La grâce
de Thibault de Montaigu

critiqué par Pascale Ew., le 10 novembre 2020
( - 53 ans)


La note:  étoiles
Un récit de conversions qui fait du bien
Parti pour écrire un livre sur Xavier Dupont de Ligonnès, l’auteur vire de bord après sa conversion inattendue suite à une expérience mystique lors de vêpres dans un monastère où il est venu pour enquêter. Cette conversion survient alors que Thibault de Montaigu est en dépression. Cet athée convaincu a touché à tous les excès pour se sentir exister, mais sans trouver de satisfaction ni de sens profond à sa vie. Il décide alors d’enquêter sur son oncle, franciscain, après avoir constaté qu’il avait également eu une conversion soudaine sur le bord d’une route au même âge que lui (37 ans). Hélas, Christian décède avant de pouvoir répondre à ses questions. Thibault retrace son parcours (très chaotique au début), recueille des témoignages et part sur ses traces à Medjugorje, dans une communauté qu’il a fondée dans des quartiers défavorisés, …
J’ai beaucoup aimé ce livre, à la fois témoignage de l’auteur et à travers son oncle, mais je reste un peu sur ma faim parce que je trouve qu’il bâtit son histoire sur beaucoup de flous et suppositions faute d’avoir pu percer le fond de son âme et l’interroger en direct. Toutefois, la quête du neveu est touchante laissant à penser que l’oncle le guide de loin. Ce livre contient de très belles réflexions (sur la foi, l'espérance, la liberté, l'écoute, la confiance et la grâce). Et l’auteur ne gomme pas les difficultés d’une vie religieuse montrant bien que la grâce n’est pas de la magie qui abolirait tous les tourments. J’ai également bien aimé qu’il se base sur la vie de Saint François pour en faire un véritable ami de Christian.