La véritable histoire des douze Césars
de Virginie Girod

critiqué par Colen8, le 11 octobre 2020
( - 79 ans)


La note:  étoiles
Impitoyables et faibles
Entre l’assassinat de Jules César (an -44) qui a mis fin à la République et celui de Domitien (an 96) deux dynasties les jovio-claudiens puis les flaviens s’installent à la tête de l’Empire romain. En ayant fait de la transmission du pouvoir une affaire de famille elles n’ont pas, loin de là, écrit les pages les plus glorieuses de cette histoire. En un an le plus troublé, entre 68 et 69, auront été vus passer et trépasser quatre de ces Césars, Galba fin 68 se faisant adouber comme successeur de Néron aidé à se « suicider », Othon suivi de Vitellius le dernier de la descendance, directe, par alliance ou par adoption, des successeurs de Jules César dont la dynastie s’éteint. L’avènement de Vespasien ouvre alors celle des flaviens auquel succèdent ses deux fils Titus et Domitien.
Virginie Girod spécialisée dans l’antiquité romaine s’est efforcée tout en respectant scrupuleusement la chronologie des événements de présenter les failles psychologiques entretenues au sein de ces familles, les hommes, femmes, enfants, esclaves, alliés tous ensemble victimes autant que bourreaux qui les ont conduit aux pires exactions. Elle le fait dans un style familier avec l’aide de tableaux généalogiques pour éviter au lecteur de se perdre dans cette multitude de personnages. Suétone le premier a reconstitué (an 121) ces biographies des Césars grâce aux archives auxquelles il a eu accès dans ses fonctions au service direct de l’empereur Hadrien(1). Après lui les historiens de l’Empire Romain s’en sont largement inspirés.
(1) Ouvrage réédité et traduit ou en version bilingue français-latin.