Échec au destin
de Lluis Llach

critiqué par Jfp, le 18 juillet 2022
(La Selle en Hermoy (Loiret) - 74 ans)


La note:  étoiles
rois, dames, valets…
Un cluedo moyenâgeux, qui surprendra les aficionados de cet auteur récemment apparu, et avec quel brio, dans la cour des grands avec "Les yeux fardés" et les deux opus de même qualité qui ont suivi. On est plongé ici dans les turpitudes et autres machinations qui ont accompagné les luttes, souvent fratricides, entre royaumes voisins après la chute de l’empire carolingien. Le Vatican pousse ses pions, désireux de ne pas substituer son influence religieuse, considérable à cette époque dans tout l’Occident chrétien, à sa soif jamais assouvie de possessions terrestres. Malgré les noms totalement fictifs des personnages et des lieux géographiques, on est bel et bien plongé dans le monde, bien réel celui-là, de la géopolitique et des crimes perpétrés, aujourd’hui encore et toujours, au nom de la "raison d’état", terme bien pratique pour dissimuler des intérêts bassement personnels. Lluís Llach s’en donne donc à cœur joie, sous le masque d’un genre littéraire s’apparentant à l’heroic fantasy, ou aux contes de fées "pour adultes", pour analyser la notion de pouvoir et les moyens mis en œuvre pour le maintenir voire le conquérir. Machiavel est passé par là, bien entendu, et les joueurs d’échecs sont familiers de ces notions, mais avec Lluís Llach on se passionne pour des personnages positifs qui tranchent avec cette vision assez sombre de l’humanité, comme le prêtre Orenç ou la servante Brilhèta, enquêtant de concert sur la mort suspecte de la reine Bal. Au moins, avec cet auteur et son imagination débordante, on est certain de ne jamais s’ennuyer, quel que soit le sujet ou le style…