Retour en absurdie
de Stéphane De Groodt

critiqué par Tistou, le 15 mars 2021
( - 64 ans)


La note:  étoiles
Compilation de Chroniques
Circonstance atténuante ; ce n’est pas moi qui ai choisi ce livre, on me l’a offert.
Circonstance aggravante ; je n’ai jamais vu Stéphane de Groodt (il chroniquait au moins sur Canal +, d’ailleurs ces chroniques sont essentiellement des chroniques données dans l’émission « Le Supplément », mais également sur des radios), je n’ai pas souvenir l’avoir écouté non plus.
Résultat des courses ; grosse, grosse désillusion. Les Chroniques de Stéphane de Groodt sont certainement formidables à être vues ou écoutées mais dans la froideur et le calme d’une page de papier … ça n’est pas passé chez moi. Je me suis carrément embêté, un comble !
Ce sont jeux de mots, calembours, collisions d’idées et embrouillaminis de sens à tous les étages. Ca doit mieux passer à l’oral et en visuel. A lire …, à froid … ça m’a laissé froid !
Il y a 29 courtes chroniques, sur des personnages de « l’actualité » ou historiques ; de Valérie Trierweiler à Ludwig Van Beethoven (mais Jésus et François Mitterrand sont également présents).
Vous voulez vous faire une idée ?

»Alors vous le savez sans doute mais samedi prochain, François Mitterrand aurait essoufflé ses 97 bougies s’il n’avait eu la mauvaise inspiration d’expirer.
Bien qu’apolitique, voire apo-catalitique vu tout l’air que je brasse, je décidai d’aller à la rencontre de feu le Président afin de lui souhaiter un joyeux anniversaire, ou happy « birthdead » Mister President, Pompom Pidou … Je me rendis donc à Jarnac où François est désormais Mitterrenterré sur ses terres de circonstances, et où il aime à se reposer depuis qu’il a passé l’âme à gauche. »


Ca n’arrête pas. C’est un feu d’artifice perpétuel et c’est très fort, c’est sûr. Mais ça n’est pas parvenu à m’émouvoir. Il faudra que je fasse en sorte de pouvoir le voir ou l’écouter …