Donbass
de Benoît Vitkine

critiqué par Tistou, le 11 janvier 2023
( - 66 ans)


La note:  étoiles
Roman davantage que polar
Roman, et surtout à vue pédagogique, informative, sur la situation qui prévalait au Donbass, cette région ukrainienne orientale adossée à la Russie et qui voyait depuis 2014 les séparatistes russophones soutenus par les Russes en conflit armé contre les autorités ukrainiennes. Situation de guerre donc, plus que larvée, pernicieuse. Depuis, bien sûr, les choses ont largement évolué puisque les Russes ont envahi ce Donbass, qui se retrouve toujours plus à feu et à sang.
A l’heure actuelle, Avdïivka, cette petite ville à 13 km de Donetsk, est sous le feu des combats et a perdu 90% de ses habitants. 2 000 seraient encore terrés dans les caves et sous des bombardements incessants.
Avdïivka, c’est la petite ville ukrainienne, dans le Donbass, où officie le Colonel de police Henrik Kavadze, vétéran de la guerre d’Afghanistan du temps où l’Ukraine était partie intégrante de l’URSS, qui s’est refusé à abandonner la ville pour prendre un autre poste en des contrées ukrainiennes plus occidentales et moins compliquées. Henrik Kavadze, c’est le héros par les yeux duquel nous allons suivre une enquête concernant le meurtre d’un enfant. Meurtre mystérieux s’il en est et qui va obliger Henrik Kavadze à se rapprocher de ce passé afghan qu’il a mis tant de temps à occulter.
L’enquête sera menée à son terme mais on sent bien que c’est surtout pour Benoit Vitkine l’occasion d’écrire sur ce capharnaüm qu’était déjà le Donbass depuis 2014 et avant l’invasion « officielle » russe (oh ! pardon, « l’opération spéciale » !). Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il la fait bien ressentir cette impression de dinguerie, de ligne de front qui passe juste à côté de la ville mais qui n’est pas vraiment une ligne de front, même si …
Le cœur se serre à lire cette relation d’une situation impossible et inhumaine dans laquelle tentaient de survivre les habitants de la petite ville, sans espoirs, sans horizon, avant même l’invasion russe … Depuis, il ne resterait plus 2 000 habitants sur les 30 000 initiaux. On peut dire que d’une certaine manière la situation s’est décantée !
Donbass est très vite lu tant on a du mal à remiser l’ouvrage. Ce qui reste comme image, comme impression, quelque temps après sa lecture c’est du gris, le bruit des roquettes, l’absence de moments joyeux, la menace de mort permanente. Me revient en mémoire cet aphorisme lu récemment (chez Sylvain Tesson me semble-t-il ?) : « cette remarquable inaptitude des Russes au bonheur », ou quelque chose d’approchant.

« Henrik roulait vers Donetsk, la moto cahotant péniblement sur la route défoncée. Dans un demi-brouillard, il traversait de petites localités aux airs de villes fantômes, passants rares, magasins fermés sans horizon de réouverture. Sur le fronton d’une mairie, une icône orthodoxe accrochée à côté d’un portrait de Staline. Il ne prêtait guère attention aux destructions, aux maisons isolées, aux ponts écroulés et aux quartiers entiers abattus.
…/…
A l’entrée de Makeevka, on le laissa passer sans l’arrêter. Les barrages des séparatistes étaient moins rigoureux que ceux des Ukrainiens. Pour ceux qui circulaient en deux-roues, les contrôles étaient quasi inexistants. Henrik aperçut deux tanks garés dans une cour d’immeuble. La ville était vivante. Peuplée d’êtres humains. On fait ses courses, on rentre du travail, on promène les enfants. Le Donbass qu’il connaissait. Tout ça pour ça, cette guerre qui n’en finissait pas pour quelques drapeaux accrochés aux frontons des bâtiments publics … »