Le sens du vent
de Gilles Dienst

critiqué par Saigneur de Guerre, le 18 juin 2022
( - 64 ans)


La note:  étoiles
Des gens ordinaires peuvent accomplir des choses extraordinaires
8 nouvelles au menu :

1. Le sens du vent
Respecter les dernières volontés de ma mère, c’est important. Elle a demandé que ses cendres soient dispersées dans l’océan. Janvier est le mois parfait pour ce genre d’opération. Peu de monde sur la plage. En choisissant bien l’heure, il ne devrait y avoir personne. Il faut juste qu’il y ait un peu de vent et qu’il ne soit pas virevoltant…
Ah, zut ! C’est quoi ce couple qui s’engueule sur la plage un jour de semaine en janvier ? Pouvaient pas choisir un autre moment, non ?


2. Finir autrement
Dans ce bled paumé, balayé par le vent du nord venu du Canada, que veux-tu faire d’autre que de chasser ou de pêcher ? En dehors de ça, il ne reste comme loisirs que d’affiner sa langue de pute pour commérer, boire des bières et se livrer à un type de sport particulier : l’adultère… Si tu veux ouvrir un commerce rentable dans le coin, opte plutôt pour un bar ou une armurerie… Surtout pas une librairie !

3. De la boue dans les fibres
Au réveil, je réalise qu’aujourd’hui je dois me rendre au barbecue de Jean-Christophe et de Laurence. Laurence est la plus belle femme que je connaisse. Quand son mini-short lui rentre dans les fesses, je n’imagine pas un plus beau spectacle. Jean-Christophe, je le connais depuis le berceau. Il me gonfle. Il a du pognon à revendre et il ne peut s’empêcher de l’étaler. Son dernier jouet, ce n’est rien d’autre qu’une Maserati Gran Turismo. Evidemment, après avoir avalé sa viande très haut de gamme, ses grands crus, et être passablement imbibé, il veut m’emmener faire un petit tour dans son nouveau joujou…

4. Remontées acides
Trois jours déjà qu’elle est sans nouvelles de cet homme fabuleux avec lequel elle a lié connaissance sur un site de rencontres. Célibataire ! Sans enfants ! Une pointure internationale ! Son angoisse provoque les remontées acides de ce café dont elle ne peut se passer. Elle imagine mille scénarios expliquant sa disparition. Elle ne connaît de lui que son nom et celui de son entreprise. Il est temps pour elle de le retrouver. Internet est son ami…

5. Coupable
Coupable est un chien ! Non ! N’allez pas imaginer qu’il s’agit là d’un homme se comportant mal ! Coupable est un chien ! Un vrai chien ! Il fut ainsi nommé par son maître, un très vieux juge à la retraite, grand amateur d’art. Coupable a provoqué un accident, heureusement sans gravité, en surgissant sous une pluie battante devant le SUV d’une conductrice qui décida de le ramener à son auguste propriétaire. Elle est belle. Elle est sexy. Son décolleté est plein de promesses et ses jambes sont magnifiques. Malgré son grand-âge, le juge semble très sensible aux riches arguments esthétiques de la dame…

6. Chambre froide
Evelyne est charcutière… Oui… Mais surtout elle est d’une grande beauté et ne cherche pas à cacher ses formes avantageuses. Rien de plus excitant que de la voir monter à l’escabeau. Ne voilà-t-il pas que le libraire du quartier, Arnaud, l’invite à lui rendre visite dans sa boutique. Evelyne n’est pas très livres, pas du tout même, mais le libraire se passionne également pour le cinéma ! Voilà un hobby qui parle à Evelyne, même si, contrairement à Arnaud, elle n’est pas portée vers les polars. Arnaud fantasme sur l’actrice qui tourna, notamment, dans « Le facteur sonne toujours deux fois » … Et il se fait qu’il y a quelques points communs, physiquement, entre l’actrice et… la délicieuse charcutière ! Jusqu’où le fantasme d’Arnaud va-t-il le pousser ?

7. Le coup du bœuf
La vie de Jean-Luc bascule lorsque la demi-carcasse de bœuf qu’il manipule lui tombe dessus ! La bête, ou ce qu’il en reste, pèse environ deux cents kilos ! Les collègues accourent. Ils doivent s’y mettre à cinq pour dégager Jean-Luc. Transporté d’urgence à l’hôpital, il est sauvé, mais nécessite une longue revalidation. Au cours de celle-ci, il rencontre une splendide jeune femme qui est là pour apprendre à se passer de son fauteuil. Entre eux, cela colle très bien, mais suite à un quiproquo, Christine s’imagine qu’il est torero et est pleine d’admiration pour cet homme. Jean-Luc va-t-il lui révéler la vérité ?

8. Arrêter le sable
Et on termine sur la plage où le livre a commencé avec (presque) les mêmes protagonistes.


Critique :


Vous qui pensez que les nouvelles sont un genre mineur, vous devriez essayer les excellents ouvrages publiés par Quadrature. Vous y découvrirez des histoires très variées et qui en quelques pages vont vous faire vibrer, tressaillir, angoisser… Vous aurez envie de crier votre colère ou d’éclater de rire.

Gilles Dienst, dont c’est le premier ouvrage de lui que je lis (c’est sans doute aussi son premier ouvrage publié) m’a entraîné dans huit histoires humaines qui m’ont beaucoup touché émotionnellement. En quelques pages, le décor a été planté et l’action s’est déroulée.

Prenez des gens tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Cela pourrait être vous… ou moi ! Mais je ne nous le souhaite pas quand je vois ce que monsieur Dienst fait subir ou accomplir à ses personnages. Nous ne sommes pas dans le polar, mais des victimes, il y en a !

Je vous promets des fins très surprenantes pour ces récits… Un vrai bonheur !