusement dans le désordre

BlueBerry – Amertume apache, Joann Sfar et Christophe Blain
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56789
Grand Ouest, territoire Apache. Le lieutenant Blueberry est témoin d'un ignoble crime perpétré par trois «gamins» d'une communauté religieuse voisine sur deux femmes apaches. Il tente de les arrêter mais rien n'y fait. Elles étaient la femme et la fille d'un chef indien respecté, nommé Amertume. Le soldat, blessé, ramène alors les dépouilles des deux femmes aux Indiens et se lance sur la piste des coupables. Mais la petite troupe rassemblée par Blueberry est massacrée par les Indiens. Un embrasement de la région semble inévitable. Parallèlement, Ruth, la femme du commandant du fort, semble prête à tout quitter pour se jeter dans les bras de l'ombrageux lieutenant...

Le Dieu vagabond, Fabrizio Dori
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55665

Penss et les Plis du monde, Jérémie Moreau
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56768

Saccage, Frederik Peeters
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56407

Nymphéas noirs , Didier Cassegrain, Michel Bussi et Fred Duval
https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56402

Formica - Une tragédie en trois actes, Fabcaro

Koudoux

avatar 27/10/2021 @ 15:03:34
@ Ludmilla
Si j'ai bien vu, dans la série thrillers
Né d’aucune femme de Franck Bouysse a eu le prix des libraires 2019 et le grand prix des lectrices de ELLE (éliminatoires), se retrouve dans la 2ème liste ( pas dans la première :ok) et La meute, Thomas Bronnec, 432 pages se trouve dans la première liste mais pas dans 2ème.

Ludmilla
avatar 27/10/2021 @ 16:11:48
@ Ludmilla
Si j'ai bien vu, dans la série thrillers
Né d’aucune femme de Franck Bouysse a eu le prix des libraires 2019 et le grand prix des lectrices de ELLE (éliminatoires), se retrouve dans la 2ème liste ( pas dans la première :ok) et La meute, Thomas Bronnec, 432 pages se trouve dans la première liste mais pas dans 2ème.
C'est corrigé (j'ai édité les posts)
Comme quoi on ne se relit jamais assez

Merci, Koudoux!

Myrco

avatar 27/10/2021 @ 18:55:56
Mes sélections

ROMAN TRADUIT

José Eduardo AGUALUSA / La société des rêveurs involontaires (Angola)
FANG FANG / Funérailles molles (Chine)
Dmitry GLUKHOVSKY / Texto (Russie)
Anne GRIFFIN / Toute une vie et un soir (Irlande)
Mike McCORMACK / D'os et de lumière (Irlande)
Vladimir MEDVEDEV / Zahhak le roi serpent (Russie)
C.E. MORGAN / Le sport des rois (USA)
Rachel SHALITA / L'ours qui cache la forêt (Israêl)
Jordi SOLER / Ce prince que je fus ( Mexique)
ZHANG Yueran / Le clou (Chine)

ROMAN FRANCOPHONE

Santiago H. AMIGORENA / Le ghetto intérieur
Antoine CHOPLIN / Partiellement nuageux
Annabelle COMBES / La calanque de l'aviateur
Bernard COMMENT / Neptune Avenue (Suisse)
Isabelle DANGY / L'atelier du désordre
Lola GRUBER / Trois concerts
Hubert HADDAD / Un monstre et un chaos
Claudie HUNZINGER / Les grands cerfs
Franck PAVLOFF / Par les soirs bleus d'été
Olivier TRUC / Le cartographe des Indes Boréales

Koudoux

avatar 27/10/2021 @ 19:11:11
Ma sélection
ROMANS FRANCOPHONES
1.Cent millions d'années et un jour, Jean-Baptiste Andrea, 308p
2.Eden, Monica Sabolo , 288 p
3.Grégoire et le vieux libraire, Marc Roger, 240p
4.Jour de courage, Brigitte Giraud, 160p
5.La calanque de l’aviateur, Annabelle Combes, 384p
6.La terre invisible, Hubert Mingarelli, 192p
7.Le bal des folles, Victoria Mas, 250p
8.Le cartographe des Indes boréales, Olivier Truc, 624p
9.Le Ghetto intérieur, Santiago H. Amigorena, 192p
10.Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla, Jean-Christophe Rufin, 384p


Shelton
avatar 27/10/2021 @ 19:54:36
Pourquoi Champignac tome 1 est revenu dans la sélection alors que je l'avais enlevé car justement tome 1 d'une série ?

Koudoux

avatar 27/10/2021 @ 19:59:47
Pourquoi Champignac tome 1 est revenu dans la sélection alors que je l'avais enlevé car justement tome 1 d'une série ?

Pas dans la 1ère liste mais revient dans la 2ème liste.

Ludmilla
avatar 27/10/2021 @ 20:05:24
Pourquoi Champignac tome 1 est revenu dans la sélection alors que je l'avais enlevé car justement tome 1 d'une série ?


