Lonesome - tome 2 - Les Ruffians
de Yves Swolfs

critiqué par Septularisen, le 20 juillet 2020
(Luxembourg - 53 ans)


La note:  étoiles
UN WESTERN, UN VRAI!
Ce deuxième volume de la série « Lonesome » reprend exactement là où s’était arrêté le premier. «Lonesome», notre mystérieux cavalier solitaire et sans nom, vient d'être arrêté à Holton. Accusé d'être un espion à la solde de LINCOLN et de semer la zizanie dans les états du Sud. Le Marshal Longbaugh vient chercher le prisonnier pour le conduire à Lawrence où il sera jugé et sans doute pendu.

Pendant ce temps, nous retrouvons le personnage de Markam, le «pasteur fou». Toujours accompagné de sa horde d'adeptes fanatiques, il continue ses exactions et ses crimes au nom de son idéologie, mettant les plaines du Missouri à feu et à sang. Mais ce qu’il ignore c’est que «Lonesome» qui entretemps a réussi, non sans mal d’ailleurs, à se sortir du guêpier où il s’était mis, est toujours sur ses traces, et toujours plus proche.

Mais, capturé par une milice de «ruffians» (l’autre camp, celui en faveur de l’esclavage), au service de Frank James, - dont une partie de la famille a été massacrée par les fanatiques de Markam -, Lonesome n’a alors d’autre choix que de s’associer à eux.

Son but caché est surtout de connaître le lieu où se cachent Markam et ses hommes. Or, les ruffians ont justement réussi à capturer vivant un des hommes de Markam. Lonesome compte bien le faire «parler» en utilisant son mystérieux «don»…

Avec ce second volet de «Lonesome», le belge Yves SWOLFS (*1955) nous régale toujours autant!
Comme déjà dit, le scénario reste assez classique, linéaire et très convenu. Mais, il est solide et constant, aucune fausse note à signaler. L’histoire se continue et l’on en apprend plus sur la vie et le passé de notre héros, notamment ce qui anime sa soif de vengeance.
Il y a aussi de nouveaux personnages très intéressants qui nous sont introduits, notamment celui de l’espionne, Mary, que nous serons certainement appelés à revoir dans les prochains volumes. C’est parfois un peu difficile à suivre, et il faut bien s’accrocher, notamment à cause des renversements de situation, mais franchement cela en vaut le coup ! Sans oublier que l’on découvre ici les prémices de la Guerre de Sécession américaine, puisque, rappelons-le, ce scénario est basé sur l’histoire authentique de l’époque, avec les luttes d’influence que se livrent en sous mains les politiciens de New York, pour ou contre l’abolition de l’esclavage.

Le dessin est toujours aussi beau et admirable. Et ce que ce soit les personnages, - dont le rendu des visages est époustouflant -, ou les paysages d'hiver des plaines du Missouri. Les scènes d’actions sont dynamiques avec l’action bien rendue. Rien à redire, ici. M. SWOLFS est vraiment au sommet de son (grand) art! Glissons aussi, au passage, un mots des magnifiques couleurs de Julie SWOLFS, toutes en nuances, avec des magnifiques bleus sombres pour les scènes de nuit et un magnifique blanc pour le rendu des pleines enneigées.

En conclusion, je dirai juste que je reste à attendre avec impatience le prochaine volet des aventures de «Lonesome»!