Avant que le monde ne se ferme
de Alain Mascaro

critiqué par CHALOT, le 10 janvier 2022
( - 74 ans)


La note:  étoiles
roman inoubliable
«  Avant que le monde ne se referme »
roman écrit par Alain Mascaro
Editions Autrement Littératures
245 pages
août 2021


Pour eux, il n'y avait pas de limites géographiques, ils franchissaient les frontières et les obstacles, comme les fils du vent qu'ils étaient et qu'ils sont encore, même si cela est plus difficile aujourd'hui avec un monde qui se referme.
Qui sont ces fils du vent ; ces tziganes qui sont ici aujourd'hui et là demain.
L'auteur qui a parcouru le monde, nous conte une histoire dramatique, celle d'Anton et de toute sa famille et de son cirque.
Le lecteur fait connaissance avec ces gens attachants qui passent d'une région à l'autre pour traverser le monde.

Malheureusement, c'en est fini de l'insouciance, de la liberté de venir, ils sont de plus en plus contrôlés et la guerre mondiale commence avec ses atrocités, la barbarie nazie qui ravage tout.
Anton, le dresseur de chevaux, adolescent, presque adulte, protège le chapiteau et ce qui en reste avant de se retrouver en Pologne, avec sa grande famille dans un camp.
Les tziganes ont leur espace, les juifs le leur.
Ils n'ont pas le droit de se mélanger.
Toute la famille et tous les amis d'Anton meurent, les uns après les autres, certains victimes de la dysenterie, d'autres sous les coups ou sous les balles de leurs bourreaux.
Le calvaire commence pour lui, il se « réfugie » avec une fausse identité chez les juifs et devient l'un des leurs.
C'est Simon , son ami, médecin juif qui lui a fait cette étonnante proposition :
«  Simon était persuadé qu'on allait liquider le ghetto tzigane d'un jour à l'autre. Aux yeux des allemands, les Tziganes ne représentaient en effet qu'une masse bigarrée difficile à gérer, une source d'ennuis sans cesse renouvelée.... »
Nous sommes plongés dans l'horreur des camps d'exterminations des tziganes puis des juifs, des lieux abominables où l'homme est broyé, exterminé ou c'est du chacun pour soi qui côtoie des gestes de solidarité.
Ce roman raconte le martyre de ces gens, la longue marche qui conduit des nuées d'hommes et de femmes à être conduits sur les routes, d'un camp à l'autre eu moment de l'avance des troupes alliées.

Beaucoup trouveront sur le chemin une des morts les plus atroces qui soient : la faim, la fatigue physique et l'exécution.
Cette page de la vie des tziganes est peu connue par le commun des mortels, comme sont peu connus leur résistance et le retour des rescapés à la vie d'avant ou presque.
Des centaines de milliers d'entre eux sont morts en déportation.

Le roman raconte cet enfer et aussi la force considérable que possède Anton qui, affaibli et meurtri dans sa chair et dans sa tête va se reconstruire difficilement pour reprendre la route avec quelques rescapés retrouvés et de nouveaux amis.

Rien n'arrête les fils du vent.

Cette histoire dramatique, inoubliable, racontée avec talent par l'auteur laisse des traces.
Elle nous permet de découvrir ou de mieux connaître un des peuples peu connus qui est l'une des richesses humaines et sociales de notre Terre.

Jean-François Chalot