La Fileuse d'argent
de Naomi Novik

critiqué par Ludmilla, le 14 mars 2022
(Chaville - 67 ans)


La note:  étoiles
Un conte transformé en roman de fantasy
Un roman qui m’a rappelé un conte de fileuse lu il y a bien longtemps (mais impossible de le retrouver…)

Miryem, fille et petite-fille de prêteur dans un village pauvre, au fond de la Russie (médiévale ?).
Son père est si réticent à réclamer son dû qu’il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite...
Pour sauver sa mère gravement malade, Miryem va réclamer leur dû auprès des débiteurs, en argent ou en nature.

Wanda, fille d’un des débiteurs, viendra travailler chez le prêteur en guise de paiement.

Les Starik, dont on découvre peu à peu l’existence, liés à l’hiver, redoutés pour leurs pillages… Qui sont-ils vraiment ?

Plus tard dans le récit, apparaît une troisième héroïne, Irina, la fille d’un duc, mais méprisée car n'apportant en apparence aucune plus-value.

Trois héroïnes, Myriem, Wanda et Irina qui vont évoluer au fil du récit.

Un hiver glacial, un conte moderne prenant, difficile de devoir arrêter la lecture…

Ce livre a été récompensé, à juste titre, par le prix Locus du meilleur roman de fantasy 2019.


« Tel est le sujet de la véritable histoire : comment on paie ses dettes »

« Trois fois, servante mortelle. Trois fois tu changeras l'argent en or pour moi, ou tu seras toi-même changée en glace. »