Sauvage
de Jamey Bradbury

critiqué par Septularisen, le 8 août 2021
(Luxembourg - 54 ans)


La note:  étoiles
SAUVAGE, JE NE VEUX PLUS ÊTRE QUE… SAUVAGE!
Trace «Tracy» Sue Petrikoff est une jeune fille de dix-sept ans, qui vit avec son père Bill Petrikoff Junior et son frère Scott, un peu à l’écart du monde, dans une cabane près de la forêt en Alaska (États-Unis d’Amérique). Elle est solitaire et un peu sauvageonne. Comme toutes sa famille, elle est un peu perdue, depuis que sa mère a trouvé la mort dans un mystérieux accident de la circulation deux ans plus tôt. Son frère, s’est réfugié dans les livres, son père a abandonné sa brillante carrière de Musher et le monde des courses de traîneau, et Tracy, elle, vient d’ailleurs juste de se faire renvoyer de son école, suite à une violente dispute avec un camarade de classe.

Peu lui importe d’ailleurs, puisque elle n’a que deux grandes passions dans la vie, s’occuper des chiens de traîneau de son père et leurs faire faire de longues courses, - son rêve est d’ailleurs de pouvoir participer à la fameuse Iditarod , la plus célèbre des courses de chien de traîneau d’Alaska -, et surtout se réfugier dans la forêt pour y courir et y chasser. En effet, en véritable «garçon manqué», Tracy possède un don inné pour la chasse et pour poser toutes sortes de pièges, afin de capturer les petits animaux qui vivent dans la forêt.
Mais surtout, elle a un «pouvoir» fantastique hérité de sa maman (non, n’insistez pas, je ne vous dirai pas lequel, la réponse est dans le livre…), qui la relie de façon unique aux animaux, mais qui la force aussi à respecter quelques règles (édictées par sa défunte mère), dont celle «ne jamais faire saigner un être humain».

Sa vie bascule définitivement le jour où elle est attaquée, par surprise, en pleine forêt par un inconnu. Dans la lutte qui s’ensuit Tracy, - qui se défend avec son couteau -, perd connaissance quand sa tête heurte une pierre. A son réveil, elle est couverte de sang. Elle est persuadée d'avoir poignardé à mort son agresseur, mais le corps de celui-ci reste introuvable...

«Sauvage» est le premier livre de l’américaine Jamey BRADBURY (*1979) et, il faut le dire, a tous les «défauts» d’une première œuvre. C’est bien écrit, dans un langage simple et accessible, pas désagréable à lire. Les pages se tournent très vite. Les descriptions de la nature sauvage de l’Alaska, des grands espaces, des forêts, de la neige, sont très belles. Il n’y a rien à redire sur le côté «Nature Writing» du roman. Par contre la description et la profondeur psychologiques des personnages sont aux «abonnés absents»! Cela empêche notamment de s'attacher aux personnages, donc bien sûr à Tracy. Ce qui est vraiment dommage, parce que l’histoire est en permanence sur le fil du rasoir entre réalité et fantastique (Attention, il y a aussi un aspect «thriller» et roman initiatique), il aurait fallu plus (beaucoup plus), d’explications.

Je pense toutefois, que le plus grand problème de ce livre réside dans l’histoire qui nous est contée. C’est très original, mais cela tourne très vite en rond! On s’ennuie parfois, c’est souvent (très) répétitif. Il y a beaucoup de passages dont on se demande un peu ce qu’ils font là? Ils n’ont pas une grande utilité, cela ressemble beaucoup à du remplissage, et franchement le livre aurait bien pu faire cent pages de moins!
Un autre problème est le fait que l’on passe d’une époque du récit à une autre sans vraiment prévenir. De base, je n’ai rien contre les «Flash Back», mais quand on vous en sert «en veux-tu en voilà» sans prévenir, on se perd donc très vite dans l’histoire. Le tout est un peu brouillon et selon le principe du «qui trop étreint, mal embrasse», il y a trop de sujets abordés pour que le tout le soit bien clair. L’auteure pose surtout des questions auxquelles elle ne donne jamais de réponse, et on fini la lecture un peu frustré! Et malheureusement le «twist» très inattendu vers la fin du livre, ne sauve pas celui-ci d'une fin très convenue, et d'un naufrage plus ou moins total!

Je finis donc le livre très déçu! Pour moi c’est loin, très loin, du chef d’œuvre absolu de la «jeune» littérature américaine, qu’on nous avait annoncé. J’ai pourtant lu des critiques très dithyrambiques un peu partout sur la toile (et aussi ailleurs…), sur ce livre. Alors? C’est peut-être moi qui suis complètement passé à côté de ce livre? L’auteur de ces lignes, - angoissé -, se pose la question?
Un peu barré quand même. 5 étoiles

Tout d'abord la narration est assez particulière, elle intègre les dialogues dans le récit, ce qui interpelle au début, mais l'on s'y habitue très rapidement, et cela ne nuit nullement à la bonne compréhension de cette histoire dans le fond plutôt simple à suivre.

L'autre aspect, tout aussi surprenant, mais sur lequel j'émets quelques réserves, concerne le côté fantastique. En effet, j'ai eu un peu de mal à le considérer, je l'ai trouvé un peu barré, mais surtout malsain, ce qui n'a fait que renforcer l'antipathie que j'ai ressentie pour la jeune héroïne, Tracy.

En revanche, l'ambiance glaciale de l'Alaska et ses spectaculaires paysages, dans lesquels évoluent les mushers, parviennent à régulièrement nous immerger et sont très bien intégrés au récit.

En conclusion, je qualifierais l'œuvre de bizarre et j'avoue que sans être déçu, je suis loin d'avoir été conquis.

Ayor - - 49 ans - 14 novembre 2021