Le mirage
de Thomas Mann

critiqué par Monocle, le 25 novembre 2022
(tournai - 63 ans)


La note:  étoiles
Tout en pudeur
Dans les années 20 à Düsseldorf, Rosalie von Tümmler, une fort jolie quinquagénaire veuve et mère de deux grands enfants, se prend d'affection pour le professeur d'anglais de son fils, Kean Keaton âgé de 24 ans.
Dans les longs dialogues qu'elle entretient avec sa fille Anna, ses sentiments secrets se révèlent peu à peu.
A noter la remarquable pudeur et la parfaite maîtrise des propos.
L'aristocratie allemande a beau être très libérale envers les hommes mariés, elle l'est beaucoup moins vis-à-vis des dames. La différence d'âge, évidemment n'est tolérable que dans un seul sens. Aussi Rosalie refrène ses désirs.
Parviendra-t-elle à vivre sa passion ?

Ce court roman de Thomas Mann, considéré comme un roman mineur de son oeuvre, pourrait bien être la version hétérosexuelle de MORT A VENISE.
Un style très pur pour pénétrer dans l'intimité d'une femme, cette oeuvre se lit avec empathie pour les acteurs.
Comme dans la plupart des romans de Tomas Mann, la mort est omniprésente.
Un excellent moment de lecture.