Balles perdues à Moliets
de Maxbarteam

critiqué par Shelton, le 17 janvier 2022
(Chalon-sur-Saône - 66 ans)


La note:  étoiles
Vive les vacances dans les Landes !
Chaque fois que je pars en villégiature temporaire dans un nouvel endroit, un territoire qui m’est inconnu, je prends le temps d’aller fureter en librairie pour découvrir une façon originale de pénétrer l’histoire, l’âme, la vie de ce nouvel espace… Rien de tel qu’un auteur local, qu’un polar se déroulant dans le château que l’on vient de visiter, que le récit d’une bataille qui fit saigner les habitants du village traversé le jour même pour commencer à comprendre cette terre où l’on s’est posé durant quelques jours…

C’est ainsi que l’été dernier, du côté de Léon et Moliets, dans les Landes, je suis entré dans une petite librairie et que je suis ressorti avec « Balles perdues à Moliets » de Maxbarteam… Je ne connaissais pas cet auteur et je n’étais alors que passé par la plage de Moliets pour découvrir du sable, du soleil et des vagues… restait à découvrir le vague à l’âme, le terrain de golf et la violence des Landes à travers une mort bien étrange…

Commençons par dire que l’auteur est un ancien gendarme qui a pris sa retraite dans les Landes. Il aime ce département, cela se sent dès le départ, il a une affection particulière pour ses habitants et pour les gendarmes qui y travaillent, bien sûr. Comme il connait bien le métier, vous ne serez pas surpris de lire moult détails sur la procédure, grand nombre de précisions sur la vie du gendarme dans la France profonde et une enquête minutieuse… Attention, il n’y en a pas trop mais l’auteur offre ici un très beau roman, totalement crédible et sans aucune approximation comme on peut en lire dans certains polars… Ici, on a un beau roman policier !

Est-ce pour autant aussi exaltant que ces romans thrillers contemporains qui rendent le lecteur accro dès la première page ? En fait, aussi surprenant que cela puisse vous paraitre, je répondrais « oui » à condition que vous acceptiez que la Clio de la gendarmerie roule en respectant les limitations de vitesse (enfin presque) et qu’arrivé le soir vous preniez place autour d’un bon repas familial… Je précise que les mets peuvent être confectionnés par le gendarme quand la magistrate est trop occupée… Oui, nous avons dans ce roman un sous-officier de la gendarmerie qui a une petite relation avec une magistrate…

Reste que pour un bon roman policier, il faut avoir en tout premier un bon petit meurtre ! En fait, ici, il y a un accident de voiture… L’homme qui entretient la pelouse du golf (bon, je sais, ce n’est pas de la simple pelouse mais que voulez-vous, je ne suis pas expert en green !) est victime d’un accident en se rendant au travail… et quelques petits éléments chagrinent l’équipe de la gendarmerie qui s’est rendue sur place… Il faudrait un petit complément d’enquête pour éclaircir tout cela… un petit roman, quoi !

Le tout va donner un très bon roman policier de plus de 350 pages, c’est bien écrit, agréable à lire et je vous avoue que l’intrigue est bien ficelée si bien que vous n’allez pas pouvoir deviner tout avant les dernières pages du livre… J’ai trouvé l’ensemble si bien fait que j’ai même décidé de lire un ou deux autres romans de cet auteur… Puis, reconnaissons-le bien simplement, ce fut aussi une lecture proche du vagabondage estival… Je retrouvais ainsi les lieux des Landes que j’avais visités l’été dernier et c’est bien agréable de prolonger ainsi ses vacances !