Lefranc, tome 32 : Les juges intègres
de François Corteggiani (Scénario), Christophe Alvès (Dessin)

critiqué par Shelton, le 5 janvier 2022
(Chalon-sur-Saône - 66 ans)


La note:  étoiles
Juste pour les inconditionnels...
Je l’ai déjà dit et j’assume cela sans difficulté, je suis un grand adepte et fan, lecteur et admirateur de la série « Lefranc ». Je la suis, avec assiduité, depuis très longtemps, très exactement depuis la sortie en librairie du quatrième album, Le repaire du loup, en 1970… Il est donc habituel, lors de la sortie d’un nouvel album, que je me précipite pour le lire…

Pour ceux qui ne connaissent pas la série, je rappelle que c’est Jacques Martin qui a créé le personnage en 1954 avec la première aventure de ce journaliste Guy Lefranc, La grande menace. Depuis, ils sont très nombreux à avoir participé à cette série du vivant de Jacques Martin (Bob de Moor, Gilles Chaillet, Christophe Simon, Francis carin, André Taymans, Jacquemart, Weber…) ou post mortem (Delperdange, Régric, Erwin Drèze, Alain Maury, Roger Seiter, François Corteggiani…).

Ce dernier album (Corteggiani au scénario et Alvès au dessin), Les juges intègres, commence par une très belle planche qui a évoqué pour moi le début de l’album mythique de Jacobs, La Marque jaune. Tout commence plutôt bien avec une histoire d’œuvres d’art volées par les nazis, avec des faux, des vrais, des copies… Bref, on y croit très fort !

Puis, j’ai eu le sentiment d’une baisse d’énergie, d’intensité et de voir une histoire devenir plus fade, plus documentaire… Trop de phases explicatives, moins d’aventures ! Bref, ce n’est pas un mauvais album, loin de là, mais ce n’est pas le meilleur de la série…

Alors, du coup, pour me remonter le moral, je me suis précipité dans ma bibliothèque pour relire avec jubilation un des grands titres de la série, Le repaire du loup. Une belle histoire de vengeance en haute montagne, dans les Alpes… Une histoire presque à huis clos car le pont d’accès à cette zone d’action vient d’être détruit…

Un album aussi où Bob de Moor tient le crayon avec talent et malheureusement ce sera l’unique qu’il dessinera car il décèdera sans jamais avoir pu continuer cette série à cause d’une opposition de principe d’un certain Hergé, mais c’est une autre histoire... Cela permettra à Gilles Chaillet de prendre le relais… Là, encore, une autre histoire !

Certains pourraient légitimement me demander pourquoi je continue à lire ces « reprises » de Lefranc que je trouve inégales. La réponse est pourtant simple. D’une part, j’aime ce personnage, d’autre part « inégales » ne signifie pas « mauvaises systématiquement »… Il y a de très bons albums et je sais qu’il y en aura encore, je suis donc en attente, seulement en attente du meilleur à venir !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette série, n’hésitez pas à lire le premier, La grande menace », ou un de ceux qui ont marqué durablement les lecteurs dont ce « Repaire du loup » que j’adore…