Je revenais des autres
de Mélissa Da Costa

critiqué par Pascale Ew., le 27 septembre 2022
( - 55 ans)


La note:  étoiles
La vie, c'est souffrir à cause des autres et se reconstruire grâce à eux
Ambre Miller déteste sa famille où personne ne se parle. Elle ne va plus en cours, fréquente une amie qui a une mauvaise influence sur elle et entreprend une relation avec Philippe, un homme marié qui l’entretient. Ne pouvant plus se contenter de cette relation qu’elle voudrait exclusive, elle fait une tentative de suicide. Alors, Philippe l’envoie à la montagne, chez un ami, pour travailler comme serveuse. C’est là que commence sa vie de saisonnière pour six mois, entourée de collègues. Comme le dit l’un d’entre eux, on ne devient pas saisonnier par hasard : chacun a son histoire et elle est souvent complexe.
Ambre se lie d’amitié avec Tim, un commis de cuisine homosexuel et Rosalie, mère célibataire qui est arrivée avec son nouveau-né. Petit-à-petit, chacun en vient à se livrer aux autres.
Ces êtres abîmés se réparent les uns les autres et sont des thérapies les uns pour les autres. Leurs temps libres sont consacrés à des discussions sur leur vie et leurs relations. Ils deviennent une famille les uns pour les autres, eux qui n’en ont pas ou plus. Ça passe souvent par des cris, beaucoup de pleurs et des disputes...
J’ai beaucoup aimé ce roman, tendre au possible. J’ai trouvé qu’il y avait peut-être un peu trop de dialogues "psycho-thérapeutiques", parfois un peu trop longs ou trop répétitifs, pour tenter de réconcilier les uns avec les autres. C’est toujours un peu le même schéma : l’auteure croit profondément au percement des abcès par la parole et ça passe à chaque fois par des crises, ça fait mal, puis la relation s’apaise. Mais dans l’ensemble, c’est un bijou !