Il faut flinguer Ramirez, Tome 2
de Nicolas Petrimaux

critiqué par Elko, le 24 janvier 2021
(Niort - 46 ans)


La note:  étoiles
Les non-dits du Silent Man
Bilan à la fin du tome 1 : c’est un beau merdier ! Ramirez est poursuivi par la pègre mexicaine qui veut le flinguer. La police le recherche pour l’attentat à l’explosif de la Robotop. Et il fait route avec 2 braqueuses fugitives (et leur butin) qui elles aussi font les gros titres. Bref un sacré sac de nœuds.

Dans cet album certaines zones d'ombre s'éclaircissent, d'autres apparaissent. Ramirez se découvre pour partie et son lien avec le cartel se dessine. Sur fond de country et de rock'n roll on assiste à une chasse à l'homme sauvage et meurtrière.

Nicolas Pétrimaux insuffle toujours autant de rythme et de folie dans cette suite. Il ne s’enferme pas dans un scénario convenu et tout semble possible. Ajoutons le dessin, la colorisation et la mise en page qui offrent vraiment un bel ouvrage. Enfin l’humour est parfaitement servi dans la société américaine de consommation des années 80.

Quant à savoir comment tout ça va bien pouvoir se goupiller, rendez-vous au tome 3 !