La race fabuleuse
de Gérard De Sède

critiqué par Bookivore, le 6 juin 2021
(MENUCOURT - 38 ans)


La note:  étoiles
Extra-terrestres et mythologie mérovingienne
Le titre de ma chronique est le sous-titre de ce livre. Un livre publié par J'ai Lu en 1973 dans leur mythique collection "L'Aventure Mystérieuse" et qui a été écrit par Gérard De Sède.
Gérard De Sède, écrivain et journaliste français notoirement célèbre pour avoir mis au goût du jour deux mystères de l'Histoire de France, au travers de ses livres : le trésor des Templiers avec "Les Templiers Sont Parmi Nous" en 1962, dans lequel il relatait la curieuse histoire arrivée à un paysan du coin, Roger Lhomoy, qui, pendant l'Occupation, fit des fouilles sous le château de Gisors et aurait découvert une salle secrète avec des parchemins et des malles aux trésors. Le succès monumental du livre donnera lieu à des fouilles qui ne donneront rien, mais qui, apparemment, n'auraient pas été menées aussi profondément que celles de Lhomoy.
Et en 1967, "L'Or De Rennes" (par la suite réédité sous deux titres différents), dans lequel De Sède parle du mystère de Rennes-le-Château et de son fameux abbé Saunière. Ce qui donnera lieu à des révélations explosives (voir le livre "L'Enigme Sacrée" de Baigent, Lincoln et Leigh en 1982) qui s'avèreront être un pipeautage, et d'ailleurs, de Sède publiera, par la suite, un livre dans lequel il raconte comment il s'est, à l'époque, fait avoir par les organisateurs de ce canular, Pierre Plantard et Philippe de Cherisey.

Mais en 1973, au moment de la sortie de "La Race Fabuleuse", on n'en est pas encore là. L'auteur va poursuivre ses enquêtes ésotérico/historiques et ici, aborde le thème du Roi Perdu : Dagobert II. Le secret des Mérovingiens, cette lignée royale qui sera suivie de celle des Carolingiens.
Dans ce livre, de Sède découvre un secret royal enfoui à Stenay (Meuse) et ses environs, qui a trait à Dagobert II. Ce dernier, roi Mérovingien, a été assassiné en 679 en forêt de Woëvre, près de Stenay (ville nom le nom viendrait de Saturne... ou de Satan ! ce qui, apparemment, serait aller un peu vite en besogne).
Stenay, ville où le père spirituels des Templiers, Bernard de Clairvaux, a trouvé l'inspiration, ainsi que Nostradamus, Nicolas Poussin...
Ce livre court (moins de 200 pages) se lit comme un roman historique un peu flou, un peu vague, pas très vraisemblable. L'auteur va jusqu'à imaginer que la race mérovingienne, qui se perd loin dans le temps et dont les origines sont troubles, pourrait venir... d'ailleurs !
Quant au thème du Roi Perdu, Dagobert II, il s'agirait d'une grande conspiration qui a fait que, si cela est vrai, tous les monarques ayant, par la suite, régné sur la France seraient illégitimes. Quelque part, le vrai roi, descendant des rois faits néant (pour fainéants), vivrait, attendant son heure...

C'est facile à lire, ça ne vole pas haut. J'imagine que 10, 20 ou 30 ans plus tard, l'auteur se sentira quelque peu gêné d'avoir écrit ça. A lire comme un roman, donc, pas comme un essai historique, par pitié.