Le livre des soeurs
de Amélie Nothomb

critiqué par Catinus, le 21 août 2022
(Liège - 71 ans)


La note:  étoiles
Roman pour la jeunesse
Tristiane et Laetitia sont deux sœurs qui s’adorent d’un amour fusionnel. Elles ont une cousine, Cosette. Nous allons suivre leur parcours singulier. Les parents sont plus ou moins corrects mais on s’en fiche : ils ressemblent à des potiches. Tristiane achèvera des études littéraires à la Sorbonne, les deux autres créeront un groupe rock, les Pneus, dans la mouvance du Led Zeppelin et Metallica.
Comme chaque année au 15 août, les fêtes en Outremeuse à Liège sont pour moi comme une alerte : deux jours plus tard, ce sera la sortie du dernier roman en date d’Amélie, que je m’empresse de lire en deux temps trois mouvements.
Il semblerait que notre illustrissime Amélie soit à la recherche d’un nouveau lectorat, à savoir la tranche d’âge située entre 7 (« âge de raison ») et 10 ans. A suivre >>>

Extraits :

- Ce fut une période exaltante. Chaque fois qu’elle rencontrait un mot nouveau, elle l’attrapait au lasso et le joignait au troupeau qu’elle regroupait dans son crâne.

- Faire bande à part consistait à avoir du plaisir sans les autres. C’était dédaigneux, c’était mal. Tristiane avait d’autant plus de problème avec cette accusation que l’activité de la bande était de regarder la télévision. Elle ne voyait pas en quoi sa défection gênait.
Une magnifique relation sororale 8 étoiles

Un de plus, une lecture plaisir, un style, un rythme propre à Amélie Nothomb. Ce thème des sœurs me parle particulièrement ayant vécu une relation fusionnelle avec ma petite sœur, une mère absente affectivement, un père présent de loin. Elle a les mots juste pour évoquer cette magnifique relation sororale.

Ichampas - LAMBALLE - 58 ans - 7 novembre 2022


Bien superficiel 3 étoiles

Eh bien, je trouve que le Nothomb de cette année ne se range pas parmi les meilleurs. Narration qui part dans tous les sens, clichés, phrases toutes faites, redites et remplissages.
Je sais bien que ce sont des lectures rapides, mais souvent il y a au moins çà et là une idée ou une phrase qui interpelle. Pas grand chose à mon sens ici. Et quand on pense au nombre de ventes par rapport à nombre de romans qui sortent et dont la qualité est bien au-dessus de celle-ci ? Soyons honnête, sans le chiffre des ventes assurés et la notoriété de l'auteur, je ne pense pas que ce roman passerait le moindre stade de sélection.
Et pourtant j'avais beaucoup aimé les deux derniers opus de l'auteur.

Cecezi - Bourg-en-Bresse - 42 ans - 28 octobre 2022


J'ai aimé ! 8 étoiles

Chaque année à pareille période il est temps de lire le nouvel opus d’Amélie Nothomb. Bien sûr, il ne s’agit pas d’une obligation et, d’ailleurs, depuis son premier roman, j’avoue en avoir manqué quelques-uns… Mais, finalement, peu car je suis toujours pris d’une curiosité de dernière minute…

On peut trouver parfois qu’elle a une façon boulimique de produire mais je pense qu’il s’agit de sa façon de survivre. J’écris donc j’existe… Pas entièrement faux d’ailleurs si on réfléchit bien !

