Le Juge d'Egypte, tome 2 : La loi du désert
de Christian Jacq

critiqué par Mademoiselle, le 27 juin 2005
( - 36 ans)


La note:  étoiles
Changement de cap à 180°
Le 2eme tome est-il vraiment mieux écrit ou est-ce moi qui me suis habituée au style de Christian Jacq ? Quoi qu’il en soit, j’ai dévoré ce 2eme tome et je l’ai adoré.

Pazair est prisonnier dans le désert, accusé du meurtre de son maître, Branir. Il semble condamné pour toujours. Mais le vizir du pharaon vient le délivrer et lui donne les pleins pouvoirs pour poursuivre son enquête.

Ce 2eme tome est le meilleur de la trilogie. Les personnages s’affinent, ont plus de profondeur. Les évènements racontés m’ont davantage intéressée. Mais surtout, c’est le coup de théâtre final qui m’a laissée baba. Il était complètement imprévisible et incroyable. J’ai dû relire au moins cinq fois la page pur être sûre que mes yeux ne me trompaient pas, que mon cerveau n’avait pas fait d’erreur de décodage. Enfin, je comprenais pourquoi Christian Jacq avait autant de succès !
Bonne suite 8 étoiles

Pazair poursuit son enquête sur l'assassinat de son maître spirituel, Branir en même temps qu'il essaye de déjouer le complot contre Pharaon et l'Egypte. Il en va de l'avenir de l'Egypte. Son enquête n'est pourtant pas sans dangers. A l'aide du policier Kem et de son fidèle babouin, ainsi que grâce au soutien de sa femme, Pazair va faire son possible pour sauver son pays.
Ce tome est toujours aussi dépaysant, les descriptions de l'Egypte nous font voyager.

PA57 - - 40 ans - 9 juin 2012