Sainte Lydwine de Schiedam
de Joris-Karl Huysmans

critiqué par Maranatha, le 22 avril 2020
( - 49 ans)


La note:  étoiles
Mystique chrétienne.
Je possède l'intégrale des oeuvres de Huysmans qui a beaucoup écrit sur des sujets ayant pour centre le catholicisme et notamment cet ouvrage qui se concentre sur la vie de la mystique chrétienne batave Sainte Lydwine.

J'ai déjà lu de nombreux livres sur les mystiques chrétiens qui suscitent un vif intérêt pour moi.

Les vies de Maria Valtorta, Catherine de Sienne, Sainte Alpais, Thérèse Neuman, Catherine Emmerich , Saint Padre PIO me sont bien connues.

Il est singulier de remarquer que toutes ces vies ont des points de similitude. Souvent une blessure qui alite, une très grande foi évidemment et ce désir ardent de devenir une victime propitiatoire et de prendre à charge les péchés du monde.

Souvent ces mystiques sont stigmatisés, et ont la faveur des visites du Christ, le cas de Maria Valtorta est édifiant et je vous invite à lire l' Evangile tel qu'il m'a été révélé.

Pour revenir au livre de JKH je dirai qu'il est superbement écrit mais c'est un truisme de le dire.

Qu'un travail très sérieux a été fait de sa part, qu'il est allé en visite sur les lieux de vie de cette sainte du 15 ème siècle.

Sa vie est très bien retranscrite et JKH a la délicatesse de laisser couler son récit sans faire de prosélytisme.

Il fait oeuvre de biographe sérieux.

Et il y a les faits qui peuvent décontenancer le lecteur moderne complètement déchristianisé voire étranger à tout merveilleux.

Car encore une fois les faits décrits lorsque l'on est familier des mystiques n'ont rien de troublant.

Les miracles, les visions, les bilocations, le don de prophétie, de voir dans les coeurs, de savoir si un objet est sacré, la lévitation sont des choses habituelles chez les mystiques.

Au-delà de tous ces faits troublants c'est avec beaucoup d'intérêt que ce livre se lit, il est toujours captivant, il peut troubler le lecteur par sa vérité crue, sans mise en garde et certains pourraient penser que l'auteur est dérangé mentalement ou illuminé, mais non ceci est bien réel et fait partie d'une dimension de notre vie qui est, pour le moment sous nos latitudes, occultée.

A lire pour ceux qui veulent connaître la mystique chrétienne, ce livre leur permettra de se faire une idée de la chose et d'aller plus loin avec d'autres lectures.

Huysmans est une valeur sûre.
Hagiographie 10 étoiles

Décidément, ça me le fait à chaque fois : à chaque fois que j'aborde la lecture d'une oeuvre de la période catholique de Huysmans, je me demande si je vais aller jusqu'au bout, vu le peu d'intérêt que j'ai pour la religion... et à chaque fois, je ne peux lâcher le livre avant qu'il ne soit fini, le style de Huysmans et mon grand amour littéraire pour cet écrivain fin de siècle étant tels qu'il pourrait décrire les toilettes d'une gare de province avant passage de l'équipe de nettoyage que j'aurais encore plaisir à le lire.
Avec "Sainte Lydwine De Schiedam", paru en 1901, Huysmans ne nous offre pas un roman, mais une biographie. Ou plutôt, une hagiographie, terme utilisé pour parler des biographies de personnes saintes. Car comme son nom l'indique, Sainte Lydwine est une personne sainte. Née aux Pays-Bas (patrie d'où était originaire le père de Huysmans ; Huysmans, lui, est né et mort à Paris) en 1380, dans la ville de Schiedam, elle est morte en 1433. Elle a été canonisée en 1890 par le pape Léon XIII.
Lydwine a, dans sa jeunesse (elle avait 15 ans), été victime d'un accident : elle patinait avec des amis sur un lac gelé, elle a fait une chute dont elle ne se remettra jamais. Elle a passé presque 40 ans de sa vie (les 38 ans qu'il lui restait à vivre, tout simplement) allongée sur un lit, dans sa chambre, à Schiedam. Elle a enchaîné maladies sur maladies, des tourments insensés, des douleurs monumentales, incessantes, mais elle a vécu tout ça dans la joie, le bonheur, l'extase, étant constamment visitée par des anges, des figures christiques, ayant des visions, faisant de la bilocation, ne se nourrissant plus que d'une hostie consacrée, une fois par jour.

Comme Maranatha le dit dans sa critique plus haut, on ne demande pas au lecteur de croire tout ce qui est ici dit par Huysmans (qui se base sur trois plus anciennes hagiographies de la sainte, qui ne l'était pas encore au moment de ces hagiographies, hagiographies remplies de défauts, car manquant cruellement d'ordre chronologique, de repères de dates, Huysmans a fait comme il a pu), car c'était une autre époque, et on parle de mysticisme religieux. Difficile de croire que Lydwine s'est dédoublée, à la fois dans son lit de douleur et debout, ailleurs, dans la maison d'un autre, à lui parler. Il n'y à aucune preuve, personne n'était là pour la filmer, et elle n'a laissé aucune trace écrite. C'est comme pour les écrits bibliques : Moïse a ouvert la Mer Rouge en deux, la femme de Lot s'est transformée en statue de sel, l'eau s'est changée en vin, etc, on y croit ou pas, et j'avais bien prévenu en début de critique que je n'étais pas religion-religion. Bref, à vous de croire que Lydwine a bel et bien vécu ce qui est, a posteriori, raconté sur elle. Quoi qu'il en soit, ce livre est passionnant à lire, comme toujours avec cet auteur.
Je ne peux pas donner autre chose que 5 étoiles.

Et ce, malgré des passages purement révoltants d'antisémitisme dans les deux derniers chapitres.

Bookivore - MENUCOURT - 39 ans - 26 juin 2021