Réveillez-vous, femmes divines
de Véronique de La Cochetière

critiqué par Colen8, le 2 juillet 2020
( - 79 ans)


La note:  étoiles
La féminitude dans toute sa splendeur
Déesse du temple sacré, Reine du fauteuil impérial de qui s’agit-il ? De la femme bien sûr, et de ces drôles de métaphores pour désigner l’appareil génital, encore appelé « yoni » en sanskrit ! Un peu d’anatomie pour commencer : l’utérus dit le jardin secret destiné à recevoir la graine de l’enfant à naître après quarante-et-une semaines d’aménorrhée, les grandes lèvres et les petites lèvres à l’entrée du vagin défini comme le boudoir, le clitoris comparé à une orchidée avec ses milliers de capteurs sensitifs générateurs de plaisir. Le périnée constitué de l’association de douze muscles rattachés du pubis au coccyx est le trône de maintien de ce précieux ensemble.
Un chapelet de mots positifs s’égrène tout au long de ce récit fait d’expériences personnelles et professionnelles qui ont amené Véronique de la Cochetière à devenir ostéopathe intra-pelvienne après avoir exercé longtemps comme sage-femme puis s’être initiée au yoga et à l’ayurvéda : paix, amour, joie, beauté, respect, bienveillance, réconciliation, résilience, libération, émerveillement, humilité, ouverture, lenteur. Le soin apporté par cette ostéopathie spécialisée traite les dysfonctionnements sexuels, les douleurs physiques consécutives à des violences avouées ou refoulées, les transmissions intergénérationnelles de traumatismes graves, les bleus à l’âme.
Pour conclure en paraphrasant Le Misanthrope : « qu’en termes délicats ces choses-là sont dites », et pour en savoir plus : https://www.veroniquedelacochetiere.com/