Les Mayas
de Paul Gendrop

critiqué par Veneziano, le 23 décembre 2021
(Paris - 44 ans)


La note:  étoiles
Splendeurs et misères d'une civilisation
La civilisation Maya s'est éteinte, après avoir ébloui la vie en Amérique centrale, lors de la découverte du continent par les Espagnols, à la fin du XVe siècle. Faisant suite aux Olmèques, dont ils s'inscrivent dans la lignée, leur rayonnement est dû à leurs qualités astronomiques, leur savoir-vivre sédentaire, la subtilité de leur religion et de leur culture, Teotihuacan représentant le grand centre spirituel, avec le plus haut temple pyramidal de ce peuple. Sinon, l'agriculture reste assez rudimentaire, du fait de l'absence de découverte de la rue, mais demeure centrale dans la vie d'une population au territoire isolé, des importations lointaines s'avérant nécessaires.
Ce petit livre synthétique d'une collection encyclopédique bien connue retrace de manière précise et enjouée l'évolution sociale et culturelle de ce peuple, dont les causes de la disparition de la grandeur et son extension partielle demeurent en grandes parts inconnue. Ce halo énigmatique et le caractère vivant des connaissances ici transmises invitent à en savoir plus.