Leur domaine
de Jo Nesbø

critiqué par Yeaker, le 28 septembre 2021
(Blace (69) - 48 ans)


La note:  étoiles
Un des meilleurs livres de littérature américaine de Gallmeister…
Sauf que ce n’est pas publié par Gallmeister… et que ce n’est pas de la littérature américaine.
Disons-le tout de go, ce roman noir va déconcerter de nombreux lecteurs de Nesbo. Mais j’espère surtout que de nombreux amateurs de littérature américaine vont venir le découvrir.

Les deux protagonistes principaux sont deux frères de caractères assez différents mais au lien indéfectible. L’ainé est le gérant d’une station service dans la petite ville de Orst dans les montagnes norvégiennes. Ville en déclin. La station vit grâce aux résidences secondaires sur les hauteurs. Mais le projet d’une déviation de la route pourrait changer la donne dans un futur proche. Nous faisons connaissance avec les habitants venant à la station acheter piles, pharmacie ou profiter du snack. Roy est solitaire et a conservé de sa jeunesse une réputation de bagarreur. C’est le narrateur de cette histoire.
Le cadet, beau et séduisant a quitté la ville après avoir rompu avec la fille du maire pour faire ses études en bizness au USA. Le voilà de retour avec le projet de transformer les terres familiales impropres à la culture en complexe hôtelier de luxe.
Ce projet provoquera l’enthousiasme mais aussi ravivera les rancœurs, les jalousies, les secrets et les fantômes du passé. Même le lien entre les deux frères pourrait finir par vaciller.

Le livre s’ouvre sur un accident de chasse (quoi de plus Gallmeisterien !), les montagnes pourraient être les rocheuses, il y a des Cadillac et Ron écoute JJ Cale. C’est une immersion lente dans cette ville d’Orst que nous propose ici Nesbo et ainsi en comprendre ses rouages et les engrenages du passé et ceux à venir où chacun tentera d’atteindre son but.
Très bon livre qui par son auteur et la collection dans laquelle il est publié risque de ne pas trouver son public ce qui serait bien dommage.