Lumière sur l'échafaud suivi de Cellule 18. Lettres de prison de Jacques Fesch, guillotiné le 1er octobre 1957 à 27 ans
de Jacques Fesch

critiqué par Maranatha, le 23 février 2021
( - 49 ans)


La note:  étoiles
Le Salut entre les murs d'une prison !
Ce livre fait écho à : Dans 5 heures je verrai Jésus du même auteur.

Ce volume contient deux livres, le journal du condamné et des échanges de lettres, les conditions de sa détention, ses états d'âmes, sa conversion, sa foi, ses doutes, ses craintes et ses angoisses sont révélés au lecteur.

En aucun cas il ne s'agit de voyeurisme. Il faut lire assidûment ce que nous écrit depuis son cachot ténébreux Jacques FESCH.

Pour faire un bref rappel de son histoire il s'agit d'un jeune homme de bonne famille, certainement oisif, aimant la grande vie qui décide de procéder à un vol à main armée dans une bijouterie parisienne.

Cela afin de pouvoir réaliser l'achat d'un bateau et partir au bout du monde.

Durant ce braquage il va malheureusement abattre un Gardien de la Paix et blesser d'autres personnes.

Interpellé, emprisonné, il va finir guillotiné.

Son cas est étudié par le Vatican car sa conversion en prison interpelle les autorités religieuses.

Sa fois sincère a ébranlé plus d'un lecteur.

C'est un sujet clivant en France depuis l'abolition de la peine de mort que de savoir si un homme doit payer de sa mort pour que les victimes soient vengées.

Le rachat, et même plus, le Salut est-il permis à celui qui a tué de sang froid ?

C'est un véritable sujet de débats.

Jacques FESCH envoie un signal fort, c'est que les voies du Seigneur sont impénétrables et que l'Esprit souffle où il veut.

C'est un livre qui questionne, il ne fait pas la part belle à l'angélisme.

Il met chacun face à ses contradictions et lève le voile de l'espoir sur la vie ratée d'un homme qui se retrouve à présent devant le juge suprême.

Puisse-t-il avoir trouvé la paix et la réconciliation.