Le vent reprend ses tours
de Sylvie Germain

critiqué par Pascale Ew., le 12 septembre 2019
( - 54 ans)


La note:  étoiles
Nouveau bijou de Sylvie Germain !
Nathan, la quarantaine, apprend par hasard la mort récente de Gavril Krantz, qu’il croyait mort depuis trente ans. Cet événement le replonge dans son passé pour tenter de le reconstituer, autant le sien que celui de Gavril. Cet ange étrange, étranger, fut une figure paternelle dans son enfance et l’a colorée de fantaisie, tandis qu’elle en manquait cruellement. En tentant de renouer les fils décousus du passé, Nathan sort d’une torpeur dans laquelle sa vie est plongée depuis des années.
Tels ses personnages, Sylvie Germain joue avec les mots, « essaie d’ouvrir des brèches pour laisser aller et venir les mots, les faire respirer, bruire et remuer dans l’imagination, résonner dans la pensée. Les faire apprivoiser, et aimer. ». Elle truffe son texte d’extraits de poèmes, comme pour l’épicer. Grâce à ses personnages, elle peut donner libre cours à son imagination, inventer de nouveaux mots, les faire s’entrechoquer, …
L’auteure pose la question de savoir « Que faire de la violence que l’on a subie ? », de la haine qui ronge – cette bête qui étouffe – pour y répondre notamment par la beauté. Le ton est légèrement morose, mélancolique, entre gris clair et gris foncé ; puis, il finit par une touche d’espérance. Encore un bijou !