Je me souviens d’elle et de nos premières rencontres devant mon micro au moment du salon de la rentrée nancéien, Le livre sur la place. A cette époque-là, les journalistes ne se précipitaient pas tous et il y avait encore des créneaux d’interview pour les « petits » médias. J’en ai donc profité à la sortie de ses livres « Le sabotage amoureux », « Les combustibles », « Les catilinaires », « Péplum », « Attentat » ou « Mercure »… Puis après, ce fut plus difficile d’obtenir un rendez-vous… c’est ainsi et je n’ai pas, pour autant, stoppé la lecture de ses romans…

J’entends souvent beaucoup de mal de son écriture, de la facilité dans laquelle elle se complairait, des thèmes récurrents qu’elle utilise jusqu’à saturer les pauvres lecteurs. Littérature facile signifierait-il mauvais ouvrage ? Non, en fait, tout dépend de ce que vous attendez de la lecture du livre. Si vous avez envie de trouver un roman estival, agréable à lire sans provoquer des céphalées infernales, Amélie Nothomb peut vous offrir ce bonheur de lecture que vous recherchez et vous n’avez pas à en rougir. Vous avez même le droit de considérer qu’un roman qui vous apporterait cela serait un bon roman, tout simplement. Enfin, « facilité » ne signifie pas « vide abyssal ». Le dernier roman, « Le livre des sœurs » démontre que l’on peut écrire un ouvrage facile à lire, accessible à tous et, pourtant, qui peut faire réfléchir !

On peut lire son dernier texte de façon simple et même affirmer comme l’ont fait certains qu’il s’agit d’un livre pour la jeunesse concernant la vie de deux sœurs… Mais, ce serait à mon avis limiter la portée de cet ouvrage. Car il y a beaucoup plus dans ces lignes, voire même entre les lignes de cette histoire. Peut-être même qu’il s’agit d’un des livres où Amélie Nothomb se livre le plus… Allez savoir !

On trouve en effet dans cette narration familiale, un questionnement sur la place des enfants quand un couple vit un amour total et passionné, la place que peut arriver à se faire un enfant dans une famille, puis comment il peut garder sa place quand la famille s’agrandit, quand il y a aussi des oncles et tantes, des cousins… On voit l’enfant face aux apprentissages, à l’école ou à la maison… Derrière tout cela, bien sûr, la recherche pour chacun du sens à donner à sa vie… et ce n’est pas toujours si simple…

Amélie Nothomb, en s’appuyant certainement sur sa vie mais aussi en construisant son roman et laissant de la liberté à ses personnages, nous montre comment deux sœurs peuvent s’entraider, se construire ensemble, s’aimer, tout simplement.

Dans ce roman, il y a aussi le rock, le groupe de musique, cette culture si particulière qui peut participer à offrir un sens à la vie. Il y aussi les Lettres, la lecture, l’amour, le bonheur, la désespérance… Il y aussi la mort, moment clef de la vie et le dialogue qui peut se poursuivre au-delà de la fin de vie entre ceux qui sont partis et ceux qui restent sur cette planète… Et, là, on est bien loin d’une banale littérature pour la jeunesse (sans que je veuille la sous-estimer !).

Alors, je vais vous dire que même s’il est court, même si on peut croire qu’il est écrit de façon légère, ce roman « Le livre des sœurs » est un beau livre qui pourrait vous permettre de clore vos lectures estivales cette année de fort belle façon !

Shelton - Chalon-sur-Saône - 66 ans - 6 septembre 2022


Un amour monopolisant 8 étoiles

Deux soeurs, Tristane et Laetitia, de cinq ans d'écart, connaissent un amour fusionnel, qu'admire leur entourage. L'ainée s'avérant brillante, ce duo fortement lié laisse supposer un avenir radieux. Puis, des drames et difficultés viennent émailler la vie familiale, duquel seul résiste cette solidarité entre soeurs.

Il en résulte que cette relation devient centrale et presque réductrice de tout autre chose, tant elle devient presque inhabituelle. L'auteure s'inscrit un tantinet et à l'envi dans l'excès, et invite ainsi à réfléchir sur un souhait de davantage de liens entre fratries, voire au sein des cercles familiaux.
Ce roman fait ainsi prendre du recul sur les relations familiales, ce qui n'est pas vain, loin de là, bien que la méthode reste un peu heurtée et menée au pas de charge. Il est intéressant.

Veneziano - Paris - 44 ans - 3 septembre 2022