Les Narcisse
de Marie-France Hirigoyen

critiqué par Colen8, le 10 mars 2020
( - 79 ans)


La note:  étoiles
Ote-toi de là !
Arrogants, autoritaires, cyniques et en même temps extravertis, soucieux de séduire pour accélérer leur carrière, sans scrupules pour couler des pairs ils grouillent dans les lieux de pouvoir comme chefs d’états ou de gouvernements, se hissent aux meilleures places dans les entreprises, parviennent à rafler les distinctions dans les domaines académiques, artistiques, sportifs et ailleurs. Les Narcisse puisque c’est d’eux qu’il s’agit sont présents le long d’une échelle allant de l’estime de soi utile pour surmonter les inévitables difficultés de tout un chacun face à la vie, à des pathologies très caractéristiques diagnostiquées par les psychothérapeutes et les sociologues. Leur positionnement sur le devant de la scène, leur mise en image trahissent qu’ils le veuillent ou non une grande vulnérabilité.
Individualisme aux dépens du collectif, consommation à outrance au détriment de l’environnement, anonymat des réseaux sociaux permettant toutes les audaces, accélération des changements induits tant par la mondialisation que par le numérique, la combinaison de ces facteurs explique en grande partie le déferlement actuel de ces personnalités narcissiques que l’on croise en permanence. Par chance une génération plus jeune, plus ouverte sur la solidarité, plus sensible à la qualité qu’à la quantité dans ses choix et ses comportements semble en train de s’affirmer pour gommer les excès des Narcisse pathologiques et tenter de remettre du bon sens au cœur de la vie collective.