Le goût de la danse
de Collectif

critiqué par Veneziano, le 28 octobre 2019
(Paris - 43 ans)


La note:  étoiles
La fascination littéraire pour un art
Ephémère, musicale, corporelle et expression de désir, la danse fascine les écrivains qui évoquent leurs sensations face à ce genre de spectacles, flamenco, tango et fandango séduisant particulièrement. Dans la première partie de cette anthologie, Nietzsche, Casanova, Flaubert, Karen Blixen, Borges, notamment, sont rappelés pour nous évoquer leur expérience face à cet art qui les séduit, au point de leur avoir consacré un passage dans leurs écrits.
Ce petit livre continue avec le bal et la fête, Verlaine, Lampedusa, Prévert et Maupassant notamment traitant ce sujet tanguant entre émerveillement fastueux et spectacle populaire, puis avec le ballet, Ronsart, Molière, Théophile Gautier et Nijinski retraçant les impressions de cet événement culturel exigeant et impressionnant, avant de finir sur la modernité de cet art.

Cet ouvrage court retrace utilement à mon sens un thème littéraire consacré au mouvement, à la sensation artistique et au ressenti face à un art corporel. Il en donne les représentations de chaque époque artistique, essentiellement depuis la fin du XVIIIe, ce qui permet de consolider sa culture général et d'apprendre certaines choses.