Mémoires
de Giorgio De Chirico

critiqué par Veneziano, le 1 novembre 2020
(Paris - 43 ans)


La note:  étoiles
Le parcours européen d'un peintre métaphysique
Proche en apparence des surréalistes, Chirico s'en avère très éloigné sur le plan idéologique et de la justification de ses oeuvres. Il les trouve trop dogmatiques et assez sinistres, là où l'art contemporain fait souvent l'objet d'un rabaissement selon lui. Il se veut avant tout un peintre métaphysique, inspiré des Antiques et des classiques. Aussi ses mémoires permettent-elles de comprendre au mieux ce cheminement qui peut intriguer à première vue, voire paraître paradoxal. Cet Italien né en Grèce est initié au dessin dans ce pays, et continue sa formation en Allemagne puis en France. Il connaît bien le milieu de la création à Paris, qu'il décrit avec précision.
C'est avec ce souci du détail qu'il retrace son existence, l'initiation à son art, ses sources à son art, comme celles de son indignation, très facile et protéiforme chez cet homme en verve. Ce livre retrace donc un parcours singulier, original, digne d'intérêt, qu'il ne paraît vain de découvrir.