Pas dans la 1ère liste mais revient dans la 2ème liste.
Parce que je ne l'ai pas enlevé partout...
C'est corrigé (post édité)

Encore une erreur :-(
Est-ce que la présence de 2 petits-enfants de 1 et 4 ans cette semaine peut être sinon une excuse, du moins une explication?

Shelton
avatar 27/10/2021 @ 20:53:26
Explication pertinente et je la partage assez souvent avec 5 et 2 ans... ou 4 et 4 ans...

Koudoux

avatar 28/10/2021 @ 06:49:23
Pourquoi Champignac tome 1 est revenu dans la sélection alors que je l'avais enlevé car justement tome 1 d'une série ?


Pas dans la 1ère liste mais revient dans la 2ème liste.

Parce que je ne l'ai pas enlevé partout...
C'est corrigé (post édité)

Encore une erreur :-(
Est-ce que la présence de 2 petits-enfants de 1 et 4 ans cette semaine peut être sinon une excuse, du moins une explication?

Absolument!

Koudoux

avatar 28/10/2021 @ 07:04:20
Ma sélection
ROMANS TRADUITS

1.Reste avec moi, Ayòbámi Adébáyò (Nigeria), 320p.
2.Nouvel an, Julie Zeh (Allemagne) 192 pages.
3.Les cent puits de Salaga, Ayesha Harruna Attah (Ghana) 256 pages
4.La Langue et le Couteau, Jeong-hyun Kwon (Corée du sud) 336 pages.
5.Ce prince que je fus, Jordi Soler (Mexique) 300 pages.
6.Ce qu'elles disent, Miriam Toews (Canada) 256 pages.
7.La Goûteuse d'Hitler, Rosella Postorino, 384 pages. (Italie)
8.La société des rêveurs involontaires, José Eduardo Agualusa (Angola) 280 pages
9.Estuaire, Lidia Jorge (Portugal) 240 pages.
10.Funérailles molles, Fang Fang 468 pages (Chine)


Marvic

avatar 28/10/2021 @ 11:00:31
Ma sélection Franco
Cent millions d'années et un jour, Jean-Baptiste Andrea, 308p
La calanque de l’aviateur, Annabelle Combes, 384p
Le bal des folles, Victoria Mas, 250p
Le Ghetto intérieur, Santiago H. Amigorena, 192p
Neptune Avenue, Bernard Comment, 272p
Par les soirs bleus d’été, Franck Pavloff , 208p
Trois concerts, Lola Gruber, 588p
Une joie féroce, Sorj Chalandon, 320p

Koudoux

avatar 28/10/2021 @ 11:50:13
Ma sélection
ROMANS POLICIERS ET THRILLERS

1.Askja, Ian Manook, 432 pages
2.Dans son silence, Alex Michaelides, 373 pages
3.De bonnes raisons de mourir, Morgan Audic, 490 pages
4.L'étrange histoire du collectionneur de papillons, Rhidian Brook, 528 pages
5.L’ombre de la baleine, Camilla Grebe, 400 pages
6.La transparence du temps, Léonardo Padura, 448 pages
7.Les trois femmes du consul, Jean-Christophe Rufin, 272 pages
8.Moi qui croyais te connaître, Penny Hancock, 448 pages
9.Robicheaux, James Lee Burke, 512 pages
10.Vindicta, Cédric Sire, 577 pages


Reginalda
avatar 28/10/2021 @ 12:24:09
Voici ma sélection Romans traduits

La fabrique de poupées, Elizabeth MacNeal (Angleterre) 512 pages.
Devouchki, Victor Remizov (Russie) 480 pages.
Texto, Dmitry Glukhovsky (Russie) 504 pages
Toute une vie et un soir, Anne Griffin (Irlande) – Delcourt, 267p
Trouble, Jeroen Olyslaegers (Belgique) 448 pages.
F20, Anna Kozlova, éditions Stéphane Marsan 224 pages (Russie)
L'ours qui cache la forêt, Rachel Shalita, éditions de l'Antilope 328 pages (Israël)
Ce que la mort nous laisse, Jordi Ledesma, éditions Asphalte 208 pages (Espagne)
Nos lendemains retrouvés, Alan Hlad (Hauteville) 480 pages (Etats-Unis)
Zahhâk, le roi serpent, Vladimir Medvedev (Russie) 576 pages.

Marvic

avatar 28/10/2021 @ 14:03:30
ma sélection romans traduits :

A la recherche d'Alice Love, Liane Moriarty (Australie) 576 pages

Toute une vie et un soir, Anne Griffin (Irlande), 267p

West, Carys Davies (Angleterre) 192 pages.

De si bons amis, Joyce Maynard ( états-unis) 360 pages.

Olga, Bernhard Schlink (Allemagne à 272 pages.

Nouvel an, Julie Zeh (Allemagne) 192 pages.

F20, Anna Kozlova, 224 pages (Russie)

La société des rêveurs involontaires, José Eduardo Agualusa (Angola) 280 pages

Page 1 de 5 Suivante Fin
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier