Théorie et pratique des rivières
de Jim Harrison

critiqué par Jules, le 27 octobre 2004
(Bruxelles - 77 ans)


La note:  étoiles
La vie au fil de l'eau
Ce petit livre n’a absolument rien d’un traité pratique sur les rivières, même si Jim Harrison, en grand pêcheur de truites qu’il est, en connaît un bon bout.

Oui, l’homme adore les rivières, les regarder vivre, y contempler les reflets des couchers de soleil et de la lune, admirer la nage souple des truites… Mais c’est surtout sa vie qu’il voit en les observant, celles de ses proches et des hommes en général.

Jim Harrison nous donne ici plusieurs poèmes et le grand intérêt est que nous avons à gauche le texte original en américain et le français à droite. Cela nous permet de comprendre tout en nous donnant l’occasion d’écouter, et de profiter, de la musique des mots en anglais. Elle en vaut la peine !… C’est tout autre chose… Et ceci dit, sans vouloir critiquer le traducteur qui, surtout pour de la poésie, me semble avoir fait du bon boulot. D’accord, je connais l’anglais et cela m’aide, mais j’aurais été incapable de lire, et de comprendre, cet ouvrage sans lui !

Le premier très long poème est dédicacé à sa jeune nièce, Gloria, qui vient de mourir :

« Voici le temps de l’émergence :
il n’y a d’autre temps que celui
de la convenance, du temps pour que tout
n’arrive pas à la fois ;l’obscurité
ne descend pas – l’obscurité monte
de la terre elle-même, exhalation.
…………………………………..

Près de l’estuaire au nord de Guilford
mon frère récite le service funèbre
épiscopalien pour sa fille morte.
Gloria, comme Gloria in excelcis.
……………………………………….

Les jours sont ligués contre
ce que nous croyons que nous sommes :
Il est presque impossible
pour nous de nous surprendre.
Je ne me réveillerai jamais
en sachant jouer du piano.
…………………………………….

Un autre, complet, au titre de « Kobun »

« Hotel n’avait pas besoin d’un zafu
et dit que ses fesses suffisaient.
La tête est une ancre de nuages
Que les pieds doivent suivre.
Voyagez léger, dit-il,
ou ne voyagez pas. »

De nombreux plaisirs vous attendent au fil de ces pages. Lire ce petit livre revient aussi à regarder en soi et autour de soi.