Le sniper, son wok et son fusil
de Chang Kuo-Li

critiqué par Yeaker, le 15 septembre 2021
(Blace (69) - 48 ans)


La note:  étoiles
Le polar taiwanais qui donne faim
Cela commence comme un roman d’espionnage, nous suivons un homme en mission qui traverse l’Italie de sorte à ne pas être traçable. Il a une cible. La mission accomplie il repart de la même manière… cependant il est pris en chasse.
Puis nous suivons un enquêteur Taiwanais fatigué à quelques jours de la retraite. Il est confronté à des morts suspects pour lesquels certains aimeraient que la thèse officielle de suicides soit confirmée rapidement. Oui mais il lui reste 15 jours et compte bien pousser quelques pistes avant de fermer le dossier et faire ses cartons.
Ces deux affaires vont évidemment n’en devenir qu’une.
Entre une course poursuite à travers l’Europe façon Jason Bourne et un colombo de Taipei, un point commun : la cuisine taïwanaise. Le premier est spécialiste de riz frit l’autre amateur de bonne cuisine. Surtout le roman est bien mené et on ne s’ennuie pas un instant.
Grand divertissement assuré.
Je ne serais pas étonné à la sortie de ce roman que vous vous mettiez derrière les fourneaux.
Bonne lecture