Moi qui croyais te connaître
de Penny Hancock

critiqué par Missef, le 26 décembre 2019
( - 56 ans)


La note:  étoiles
Un suspense haletant
Résumé éditeur: Qui connaissez-vous le mieux ? Votre plus vieille amie ? Votre enfant ? Ou bien vous-même ? Holly participe activement à la sensibilisation des jeunes sur le thème du consentement sexuel. Par principe, elle prend le parti des victimes. Avec férocité. Mais quand son fils est accusé de viol par la fille de sa meilleure amie, elle prend sa défense, persuadée qu'il n'est pas coupable. Pendant ce temps, Jules doit venir en aide à sa fille de treize ans, traumatisée et peut-être enceinte. Tandis que les deux mères tentent de comprendre sur quoi se fonde l'accusation sans impliquer la police, d'autres secrets bien gardés refont surface. Toutes leurs certitudes s'effondrent et leur amitié menace de voler en éclats. Quand l'un des adolescents disparaît, l'histoire prend un tour plus sombre encore. À qui peuvent-elles vraiment se fier ?

Mon avis : Comme souvent dans les suspenses psychologiques, l'histoire se raconte à travers deux voix, deux points de vue. Ici celui des deux amies. Très vite, leur amitié est mise à dure épreuve. Le sujet est grave, entre viol et folie, les accusations horribles, et peu à peu la vie, l'amitié et les couples se fracturent. Dans ce page-turner, on a hâte de découvrir non seulement comment l'intrigue principale va aboutir, mais aussi la résolution des problèmes qu'elle a engendrés. Car au bout du compte, on en vient à constater que dans l'adversité, on est seul...
Une vie à l'épreuve des accusations 8 étoiles

Le thème de ce livre est des plus actuels : une accusation de viol et une mère se retrouve complètement ébranlée dans ses convictions (Holly est enseignante à l’université, en charge d’un cours de sensibilisation aux problématiques du consentement) dès lors que son propre fils est l’accusé. Si l’on ajoute à cela que celle qui profère les accusations est la fille de sa meilleure amie, c’est tout son monde qui s’écroule autour d’elle : tout est remis en cause, depuis une amitié de toujours jusqu’à son couple.
Même si le lecteur n’est sûr de rien jusqu’à la fin, il est en empathie avec Holly et ce, en dépit des soupçons qui pèsent sur son objectivité. L’accumulation des malheurs qui s’abattent sur elle rend son personnage particulièrement poignant dans sa constance et l’auteur parvient à nous tenir en haleine grâce à un suspense bien maîtrisé, malgré une fin un peu décevante, car trop vite expédiée.

Reginalda - lyon - 55 ans - 4 mai 2022


L'engrenage 8 étoiles

Holly et Julia sont des amies de longues dates. Depuis l’université, elles savent qu’elles peuvent toujours compter l’une sur l’autre.
Quand le mari de Holly est mort d’une crise cardiaque à 35 ans, Julia était là.
À chaque fausse couche de Julia, Holly était là.
Holly considère Saffie, la fille de Julia comme sa "presque-fille".
Julia fait de même avec Saul, le fils de Holly.

Jusqu’au jour où Saffie, 13 ans, révèle que Saul, 16 ans, l’a violée.
Les réactions immédiates des deux mères sont "mon enfant ne ment pas".
Les positions de chacune ne sont pas seulement ressenties comme des blessures, mais comme de véritables trahisons, montrant leur solitude face au drame.
Des mots violents seront prononcés, des secrets seront révélés.
"Les actes de Saul ont fait ressortir le pire en chacun de nous."

L’autrice raconte en alternance le point de vue de chacune de deux amies.
Leurs certitudes, parfois leurs doutes, leurs angoisses, qu’elles ne peuvent plus partager. Soutenir son enfant est une priorité, plus que soutenir une amie.
L’autrice pose les questions : et moi, je ferais quoi, que devient-on quand on compte sur sa meilleure amie, sur son conjoint s’il n’est pas d’accord… saurait-on faire face à la rumeur, soutenir son fils malgré tout ?
Malgré quelques longueurs pendant l’évocation de souvenirs, ce roman est très bien construit, maintenant le suspense et la tension pendant près de 400 pages.

Marvic - Normandie - 63 ans - 11 avril 2022